30-10-2018 00:00 - Célébration du 1er novembre au Diawling–PND/GIZ – une collaboration sans faille (Communiqué)

Célébration du 1er novembre au Diawling–PND/GIZ – une collaboration sans faille (Communiqué)

GIZ - Le 1er novembre ne vous signifie peut-être rien et pourtant cette date est inscrite dans la vie du parc.

Créé en 1991 en réponse aux modifications environnementales du bas delta causées par l’installation du barrage de Diama et ses annexes conjugués aux effets pervers de la sécheresse des années 70, le PND a dû rétablir, artificiellement, le cycle de l’inondation saisonnière et veiller au développement socio-économique de la zone.

Célébré en présence d’une importante délégation présidée par les Secrétaires Généraux des Ministères en charge de l’Environnement, la Pêche et la Formation Professionnelle, et de Son Excellence Mme Dr. Gabriela Guellil, Ambassadeur d’Allemagne à Nouakchott et de la coopération allemande (GIZ), ce 1er novembre 2018 marquera, comme chaque année un moment important dans les activités du parc.

En effet, il correspond non seulement à la fin de la crue (fin de la mise en eau dans les bassins), au début de la décrue (évaporation et infiltration de l’eau pour recharger la nappe phréatique) mais aussi et surtout au lancement officiel de la pêche artisanale conformément au protocole d’accord établi entre les gestionnaires du Parc et la communauté de pêcheurs Taghrédient.

La collaboration GIZ-PND est récente. En 2011 la coopération allemande s’investit auprès du parc dans un programme de gestion des ressources naturelles. En 2018, le programme Co-Management des ressources marines, côtières et terrestres (CorMCT) prend la relève, poursuit la mise en œuvre du plan d’aménagement et de gestion du parc et apporte son appui aux sociétés civiles, aux coopératives, notamment aux femmes. Son credo, le transfert de compétences pour une meilleure gestion participative de la population.

Avec une enveloppe de 140 000 € issus du Banc d’Arguin Coastal and Marine Biodiversity Trust Fund (BACoMaB), le CorMCT se félicite du lien entre les bailleurs internationaux et le parc, et des actions concrètes réalisées en faveur des populations.

La deuxième activité prise en compte par la GIZ au niveau du parc est la formation et la création d’emplois. Ainsi, s’il existe au PND des activités de maraîchage, d’élevage et d’artisanat, la pêche, bien que saisonnière, reste incontestablement l’activité dominante et la plus lucrative pour les jeunes et les adultes. Alors, dans un souci de professionnaliser les pêcheurs, le Projet Promotion de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle en Milieu Rural (PELIMIR), s’engage à renforcer leurs capacités, à leur apprendre le respect des règles environnementales, à développer la chaîne des valeurs des produits de la pêche et à promouvoir l’emploi des jeunes. À ce titre, près de 120 pêcheurs et mareyeurs sont actuellement en cours de formation au PND.

Grâce à sa gestion maîtrisée de l’eau acquise ces dernières années dans le cadre du programme d’investissement financé par la coopération financière allemande (KFW) pour la construction et la réhabilitation des infrastructures hydrauliques, le PND a acquis une maturité qui s’est concrétisée par des succès probants dans la restauration des écosystèmes, le retour de la biodiversité du bas delta et dans le développement. L’effectif de la faune a augmenté.

Le nombre d’oiseaux d’eau se monte à près de 300 000 individus représentant 114 espèces dont plus de 30 nichent au PND et les crocodiles atteignent près de 100 individus dominés par les jeunes. La population a elle aussi vu ses conditions de vie s’améliorer. L’artisanat s’est développé, les cultures maraîchères ont augmenté et le revenu des pêcheurs a été multiplié (plus de 40000MRU/mois pour une durée de 4 mois).

La GIZ salue les excellents résultats obtenus par le parc et se félicite de l’harmonie qui prévaut entre la population, la faune et la flore. Le Directeur du Parc, Dr Daf Ould Sehla Ould DAF qui a largement contribué à ces résultats depuis son arrivée se fixe d’autres objectifs tout aussi ambitieux : l’extension des limites du Parc, faire connaître son parc au grand public, communiquer sur l’intérêt de le protéger et obtenir le classement du PND au patrimoine de l’UNESCO. Il est déjà le noyau central de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du delta du fleuve Sénégal depuis juin 2005 – MAB(1) /Unesco.

Enfin, la célébration de la journée du 1er novembre intitulée « cérémonie commémorative du rôle des aires protégées dans l’atténuation et la résilience des populations locales face au changement climatique, cas du PND » correspond parfaitement aux axes stratégiques du nouveau Plan d’Aménagement et de Gestion du Parc (2018-2022). Elle s’inscrit dans un cadre cohérent et harmonisé d’une politique intégrée de conservation, de gestion et d’exploitation durable des écosystèmes marins et côtiers, tel qu’il est défini dans la Stratégie Nationale de l’Environnement et du Développement Durable 2017-2021 adoptée par le gouvernement mauritanien.

C’est aussi une contribution considérable dans la mise en œuvre de la politique nationale : la Stratégie de Croissance Accélérée et de Prospérité, SCAC.

(1). Man and the Biosphere Programme





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : GIZ
Commentaires : 1
Lus : 1475

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 30/10/2018 07:50 X

    Je souhaite vivement que le Parc de Diawling soit transformé le 1er Novembre 2028 en Conseil des Ministres par décret en Parc Mixte (agriculture et oiseaux) comme la majorité des Parcs européens. Notamment le Parc français de la Camargue (riziculture et oiseaux) qui ne réserve aux oiseaux que 60 hapour permettre à l'Etat mauritanien de créer dans les 60.000 ha illégalement captés (Gazra car le decret 91 n'offfre que 14.000 ha à cette folle option piscicole (eau douce and eau salée du Delta) sur base de corruption de fonctionnaires mauritaniens). La création du Parc de Diawling (contraire aux intérêts suprêmes du pays) selon un courrier du Ministre de l'Hydraulique mauritanien de 7 pages disponible dans mes archives personnelles) prive la Mauritanie dans le cadre de la guerre mondiale alimentaire actuelle promue par l'Ordre Economique Mondiale (OEM) qui tient à nous maintenir dans la pauvreté de produire 600 .000 tonnes de riz soit 2 fois les besoins du pays en riz à un coût 2 fois moins chers que le riz asiatique importé et 60 milliards d'UM/an. Les défenseurs du Parc nous parle de de 120 pêcheurs saisonniers de Taghredient (pauvres populations locales) alors que le potentiel d'emploi est plus de 100.000 emplois. Ceux-ci nous parle de 140.000 EUros (50 millions UM)investis au Parc alors que le Parc si nous sommes consultés peut apporter en 2020 un revenu 60 milliards d'UM/an aux populations locales et autres. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr.