27-03-2018 21:16 - En Mauritanie, la lutte contre l'esclavage étouffée

En Mauritanie, la lutte contre l'esclavage étouffée

Libération - Esclaves sexuelles, ouvriers, domestiques ou agriculteurs... Amnesty International alerte sur une pratique toujours en cours depuis l'abolition en 1980.

En Mauritanie, la lutte contre l'esclavage étouffée

La Mauritanie est l’un des derniers pays au monde où l’esclavage est encore un phénomène de masse: 1% de la population y serait asservie, selon The Global Slavery Index.

Parmi ces 43 000 personnes, des esclaves sexuelles, victimes de mariages précoces ; des esclaves urbains, domestiques maltraités et non payés ou ouvriers dans le secteur de la construction ; en zones rurales, des familles entières réduites au travail forcé pour cultiver les terres de leurs maîtres.

La société mauritanienne reste divisée en castes. Les Beydanes, ou Maures blancs, d’origine arabo-berbère, constituent la classe dominante, tandis que les castes inférieures, comme les Haratines et les Afro-Mauritaniens n’ont quasiment jamais accès aux postes à responsabilité, ni aux services essentiels de l’Etat tels que l’éducation, la santé ou la justice.

Ils sont les premières victimes de l’esclavage, pourtant officiellement aboli en 1980 dans le pays, puis érigé en infraction par le Parlement en 2007, avant d’être reconnu dans la Constitution comme un crime contre l’humanité en 2012.

«Dans la réalité, […] ce phénomène n’existe plus dans notre pays», affirmait le Président, Mohamed Ould Abdel Aziz, en 2015. Cependant, le gouvernement continue à fermer les yeux sur cette pratique encore tenace, estime l’ONG Amnesty International dans un rapport publié ce jeudi.

Répression des défenseurs des droits humains

En 2016, sur 47 affaires d’esclavage portées devant les tribunaux, seuls deux individus ont été condamnés. Selon Biram Dah Abeid, opposant au régime et militant abolitionniste, les raisons de l’inaction de l’Etat sont historiques. La classe dominante Beydane a fondé son pouvoir sur l’esclavage, considérant «les tâches manuelles comme dégradantes».

Les dirigeants qui en sont issus ont officialisé l’abolition, mais ne consacrent pas de moyens à l’application des lois afin de «conserver les privilèges» qui leur sont dévolus.

Le rapport d’Amnesty rappelle qu’au-delà des victimes directes de l’esclavage, les militants abolitionnistes et défenseurs des droits humains sont les cibles de menaces et de persécutions : 43 associations «n’ont jamais été autorisées» par l’Etat à exercer leurs activités, 20 organisations ont été victimes de violences lors de manifestations pacifiques, et 168 défenseurs des droits humains ont été arrêtés depuis 2014.

«Nous avons été arrêtés, maltraités, torturés»

En 2008, Biram Dah Abeid a fondé l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), association immédiatement déclarée hors-la-loi. Depuis, l’organisation a connu 17 procès, aboutissant à des dizaines de condamnations.

«On nous a empêchés de manifester, nous avons été arrêtés, maltraités, torturés, emprisonnés et diabolisés dans les mosquées et les médias», raconte l’activiste, qui a lui-même été incarcéré à trois reprises.

Les organisations abolitionnistes peinent à trouver un écho dans les médias mauritaniens, et les personnalités qui prennent position contre l’esclavage sont immédiatement menacées.

Comme le blogueur Mohamed Ould M’Kheitir, accusé d’apostasie et condamné à mort en 2014 (sa peine sera finalement réduite en appel) pour avoir affirmé que le système de caste n’avait pas de fondement religieux. Il est soutenu à l’époque par la militante des droits humains Mekfoula Bent Brahim, qui subit alors un déferlement de haine.

Menaces de mort, insultes, et même une fatwa d’un groupe islamiste radical, incitant à l’assassiner. «Tu te dis que quelqu’un pourrait t’abattre dans la rue et que personne ne ferait rien», déplore la militante.

Pour l’auteur du rapport, François Patuel, l’un des enjeux principaux de la lutte pour les droits des esclaves est celui du droit de vote : «Il est très difficile pour les personnes asservies de s’inscrire à l’Etat civil, et donc sur les listes électorales.»

En 2019 se tiendront les élections présidentielles. Alors que le président sortant, Mohamed Ould Abdel Aziz, affirme ne pas briguer de nouveau mandat, Biram Dah Abeid, qui sera candidat pour la seconde fois, espère un scrutin «plus ouvert». En 2014, il avait obtenu 9% des voix.

Elena Blum


Libération | http://www.liberation.fr/planete/2018/03/27/en-mauritanie-la-lutte-contre-l-esclavage-etouffee_1638143



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1437

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • hayerim (H) 27/03/2018 23:20 X

    De la pure désinformation consciemment distillées pour nuire à tout un pays et son peuple, toutes composantes confondues.La signataire devrait choisir Elene Bluff car cela lui irait mieux! Cet article ne devrait pas être repris parce que tout simplement relève de la volonté de nuire à la cohésion et à la renommée du pays et de ses populations. Mais nous remarquons que CRIDEM se fait souvent l'écho de billets racistes, diffamatoires et d'une bassesse indigne d'une personne consciente. Ou CRIDEM travaille pour détruire le pays ou ses dirigeants ignorent le pays qu'est la RIM.

    ----

    "Hayerim",

    Vos arguments sont celui à court d'idées, celui incapable d'étayer ses propos par des faits rien que des faits. Qu'est-ce que vous lire? Que ce qui brille comme de l'or? Il existe des canaux officiels pour réagir à ce genre d'informations. A ce propos, comme vous avez la mémoire très courte, nous vous rappelons que nous avons suffisamment relayé les propos du Porte-parole du Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie sur le rapport d'Amnesty international sur la Mauritanie. Il ne s'agit pas de se ruer sur les brancards de la malhonnêteté, comme vous êtes en train de le faire, pour tenter de salir le travail de CRIDEM. Cessez de voir le verre à moitié vide. Maintenant, pour vos leçons de nationalisme, tout le monde en a à revendre, au marché ou sur la place publique, mais pas ici sur cette plateforme.

    Cordialement!

    Le webmaster