17-03-2018 20:16 - 137 employés de l’ENER renvoyés

137 employés de l’ENER renvoyés

Le Calame - Le gouvernement mauritanien vient de procéder au renvoi sans aucune forme de procès de 137 employés de l’ancien établissement national de l’entretien routier (ENER) qu’il a décidé il ya quelques mois de faire fusionner avec l’ATTM, une filiale de la SNIM avec l’engagement de reverser tous les travailleurs à cette société qui se chargera de l’accomplissement des missions anciennement dévolues à la défunte boîte.

Les travailleurs révoqués se sont aussitôt rassemblés devant les locaux de leur ancienne société pour protester contre ce qu’ils considèrent comme une véritable injustice dont les conséquences désastreuses vont affecter des milliers de familles que les mis à la porte prenaient directement ou indirectement en charge.

Ces nouveaux chômeurs viendront s’adjoindre à ceux de la SONIMEX et de l’Agence d’Accès Universel dont les employés sont aussi dans la rue depuis que le même gouvernement a décidé de déclarer la fermeture de leurs établissements.

Parmi les déguerpis de l’ENER figurent des cadres, des fonctionnaires moyens et des agents qui ne savent quoi faire ni à qui s’adresser pour faire entendre leurs revendications. Selon I. Ould Khairallah, chauffeur contacté devant le siège de l’ENER : "les travailleurs ne se laisseront pas faire. Cette chose ne peut pas aller comme ça. La coupe est pleine. Un peuple à qui on tord le cou de gauche à droite".

Il ya quelques mois, des inspecteurs généraux des finances ont débarqué à l’ENER. Les premiers rapports ont démontré que cet établissement était un exemple de mauvaise gestion qui se manifestait entre autres par une pléthore d’employés inutiles, par des pratiques de dépenses injustifiées, par de la surfacturation et par l’engagement de travaux qui ne sont pas traditionnellement ni du rôle ni de la compétence de l’ENER et qui ne sont nulle part mentionnés dans son cahier de charges. Les parachutages abusifs des directeurs, les locations d’engins et de voitures auprès des particuliers connus et d’institutions fantômes et toutes autres sortes de malversations qui ont mis la structure à genou.

A mi-chemin, les inspecteurs généraux des finances ont été rappelés par leur ministère de tutelle (ministère de l’économie et des finances) et réorientés vers d’autres dossiers pour que leur mission à l’ENER finisse en cul de sac par la volonté de quelques hauts placés qui ne voudraient pas que leurs protégés soient démasqués. Non seulement la procédure d’audit a été arrêtée, mais l’établissement a été liquidé et une décision du conseil des ministres a ordonné de le fusionner à l’ATTM pour empêcher toute poursuite compromettante. Son directeur général en fonction a été accusé de malversation et jeté en prison.

Le renvoi des 137 employés représente l’acte II de cette comédie à senteur d’injustice flagrante envers des citoyens désemparés. Travailleurs de Pizzorno. Travailleurs de la Sonimex. Travailleurs de l’Agence à l’Accès Universel. Travailleurs de l’ENER. Au suivant.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 3490

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • président fondateur (H) 17/03/2018 21:51 X

    Nous sommes gouverné depuis 10 ans par régime voyou et menteur qui s'appuie sur l'armée pour piller le pays et faire disparaître les traces de ses malversations. Il va répondre de ses actes un jour

  • Noirhartani (H) 17/03/2018 21:18 X

    Qui sont les 137 employés, il y’a des femmes qui ne servaient à rien du tout, parentes ou amis de l’un des chefs renvoyés, un chauffeur qui est là par accident, parce que son cousin ou celui qui court sa sœur travail à l’ENER, l’ensemble des hommes et femmes renvoyés n’ont aucune qualification valable et ne savent rien faire que tisser une parenté avec un cadre de la défunte ENER, voilà ce que l’on appelle recevoir un salaire sans aucun rendement, il y’a des femmes à la maison et des vieux à la maison, sinon un berger qui ne sait même pas tenir une pelle, des boys à la maison du patron, des gardiens de domiciles, des chauffeurs de madame le…, d’autres gagnent des salaires sans se présenter à l’entreprise et ils coutent aussi cher que celui qui monte chaque matin, alors que des hommes qualifiés, promptes au travail sont au chômage parce qu’ils n’ont pas de parent pour les soutenir. Donc leur renvoi était nécessaire. Il reste dans cette société plus 105 personnes inutiles avec un double emplois, ils sont par parenté et accidentellement sur place pour gagner un salaire, parmi eux deux directeur qui ne savent ni lire ni écrire, des chefs de services à remplir 3 bus de chômages, l’ENER avait triplé ses employés pour casées des familles de chefs et la politique électorale avec.

  • Kolaado (H) 17/03/2018 20:50 X

    ou va ce pays de merde ????