04-03-2018 09:54 - Droit de l’Homme en Mauritanie: l'AMDH s'inquiète de la situation des détenus et personnes interpellées

Droit de l’Homme en Mauritanie: l'AMDH s'inquiète de la situation des détenus et personnes interpellées

Essirage - L’Association Mauritanienne des Droits de l'Homme (AMDM) a manifesté son inquiétude sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme en Mauritanie.

«Les entraves à la liberté d'association, de manifestation, de circulation et de réunion sont constantes et grandissantes dans le pays. En effet, malgré les recommandations répétées de la société civile mauritanienne, les libertés, acquis garantis par la constitution, ne sont pas respectées », mentionne le communiqué distribué en marge de la conférence de presse organisée vendredi matin 2 mars 2018 à leur siège.

Evoquant les « lieux de privation de liberté », l’AMDH mentionne qu’aucune amélioration n’a été constatée dans ce sens-là et que la situation des détenus et personnes interpellé est inquiétante.

«Les plaintes concernant les allégations de torture ne sont pas prises en compte par les autorités judiciaires compétentes et font souvent l’objet d’un classement sans suite. Et ceci est en contradiction avec les instruments nationaux et internationaux ratifiés par la Mauritanie, » a indiqué Maitre Fatimata Mbaye lors de sa prise de parole.

Evoquant l’accès aux lieux des détentions, Mr Ousmane Touré, Coordinateur du projet « Etat de droit » a souligné que cela est désormais impossible pour les différents acteurs de la société civile mauritanienne. Mr Touré a affirmé que « Depuis 2017, l'AMDH n'a pas obtenu l’autorisation d'accès aux lieux de privation de liberté et cela malgré ses multiples démarches et courriers adressés aux services compétents des ministères de la Justice et de l’intérieur. »

Le communiqué de presse précise qu’à travers le projet «Etat de droit», l'AMDH fournit un soutien juridique dans plusieurs prisons et quartiers déshérités de Nouakchott mais que par le silence des autorités, la direction des services pénitenciers durcit actuellement la procédure d’accès aux prisons et autres lieux de détentions.

Dans ce sens et face à cette situation de non droit, « l'AMDH exige l'accès à tous les lieux de détention pour permettre aux détenus de bénéficier des aides juridiques et judiciaires nécessaires. »

_________________

Communiqué de presse

Deux mois avant la réunion du 62ème session de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples à Nouakchott, l'AMDH a constaté une dégradation de la situation de l'Etat de droit en Mauritanie.

La situation des défenseurs des droits de l'Homme est particulièrement inquiétante. Les entraves à la liberté d'association, de manifestation, de circulation et de réunion sont constantes et grandissantes dans le pays. En effet, malgré les recommandations répétées de la société civile mauritanienne, les libertés, acquis garantis par la constitution, ne sont pas respectées.

Convaincu que la société civile est un des piliers d'une démocratie qui progresse, l'AMDH s'inquiète des restrictions adressées à l'égard des organisations de protection des droits de l'Homme et des défenseurs de droits humains.

La création d'association est soumise à un régime d'autorisation qui ne respecte pas le Pacte International des Droits Civils et Politiques signé et ratifié par la Mauritanie. Au surplus, la possibilité de se réunir est également soumise à ce régime, les évènements organisés par la société civile sont désormais systématiquement refusés. De plus, la police anti-émeute mauritanienne continue de faire un usage disproportionné de la force pour disperser les manifestants.

La situation des lieux de privation de liberté ne s'est pas améliorée. Particulièrement alertée ces derniers mois, l'AMDH s'inquiète de la situation des détenus et personnes interpellées. En contradiction avec les instruments nationaux et internationaux ratifiés par la Mauritanie, les plaintes concernant les allégations de torture ne sont pas prises en compte par les autorités judiciaires compétentes et font souvent l’objet d’un classement sans suite.

En outre, l'accès des organisations aux lieux de détention est désormais impossible pour les différents acteurs de la société civile mauritanienne. Depuis 2017, l'AMDH n'a pas obtenu l’autorisation d'accès aux lieux de privation de liberté et cela malgré ses multiples démarches et courriers adressés aux services compétents des ministères de la Justice et de l’intérieur.

Dans le cadre du projet «Etat de droit», l'AMDH fournit un soutien juridique dans plusieurs prisons et quartiers déshérités de Nouakchott. Par son silence, la direction des services pénitenciers durcit actuellement la procédure d’accès aux prisons et autres lieux de détentions. Face à cette situation de non droit, l'AMDH exige l'accès à tous les lieux de détention pour permettre aux détenus de bénéficier des aides juridiques et judiciaires nécessaires.

Le Bureau Exécutif



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1374

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)