10-09-2018 09:29 - Face à l’UPR et ses alliés, Biram invite SAWAB à se décider

Face à l’UPR et ses alliés, Biram invite SAWAB à se décider

Le Calame - Biram Dah Abeïd, président de IRA Mauritanie, même au fond de sa cellule n’a pas perdu sa verve.

Dans une missive datée du samedi 8septembre 2018, en guise de réaction au lendemain du premier tour, le député élu a déclaré que « la majorité des coalitions et des partis d'opposition ont tiré profit de ma détention et ma mise à l'écart, heureux de nous concurrencer avec hargne et de façon impitoyable, alors que nous sommes derrière les barreaux.

Mais, dans tous les cas, nous ne pouvons qu'être à l'affût face au parti de la division pour le pillage, le racisme, l'esclavage, le despotisme, dénommé Union Pour la République. Et il revient à la direction du parti de prendre une décision officielle à cet égard ».
Y-a-t-il péril en la demeure ?

Le dirigeant abolitionniste porte à la connaissance de ses militants et sympathisants que, « au travers de mon suivi de la situation depuis la prison, il m'est clairement apparu que le régime en déliquescence et ses bras sécuritaires s'évertuent à opposer le courant anti-esclavagiste et le parti Tawassoul dans une tentative ultime et désespérée d'éviter la déconfiture imminente qui les attend au deuxième tour. Je vous conseille d'en prendre conscience et de faire preuve de discernement politique ».

Enfin, Biram promet de s'adresser à ses militants dans les tout prochains jours, si Dieu le permet, dit-il « au sujet des précédentes élections, de l'effroi du régime qui a reculé, évitant de se mesurer à nous, se cachant derrière l'une de ses victimes, à savoir l'une des taupes et sa justice instrumentalisée ».





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2947

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • sammbasy (H) 10/09/2018 14:06 X

    Tous les hommes épris de justice dénoncent avec la plus grande fermeté la détention arbitraire du militant Biram Dah Abeid. Le pouvoir aux abois utilise ses agents pour lui tendre régulièrement des pièges en le provoquant. Mais arrivera un jour où toutes ces méthodes ne fonctionneront plus. Sûrement, si Biram était libre de ses mouvement, il aurait apporté un plus à la campagne électorale passée. Néanmoins je pense que les partis et coalitions de l'opposition ont obtenu des résultats en deça de leurs performances aux dernières élections législatives et municipales auxquelles ils ont participé (2006 - 2007 je crois) et auxquelles Biram n'a pas pris part. Donc on ne peut dire qu'ils ont profité de sa détention. Seul le pouvoir peut en tirer profit. Et il est dommage que Biram en veuille ainsi gratuitement à ses alliés naturels. A bon entendeur, salut !