18-04-2018 08:00 - Communiqué de presse : L'écrivaine Italo-gréco-arménienne Maria Tatsos, publie son ouvrage sur la vie militante de Biram Dah Abeid.

Communiqué de presse : L'écrivaine Italo-gréco-arménienne Maria Tatsos, publie son ouvrage sur la vie militante de Biram Dah Abeid.

IRA-Mauritanie - Au cours d'une cérémonie solennelle, dans la capitale italienne, Rome, le public est convié le 9 mai 2018 à assister au lancement de la distribution de l'ouvrage que Maria Tatsos à consacré à la pensée, l'action et les méthodes militantes du leader abolitionniste mauritanien.

Le livre vient de paraître en Italien, l'ouvrage représente la moisson de deux années de recherches sur la trajectoire de lutte du président des réseaux IRA-Mauritanie dans le monde.

Le livre est préfacé par Riccardo Noury porte parole Amnesty international Italie, soutien et ami de Biram Dah Abeid depuis 2009 et la contribution en poste-face de Giuseppe Maimone, chercheur et professeur d'université, spécialisé dans l'esclavage, intervieweur de BDA et analyste de l'impact de IRA sur la société mauritanienne, depuis plusieurs années.

Le titre de l'ouvrage est : "Plus jamais de l'esclavage " puis sous titré "Biram Dah Abeid et sa lutte pacifique en faveur des droits humains ".

Il ressort du livre que le président Biram Dah Abeid est l'homme qui a donné le courage aux militants abolitionnistes de continuer à se battre contre l'esclavage et le racisme en Mauritanie, en bravant les dangers, en surmontant les coups et grâce à la dissémination et la préservation de l'originalité et de l'identité militante d'IRA-Mauritanie.

Selon Maria Tatsos, l'un des apports fondamentaux de Biram Dah Abeid, est qu'il a fait renaître l'espoir rageur chez les esclaves et leurs descendants de pouvoir concéder des sacrifices et se libérer pacifiquement. Le livre a été publié, disponible dans les librairies et sera présenté au grand public ce 9 mai 2018.

Nouakchott le 17/04/2018
La Commission de communication









Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : IRA-Mauritanie
Commentaires : 1
Lus : 1206

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • KANTAKI (H) 18/04/2018 12:03 X

    Si l'auteur de cet ouvrage a mérité un post-scriptum, c'est aussi que Biram est un descendant d'esclave maure ( je ne dis pas mauritanien).. A la différence des autres esclavagistes dans le monde, les esclaves maures( qui n'existent plus bien sûr) étaient certes sous tutelle mais étaient gardiens des biens et aussi gardiens de l'honneur de la tribu... Une fois affranchis, ils regagnent le droit commun et plus rien ne les empêche d'agir comme des hommes totalement libres... Biram est descendant d'esclaves du sud, donc avec les usages négro-africains chez les quels l'esclavage est en natif dur et irréversible... Biram veut construire une autre ethnie bâtie sur les décombres des haratines ( ce terme est usuté par IRA)..