08-12-2018 18:40 - Vidéo. Un village mauritanien voisin du Sénégal menacé par la montée des eaux

Vidéo. Un village mauritanien voisin du Sénégal menacé par la montée des eaux

France24 - Le petit village de pêcheurs de N’Diago, situé à la frontière sénégalo-mauritanienne, est gravement menacé par la montée des eaux. Fin novembre, de hautes et puissantes vagues se sont abattues sur les maisons et les commerces côtiers, laissant environ 45 familles à la rue, selon notre Observateur. Cet habitant du village a filmé les dégâts et espère mobiliser le pays autour d’une collecte de fonds pour les reloger.

N’diago est situé près de l’embouchure du fleuve Sénégal, face à l’océan Atlantique, et ses habitants craignent que le village ne disparaisse bientôt. Le niveau de la mer monte, en raison du changement climatique : l’érosion ronge la plage un peu plus chaque année, si bien que la mer lèche désormais les premières maisons sur le littoral.

À partir du 16 novembre et pendant une quinzaine de jours selon notre Observateur, des houles se sont abattues sur les habitations. La mer s’est répandue dans les ruelles, jusqu’à atteindre le cimetière situé au centre de la commune.

"On a compté une quinzaine de bâtiments résidentiels détruits, ce qui a mis environ 45 familles à la rue"

Notre Observateur Abdel Karim Mademba habite ce village et a filmé les dégâts les 24 et 25 novembre, après une marée particulièrement dévastatrice.

"Beaucoup d’habitations, mais aussi de commerces, d’ateliers et de lieux de transformation des produits aquatiques ont été ravagés par les vagues. On a compté une quinzaine de bâtiments résidentiels détruits, ce qui a mis environ 45 familles à la rue. L’activité économique du village est à l’arrêt, malgré une relative amélioration des conditions météorologiques.

Nos grands-pères et nos grands-mères qui habitent aujourd'hui sur le front de mer nous racontent que, quand ils étaient enfants, ils habitaient à plusieurs centaines de mètres du rivage. Pour combattre l'érosion, nous avons deux choix : construire une digue ou fuir vers les terres.

En ce moment je suis à Nouakchott, la capitale, pour essayer de récolter des fonds pour les personnes sans logement. Aucune infrastructure n’a été mise en place pour nous protéger des attaques de la mer et de la montée des eaux. Nous essayons donc de motiver les villageois à déménager dans un terrain situé à 800 mètres à l’est du village. Mais, bien sûr, très peu l’ont fait par faute de moyens."


Ce phénomène d'érosion, provoqué par le changement climatique, concerne l'ensemble de cette région côtière. À environ 15 kilomètres de N'Diago se trouve la ville de Saint-Louis, au Sénégal, où l'océan grignote chaque année trois à six mètres de la Langue de barbarie. En novembre, une forte houle avait également provoqué des inondations à Saint-Louis.

En septembre 2018, nos Observateurs ont mis ce phénomène en lumière dans un numéro de notre émission Ligne directe consacré à la ville de Saint-Louis.







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : France24
Commentaires : 1
Lus : 3259

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 08/12/2018 20:00 X

    Sans citer le climat favorable toute l'année du Zbar de N'diago, aux légumes et agrumes, et ses les côtes poissonneuses, ni l'Arrondissement de N'Diago , ses 14 villages ni la Mauritanie n'ont besoin de Charité, mais d'une politique en faveur de l'Homme Plus de 100.0000 ha les terres alluvionnaires du Delta disposant de plus de 100m3/s d'eaux douces du fleuve Sénégal ( Nouakchott s'abreuve d'un tuyau de 1m3/s de l'ouvrage de l'Aftout)maîtrisées par les ouvrages vannés de Cheyal, Lemer et Aftout facilement exploitables dés cette année en irrigation sans pompage pour produire plus de fois les besoins du pays en Riz. Cet Arrondissement et la Mauritanie aux richesse sont depuis 1990 victimes du Parc de Dialing et condamnés à la pauvreté par des idées saugrenues d'estuaires artificiel d'eau douce + eau salée dans le Delta pour nourrir les oiseaux migrateurs . Pourtant un decret modifiant et créant un Parc mixite de rizipisciculture suffit pour enrichir la Mauritanie en créant la nourriture des oiseaux piscicoles dansle respect des écologistes militants des oiseaux . cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr