14-03-2018 12:33 - Passif humanitaire: Le ministre Ould Kembou accusé de bloquer les arrêtés des victimes des événements de 1989/91

Passif humanitaire: Le ministre Ould Kembou accusé de bloquer les arrêtés des victimes des événements de 1989/91

Le Calame - Le calvaire des anciens fonctionnaires et agents de l’Etat, victimes des douloureux évènements de 1989/91 pour avoir été déportés au Sénégal ou renvoyés de leur travail, n’est pas prêt de finir.

En effet, ces victimes qui ne cessent d’arpenter les rues de Nouakchott et de squatter les couloirs des bureaux de la direction générale de la fonction publique ou les couloirs de la direction du budget et des comptes accusent le ministre délégué chargé du budget de refuser, depuis quelques temps de libérer leurs nombreux dossiers en souffrance dans ses services.

Selon une source proche des victimes, le ministre Ould Kembou aurait tout simplement refusé de signer les arrêtés en instance dans ses services, depuis novembre 2017. Ces dossiers, rappelons-le, ont trait à la réintégration, à la retraite ou à l’indemnisation de ces défalqués.

Pourtant, rappellent les victimes, une circulaire du gouvernement (N° 00019/13) avait ordonné la liquidation de ce dossier. Le département du budget ignore aussi l’intervention du Haut Conseil de la Fatwa et des recours gracieux, sollicité par les victimes qui n’ont désormais que leurs yeux pour pleurer face au refus des responsables de l’Etat d’exécuter les instructions du président de la République.

Les victimes signalent que même ceux qui avaient bénéficié de réintégration ou de la retraite avec leurs anciens documents d’état-civil connaissent des suspensions de salaires ou de pensions depuis décembre dernier à cause des problèmes d’enrôlement. On leur exige une nouvelle identification. Allez savoir dans quel pays nous sommes !





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2062

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mawdogo (H) 14/03/2018 17:44 X

    Il faut que les partis politiques viennent au secours de ces dignes fils de ce pays à recouvrer leurs droits. Comme on dit les droits ne s'octroient pas ils s'arrachent. Et tant que nous ne mettons pas nos gouvernants à l'épreuve ils n'arrêteront de nous défier sur tous les plans. A bon entendeur salut.