24-12-2018 11:33 - Mauritanie : Bathia Mamadou Diallo, nouveau président d’un Conseil Constitutionnel remanié

Mauritanie : Bathia Mamadou Diallo, nouveau président d’un Conseil Constitutionnel remanié

Jeune Afrique - La Mauritanie a depuis jeudi 20 décembre un nouveau Conseil constitutionnel, où l’opposition a fait son entrée pour la première fois.

Les neuf membres nommés par décret présidentiel seront dirigés par l'ex-ministre de la Défense Bathia Mamadou Diallo, qui remplace au poste de président Sghaïr Ould M’Bareck. Né à Boghe le 31 décembre 1955, Bathia Mamadou Diallo est un juriste spécialiste des collectivités territoriales et de l’urbanisme. Ancien élève de l’École nationale d’administration française, il a débuté sa carrière au ministère de l’Intérieur.

Il a occupé le poste de ministre de la Défense d’août 2014 à octobre 2018 et a dirigé la réforme du parti majoritaire, l’Union pour la République (UPR), à partir du printemps 2018. Sa nomination ne marque donc pas de rupture politique, puisque Bathia Mamadou Diallo est un fidèle du président Mohamed Ould Abdelaziz.

Des sièges pour Tawassoul et l’UFP
Autre nouveauté : des membres de l’opposition siègeront au Conseil en vertu des résultats des conclusions du « dialogue » mené en 2016 avec l’opposition modérée et du résultat du référendum constitutionnel de 2017.

Mohamed Mahmoud Ould Sidigh y représentera la principale formation d’opposition, le parti islamiste Tawassoul, pourtant désigné par le chef de l’État durant la campagne législative de septembre comme l’ennemi public n°1. Haimout Ba, juriste, enseignant à l’Université de Rouen, y siègera en tant que membre du parti le plus à gauche sur l’échiquier politique mauritanien, l’Union des forces de progrès (UFP).

Dans cette nouvelle configuration, le Conseil constitutionnel devrait gagner en crédibilité et, mi-2019, accompagner sereinement l’alternance à la présidence.

Par Alain Faujas



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 0
Lus : 2507

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)