23-12-2018 08:12 - Sénégal: en exil, Karim Wade sort du silence

Sénégal: en exil, Karim Wade sort du silence

RFI - C’est une première depuis 2013 : les Sénégalais ont pu, ce samedi 22 décembre, entendre la voix de Karim Wade. Le fils de l’ex-chef de l’Etat vit en exil au Qatar.

Il souhaite participer à la présidentielle de février prochain mais sa candidature pourrait être rejetée car le code électoral interdit à une personne condamnée à cinq ans de prison ou plus d’être candidat. Dans sa déclaration diffusée via les réseaux sociaux, Karim Wade appelle au rassemblement pour contrer Macky Sall.

« Chers frères, chères sœurs... » Six minutes et quinze secondes, des bruits d’oiseaux en fond sonore, une voix monocorde. Karim Wade a sans doute rêvé de prononcer ce discours place de la Nation à Dakar, devant une immense foule.

« Il ne s’agira pas seulement de mettre fin à sept années de gouvernance clanique de Macky Sall, d’atteinte aux libertés, de politisation de la justice, de dégradation de l’économie, de délabrement des services publics, d’appauvrissement de la population », dit-il.

Un appel au rassemblement

S’il liste nombre de critiques à l’encontre de Macky Sall, Karim Wade ne fait par contre aucune proposition concrète dans ce premier discours qui lance sa campagne. « Nos objectifs tiendront en quelques mots simples : rassembler, protéger, développer », assure-t-il.

Exilé, Karim Wade appelle enfin au rassemblement autour de lui. « Il s’agit de rassembler tous ceux et toutes celles qui sont décidés à agir ensemble pour réaliser, dès février 2019, la troisième alternance voulue par les Sénégalais », insiste-t-il.

Avec ce discours enregistré, Karim Wade brise donc le silence, indique qu’il sera avec ceux qui le soutiennent, mais ne donne aucune indication quant à la date d’un éventuel retour au Sénégal.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 1
Lus : 2044

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Thiowli (F) 23/12/2018 09:02 X

    Deux pays voisins, deux présidents ennemis d’hier et amis aujourd’hui au nom du pétrole et du Gaz, les deux sont condamnés à museler leur opposant pour profiter des richesses de leur pays, Aziz dictateur peut se comprendre parce qu’il est venu au pouvoir par les armes et continue à régner par la terreur. Maky Sall démocrate à l’arrivé, devenu par la force des affaires personnel et familiale un semi-dictateur, tous les deux doivent mettre en prison certains de leurs adversaires et exilé d’autres pour pouvoir profiter de la manne financière, les deux présidents sont des BOULOMIES en argent. Aziz et Maky ne s’aiment pas du tout, il pouvait ne jamais se rencontrer, si le Gaz et le pétrole n’exister pas entre les deux pays. Aziz voyer en Maky le soutien des FLAMISTES, des peuls et des défenseurs des droits de l’homme, Maky voyer en Aziz et voit encore celui qui soutient les rebelles casamançaises preuves à l’appui, en plus Maky n’aime pas l’isolement des négros et l’esclavage dans ce pays, il le dit en coulisse mais ne le manifeste pas, donc seul leur intérêt personnel et clanique les poussent aux faux sourires devant le monde. Maintenant les opposants payent la facture salée des deux chefs d’état devenu à cause de leur intérêt personnel des dictateurs sur leur peuple.