21-02-2018 13:02 - Un médecin gifle le secrétaire général du ministère de la Santé dans son bureau et brise ses lunettes

Un médecin gifle le secrétaire général du ministère de la Santé dans son bureau et brise ses lunettes

Essaha - Le médecin chef de la moughataa d’Akjoujt, Dr Mohamed Ould Memed aurait giflé mardi dernier, 20 février courant, le secrétaire général du ministère de la santé Ould Dié, dont il aurait également brisé les lunettes, révèlent des sources.

L’incident s’est déroulé dans le bureau du secrétaire général, à Nouakchott, indique-t-on.

Alertée, la police s’est présentée et arrêté l’auteur de l’agression, dont l’acte serait consécutif, à ce qu’il a appelé « une affectation arbitraire », de son poste de médecin chef à Akjoujt, à celui d’un médecin dans la moughataa de Ryadh à Nouakchott.

Traduit de l’Arabe par Cridem



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 11
Lus : 5353

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (11)

  • doudou19 (H) 26/02/2018 20:32 X

    Le médecin en question est, selon des sources concordantes de son milieu social, d'un comportement revêche qui frise l'idiotie. Le garder parmi le corps médical est un crime déguisé. En plus de sa radiation du corps médical, une sanction exemplaire lui doit être infligée pour décourager de tels actes.

  • Le politicien (H) 22/02/2018 11:01 X

    Et le serment d'Hippocrate, qu'est-ce qu'il en fait ce pseudo-médecin? S'il se comporte ainsi en face du SG du MS, on peut imaginer le pire quant aux souffrances qu'il a infligées à ses patients; ce monsieur doit être radié du corps médical, consulter un spécialiste, de référence un psychiatre et répondre de ses actes devant les tribunaux.

  • lallaty (F) 21/02/2018 22:46 X

    Un comportement honteux qui déshonore toute la communauté médicale, tout comme il est honteux pour un journaliste de publier une information non authentifiée. Au moment des faits, il y avait un témoin physique. Esquivée par un revers de la main, la gifle qui était destiné au SG n’a jamais atterri sur son visage et n’a eu comme seule conséquence qu’une paire de lunettes cassée. Le médecin en question mérite tout sauf son titre et n’est pas à son premier scandale du genre.

  • alhagh (H) 21/02/2018 21:01 X

    felicitations Dr! quand on sait que ce sait SG est l'un des plus constipés et arrogant des fonctionnaires; ne detenant pas le Bac, il est culoté de prendre les medecins de haut. De plus, l'état de deliquescence de son secteur ne plaide pas en sa faveur. Il doit demissionner! Quel pays Al Hagh

  • mahanaque (H) 21/02/2018 17:50 X

    un médecin doit avoir la main muse sur ses réflexes autrement dit il doit se maîtrisait, être aux dessus des ses émotions, surtout s il est médecin chef d'un moughataa.

  • Le coq (H) 21/02/2018 17:24 X

    Il doit être radié de la fonction publique...Avant tout vérifions ses diplômes et s'il n'est pas clean jetons le en prison pour QQ années. Depuis quand doit-on sefaire justice ?

  • zeni (H) 21/02/2018 16:41 X

    Très bien, les choses sont au moins claires. Les différents sont traités aux poings. Il n'est pas trop difficile d'éclater le MEF ou le MAEC. Le PM est bien protégé. Il compte sur ses biceps. Quand est ce que un soldat va tuer son Chef d'Etat Major? Ceux qui ont mis le pays dans cette situation vont payer.

  • pyranha (H) 21/02/2018 15:59 X

    Félicitations Docteur. Il fallait en plus l’administrer une bonne dose de somnifère.

  • Kolaado (H) 21/02/2018 15:11 X

    pas digne d'un médecin il faut le foutre en taule pendant un bon moment et lui retirer l'autorisation d’exercer

  • mdmdlemine (H) 21/02/2018 13:38 X

    les reglements de comptes aux biceps fait rage dans l'administration publique Les responsables doivent prendre leurs précautions pour ne pas perdre leurs machoires face aux spoliés qui se sentent frustrés par des supérieurs érigeant en système leurs responsabilités suivant des critères subjectifs, népotistes, tribalistes, régionalistes et cupides Face à l'impuissance de l'autorité devant ces injustices discrètes mais cruelles, il est difficile de garde son sang froid, car le mal fait dépasse l'entendement en se propageant à la dignité des personnes et aux leurs

  • Bertrand (H) 21/02/2018 13:17 X

    On devient nerveux avec l'érosion du pouvoir d’achat la cherté de l'électricité et de l'eau et l’absence d'une justice indépendante qui puisse redresser les tort même formellement. Il faut se tenir un peu à distance de son interlocuteur aujourd'hui, à titre de précaution.