29-05-2018 08:30 - Le cheptel mauritanien en "situation de catastrophe", l'opposition indexe l'amateurisme des autorités

Le cheptel mauritanien en

La Tribune Afrique - La faible pluviométrie menace dangereusement le cheptel et les activités pastorales et d'élevage en Mauritanie. Samedi dernier, le Secrétaire général du Regroupement national des associations pastorales en Mauritanie, Enne Salem ould Ahmed HadjA, a déclaré que le cheptel se trouvait dans une «situation de catastrophe» en raison de la sécheresse et de l'absence des pluies dans certaines régions du pays.

Le cheptel mauritanien est aujourd'hui fortement menacé par la faible pluviométrie. S'exprimant samedi dernier à l'occasion d'un colloque sous le thème «Le consommateur face à la cherté et à la sécheresse : quels scenariî et quelles solutions ?», le Secrétaire général du Regroupement national des associations pastorales en Mauritanie (RNAP), Enne Salem ould Ahmed Hadj, a tiré la sonnette d'alarme sur la situation du cheptel dans le pays, en la désignant de «catastrophique».

«Ce cheptel risque de subir une catastrophe si des précipitations pluviométriques ne sont pas enregistrées rapidement », a-t-il lancé. Pour Enne Salem ould Ahmed Hadj, la situation devient urgente.

«Ce qui rend encore la situation plus difficile, c'est le fait que l'ensemble de la région souffre de la même sécheresse, y compris les zones qui servaient généralement de refuge pour le cheptel mauritanien au Mali et au Sénégal voisins», a ajouté le responsable mauritanien.

Un programme d'urgence sans résultats probants

Pour affronter cette situation qui prévaut déjà depuis un temps, les autorités mauritaniennes avaient mis sur pied un programme d'urgence prévoyant de rendre disponibles 150 000 tonnes d'aliments de bétail. «Mais seules 26 000 tonnes ont été distribuées jusqu'à présent, avec le forage de 14 puits artésiens», a révélé Enne Salem Ould Ahmed Hadj.

Estime que les associations membres de son organisation ont été exclues des commissions chargées de la distribution, ce dernier pense qu'il s'agit d'une solution provisoire de la part du gouvernement et suggère de mettre en place un fonds d'assurance pour traiter les catastrophes de sécheresse de manière permanente au lieu «des solutions provisoires».

Ahmed Hadj a en outre critiqué le refus des autorités mauritaniennes d'appeler au secours les bailleurs de fonds, notamment le Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), pour aider le pays à faire face à une situation qui risque de s'empirer.

Amateurisme et attentisme

La question de cheptel ne préoccupe pas que les associations pastorales et le gouvernement, mais également les partis de l'opposition. En début du mois, le Front national pour la démocratie et l'unité (FNDU), qui regroupe huit partis politiques de l'opposition, avait appelé les pays voisins et les organisations internationales à agir d'urgence pour sauver le cheptel mauritanien de la décimation consécutive à la sécheresse et à la disette.

Président en exercice du FNDU, Mohamed Ould Maouloud est allé plus loin en demandant au gouvernement de faire le point sur l'utilisation faite d'une enveloppe de 41 milliards d'um, annoncés par les autorités, pour contrer la sécheresse.

L'homme politique a indiqué que le régime en place sera responsable de tout sinistre qui affectera le cheptel en milieu rural, l'accusant «d'attentisme et d'amateurisme» face à la situation.

«Fermer l'œil sur le milieu rural et sur ses activités économiques entraînera une crise généralisée qui atteindra la capitale, Nouakchott et les hauts responsables ... Tous les anciens chefs de l'Etat mauritaniens se sont fortement mobilisés en situation pareille», a déclaré Mohamed Ould Maouloud. Avec ses pairs, il avait appelé à agir d'urgence dans les dix jours suivants pour éviter le pire et sauver le milieu rural des calamités.

Par Sylvain Vidzraku



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1166

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • cccom (H) 29/05/2018 16:11 X

    Pour créer les conditions de production ( de 600. 000 tonnes de paddy en 2019 et ou de plus de 2.000.000 de tonnes d’aliments de bétail) il faut et il suffit de deux préalables, le 1er de modifier le décret créant le Parc de Diawling objet de mon article de ce jour http://linformation.net/node/1949, le second accepter de prendre avis technique du Bureau d’études BEERAM .

  • cccom (H) 29/05/2018 11:24 X

    La Mauritanie dispose sur la Digue Rive Droite du Fleuve Sénégal de deux ouvrages vannés dénommés Cheyal et Lemer débitant 30 m/s affectés à l’engraissage des phacochères et des oiseaux migrateurs sur 60.000 ha objet de mon article de ce jour http://linformation.net/node/1949 qui peuvent et doivent être valorisés par décret transformant le Parc de Diawling en Parc mixte .(phacochères+ oiseaux + chameaux et vaches ) pour produire 600.0000 tonnes de paille de riz ou 4 fois plus de luzerne et sauver le Cheptel et l’Homme. .facebook.com/cheikhany.ouldsidina