12-10-2018 10:54 - Loi contre le racisme : « tournant historique » en Tunisie, mais où en sont l’Algérie et le Maroc ?

Loi contre le racisme : « tournant historique » en Tunisie, mais où en sont l’Algérie et le Maroc ?

Jeune Afrique - Cette semaine, la Tunisie a étoffé son corpus législatif en adoptant un texte visant à criminaliser les actes, propos et discriminations racistes. Le pays conforte ainsi sa position de précurseur maghrébin en matière de droits humains, loin devant ses deux voisins.

La Tunisie a écrit une nouvelle page de son histoire en matière de droits de l’homme. Mardi dans la soirée, le Parlement tunisien a voté une loi criminalisant les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations. À l’issue de longs débats, celle-ci a été votée par une grande majorité – 125 voix pour, une contre et cinq abstentions.

La loi sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale prévoit des peines allant d’un mois à un an de prison, et jusqu’à 1 000 dinars (300 euros) d’amende pour des propos racistes.

« L’incitation à la haine », les « menaces racistes », la « diffusion » et « l’apologie du racisme », ainsi que la « création » ou la « participation à une organisation soutenant de façon claire et répétitive les discriminations », sont également passibles d’un à trois ans de prison, et jusqu’à 3 000 dinars (920 euros) d’amende. La pénalité financière peut monter à 15 000 dinars (environ 5 000 euros) pour les personnes morales.

« C’est un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage », a déclaré à l’AFP Messaoud Romdhani, président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES). Cette criminalisation est également une première dans le monde arabe. Dans les pays voisins, la question du racisme est soit au point mort, soit totalement occultée.

Maroc : pas de loi mais des régularisations

Au Maroc, malgré un changement de politique migratoire en 2013, des faits divers alimentent régulièrement l’actualité. En octobre 2013, un Sénégalais a été tué à l’arme blanche dans le quartier de Boukhalef à Tanger, provoquant de violentes tensions entre migrants et habitants – suscitant une vive émotion au Sénégal. En 2014, trois migrants (un Camerounais et deux Guinéens) sont de nouveau tués par les habitants de Boukhalef. En 2015, deux Ivoiriens sont eux aussi assassinés lors d’une opération d’expulsion massive.

En 2013, le Parti authenticité et modernité (PAM) a proposé une loi visant à sanctionner le racisme à l’encontre des Subsahariens. Une initiative très vite enterrée. En janvier 2018, c’est au tour de l’Istiqlal de présenter, devant la Commission de la justice et de la législation de la Chambre des représentants, un projet de loi sanctionnant de prison tout type de pratiques discriminatoires basées sur la race, la religion, la nationalité et la couleur de peau. Une proposition une nouvelle fois oubliée par les députés marocains.

Si une loi anti-racisme n’a toujours pas vu le jour dans le pays, le roi Mohammed VI a affirmé en 2013 que le Maroc est devenu une terre d’accueil pour les migrants, qui doivent être traités de manière globale et humanitaire. Depuis cette annonce, le royaume a régularisé quelque 50 000 étrangers, en deux vagues (2014 et 2016). Une telle politique reste inexistante en Tunisie.

Algérie : un débat absent

En Algérie, les autorités ne semblent pas prêtes à s’emparer de la question. Pour lors, aucune proposition de loi n’a vu le jour. Mercredi 10 octobre, le gouvernement a d’ailleurs rejeté, « globalement et dans le détail », les « assertions de l’ONU » reprochant à l’Algérie l’expulsion massive de plus de 12 000 migrants vers le Niger – et ce depuis début 2018, dans des conditions de vie inacceptables.

La principale particularité de la gestion des migrants en Algérie réside dans la pénalisation de l’immigration illégale. En effet, les articles 42 et 44 de la loi 08-11 du 25 juin 2008 pénalisent l’entrée, le séjour et la sortie irréguliers du territoire algérien.

L’été dernier, une violente campagne visant les migrants subsahariens s’est propagée sur les réseaux sociaux, à l’aide du hashtag « #لا_للافارقه_في_الجزاير » (#Non aux Africains en Algérie). Au niveau gouvernemental, le ton s’est également durci. Ahmed Ouyahia, à l’époque chef de cabinet d’Abdelaziz Bouteflika, a déclaré à Ennahar : « La communauté africaine qui réside en Algérie de manière illégale apporte de la drogue, de la délinquance et d’autres fléaux. On ne peut pas dire aux autorités ‘jetez-les à la mer’, mais il faut vivre en Algérie de manière légale. » Et celui qui deviendra Premier ministre d’ajouter : « On va me dire ‘les droits de l’homme’, mais on est les rois chez nous ! »

Par Syrine Attia


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 2
Lus : 1312

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • lass77 (H) 12/10/2018 20:54 X

    Il y'a aussi les pays du golfe qui ne bougent pas. Presque 20% des tunisiens sont noirs , la loi doit être appliquée pour eux. C'est un début. Tous les pays maghrébins sont des racistes contre les noirs qu'ils soient étrangers ou citoyens

  • mystere1 (F) 12/10/2018 11:50 X

    Bonne campagne de lutte contre le racisme, ce maux et maladie qui ronge le coeur et l'esprit de la plupart de l'humanité, j'ai été heureuse en regardant les infos de france 24, et voyant cette info sur la tunisie, pays magrébin le plus raciste, imposer enfin une loi contre le racisme, il faut cela suffit ! oui toute personne agissant verbalement ou physiquement envers son prochain inhumainement ou barbarement doit être puni sévèrement, non il faut une lutte ardente contre ce fléau inhumain, ça c'est vraiement un grand pas, et je suis sûre que la tunisie appliquera cela, cela aussi doit être valable pour ses conseurs marocaines, algériennes, voir aussi libyenne, mais il y'a une autre consoeur plus dangereuse qui souffre de cette maladie et qu'on doit aussi mentionner dans le monde, pour les droits humains, c'est la Mauritanie ! oui elle on doit parler de son cas, les organisations des droits humains, doivent s'en mêler pour instaurer l'application de ces sanctions contre toute personne agissant racistement, on doit le sanctionner sans pitié ! afin de les éduquer, si tous nous voulons être des gens droits, aimants et fraternels, vraiement je suis heureuse de cette déclaration sur la tunisie, car tout ce qui est plein déborde, j'espère que des compatriotes mauritaniens de la diaspora pourront en profiter pour dénoncer le cas de cette mauritanie afin qu'on prenne des mesures strictes envers nos diables humains qui sont avec nous !