10-09-2018 10:12 - Elections en Mauritanie: l'UPR se félicite, Tawassoul mobilise pour le 2e tour

Elections en Mauritanie: l'UPR se félicite, Tawassoul mobilise pour le 2e tour

RFI - Au lendemain de l'annonce des résultats du 1er tour des élections régionales, législatives et municipales du 1er septembre, l'opposition a dénoncé dimanche soir à Nouakchott une «mascarade électorale».

Dans une conférence de presse, l'opposant Ahmed ould Daddah, leader du RFD, -qui s'exprimait au nom de l'opposition- a dénoncé également l'incompétence de la Céni et la faiblesse de ses structures qui ont selon lui permis au parti au pouvoir et à l'administration de «falsifier les élections».

L'opposition appelle à une large coalition contre le parti au pouvoir au second tour et à la remise en liberté de l'opposant Biram Ould Dah Ould Abeid, élu député. Les résultats du 1er tour donnent sans surprise le parti présidentiel en tête... suivi par les islamistes du parti Tawassoul qui confortent leur place de première force de l'opposition comme lors du précédent scrutin législatif en 2013.

De nombreuses circonscriptions sont en ballotage mais d'ores et déjà la plupart des grandes figures politiques ont été élues, notamment dans l'opposition.

Cette année aucun parti n'a boycotté le scrutin. C'est donc une assemblée plus colorée que la précédente qui se dessine avec déjà une trentaine d'opposants élus dont la moitié appartiennent au parti islamiste Tawassoul.

L'UPR se félicite de son succès et de la participation de l'opposition

Le parti au pouvoir, l'UPR est satisfait du score de 67 sièges (sur 157), remportés dès le premier tour comme en témoigne son coordinateur, membre du conseil national, Mokhtar ould Dahi.

« On peut dire même que nos objectifs ont été atteints, puisque notre objectif c’était d’assurer l’UPR seul, plus de 50 %». Le parti et ses alliés sont également en ballottage favorable dans toutes les circonscriptions qui restent à pourvoir. Et Mokhtar ould Dahi se félicite aussi de la représentation de l'opposition dans les futures instances. « Et l’opposition aussi, sera là, l’opposition de tous les Mauritaniens. Et là c’est un point aussi positif, puisque toute l’opposition mauritanienne, tous les partis politiques mauritaniens sont représentés », y compris «l’opposition radicale et l’opposition boycottiste» qui a participé au scrutin. « L’Assemblée nationale prochaine va être l’expression du paysage politique national en général… Alliés politiques, opposition radicale, opposition dialoguiste… Et ce sera vraiment une vraie Assemblée nationale dont nous aurons vraiment une majorité aisée ».

L'opposition Tawassoul mobilise pour le second tour

Du côté de l'opposition justement, on dénonce une «mascarade électorale». A l'issue du premier tour des législatives, les islamistes de Tawassoul ont remporté 14 sur les 31 sièges revenus à l'opposition radicale. Une avance qui pouvait être plus importante s'il n'y avait de pas de fraudes massives et la mainmise du pouvoir sur la Céni, selon Jemil ould Mansour, candidat à la présidence du conseil régional de Nouakchott. « Dans des conditions où le parti UPR utilise les moyens de l’Etat, la force de l’Etat, la crédibilité de l’Etat et le chef de l’Etat, et dans des conditions où il y a une commission électorale indépendante qui a été créée par une seule partie, dans des conditions où on a pris la décision de participer tardivement, nous croyons que ce score est honorable».

Aussi la bataille du deuxième tour sera une bataille décisive, nous explique Jemil ould Mansour. « Les partis de l’opposition – et je les remercie ici – ont pris la décision de soutenir les listes de tout parti d’opposition qui va en ballotage avec le parti au pouvoir ». En l’occurrence le parti Tawassoul puisque c'est lui qui sera le plus souvent opposé au parti UPR selon Jemil Mansour. «Nous allons travailler pour arracher» ces victoires parce que «Il faut arracher ces postes au niveau de la députation, au niveau des communes. Et nous allons arracher dans le deuxième tour encore plusieurs postes et plusieurs communes ».

Les personnalités déjà élues

Parmi les personnalités dont l'élection est déjà actée, on peut citer Mohamed ould Maouloud un des dirigeants de la coalition du FNDU, l'ancien Premier ministre Yahya ould Ahmed EL Waqf, ou encore Biram Dah Abeid, le militant anti-esclavagiste qui fait son entrée à l'assemblée sans avoir pu faire campagne puisqu'il est en prison depuis près d'un mois suite à une plainte déposée contre lui.

Dans le camp de l'opposition dite modérée, sont notamment élus les leaders Messaoud ould Boulkheir et Boydiel ould Houmeid.

Le parti au pouvoir remporte la grande majorité des sièges de l'assemblée attribués au premier tour. Mais certains de ses candidats sont encore en ballotage. C'est le cas du maire de la grande ville minière Zouerate, Cheikh ould Baya.

D'autres figures politiques elles n'auront pas la chance d'aller au second tour. On peut citer le coordonnateur de la majorité présidentielle Ethmane cheikh Aboul Maali, la chanteuse Malouma Mint Meïdah, l'ancien putschiste et député Saleh ould Hannena. Est également éliminée, Malouma Mint Bilal, une des vedettes du Parlement sortant dont les interventions avaient animé les débats de la précédente législature.

Par RFI



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 1
Lus : 1542

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 10/09/2018 10:27 X

    Si tu ne sais pas où tu vas, souviens-toi d'où tu viens dit un proverbe africain, c’est pour dire à nos adversaires qui se disent opposants doivent se repentir car on ne fait pas la politique pour des intérêts personnels et des règlements de compte pour cela s'opposer n'est autre que proposer. Une opposition sans proposition n'est qu'un mouvement d'humeur. Premièrement cette opposition n'a jamais accepté quoi que ce soit de démocratique et même sa participation à ces élections était fait dans le but de contester les résultats finaux qui ne lui donnait pas favorite. Nous ne pouvons pas admettre de faire élire une opposition que ne saurait reconnaitre sa défaite sans jeter le trouble dans notre pays en incitant une partie de la population qui lui a servie d'électeurs de descendre dans la rue dans le seul but qui est de provoquer une instabilité nationale !Les candidats UPR ont mérité donc l'opposition doit arrêter de distraire la population. VIVE AZIZ ET VIVE LA NOUVELLE MAURITANIE