26-12-2018 21:45 - La Mauritanie de 2018 par El Hussein El Hassan DIENG, défenseur des droits de l'homme

La Mauritanie de 2018 par El Hussein El Hassan DIENG, défenseur des droits de l'homme

Alakhbar - 2018, l’année de la première qualification de la Mauritanie à la Coupe d’Afrique de Nations. Le pays sortait d’un deuil qui a assombri l’année : la disparition subite de Ely Ould Mohamed Vall, le président de la transition de 2005. Le premier à remettre le pouvoir aux civils, après 40 année ans de règne militaire.

L’exploit de l’équipe nationale, les Mourabitounes, une première depuis l’indépendance du pays, il y a 58 ans, a offert un nouvel élan de visibilité à la Mauritanie qui lutte, depuis ces dernières années, pour sortir de l’anonymat.

Dans ce contexte, le pays a répondu cette année, à l’invitation des Nations unies pour relancer la paix au Sahara Occidental.

Egalement, Nouakchott a tenu plusieurs rencontres régionales et internationales en 2018. Il y a, par exemple, le forum de la société civile Africaine suivi de l’organisation de la 31 eme session de la commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, le sommet de l’Union africaine, tenu un an après le sommet de la ligue arabe.

Nouakchott a accueilli la conférence de Coordination des Partenaires et Bailleurs de fonds du G5 Sahel pour le Financement du Programme d’Investissements Prioritaires.

Et Nouakchott a repris, le commandement de la Force conjointe du G5 Sahel, confié au général mauritanien Hanena Ould Sidi.

Sur le plan économique, l’année 2018 marque l’introduction de la nouvelle monnaie avec de pièces et de billets, la mise en vigueur de la nouvelle vision du pays qui repose sur le SCAPP (stratégie nouvelle de la croissance accélérée et partagée) la finalisation de l’accord de partage, entre la Mauritanie et le Sénégal, du gaz découvert sur la frontière commune.

Ainsi, la Mauritanie est sous l’œil des investisseurs. La preuve, le 6e salon de Mauritanides, le le rendez-vous des entreprises souhaitant investir dans le pays, a attiré, cette année 2018, quatre majors pétrolières : Exxon Mobil, Shell, Total et BP - British Petrolium.

Le pays a d’ailleurs introduit en début d’année 2018 une un réforme monétaire global pour s’adapter aux perspectives de gaz.

Côté politique, 2018 est l’année des incertitudes sur la succession du président Mohamed Ould Abdel Aziz avec l’avènement de nouvelles initiatives régionales appelant à un troisième mandat. Ainsi, le débat sur un 3e mandat ne cesse de refaire surface. Malgré interdit par la Constitution.

Les relations restent aussi tendues entre pouvoir et opposition, à 5 mois des présidentielles de 2019, notamment, contre les islamistes: véritables adversaires du régime en place.

Encore l’opposition est affaiblie par l’exil de son bailleur, le milliardaire Mohamed Ould Bouamatou, et la détention de Biram DahAbeid, qui est arrivée deuxième lors de la dernière présidentielle.

Et plusieurs partis opposant risquent de disparaître, selon la loi de dissolution des partis ayant obtenu moins 1% lors des législatives de 2018. Des élections qui ont permis à l’UPR, le parti au pouvoir, de renforcer sa domination de l’Assemblée nationale.

Toutefois, l’opposition résiste en annonçant, pour la première en 2018, une candidature unique à la présidentielle.

En termes des droits de l’homme, la Mauritanie est pointée du doigt par les organisations des droits de l’homme qui dénoncent une société inégalitaire dans laquelle l’esclavage persiste.

Les Etats unis ont d’ailleurs exclut la Mauritanie de l’AGOA, qui offre aux pays africains des avantages en matière de préférence commerciale. Pour Washington, la Mauritanie n’a pas fait assez dans la lutte contre l’esclavage.

Et l’accord d’association avec la CEDEAO, n’a pas permis aux ressortissants des pays membre de l’organisation sous régionale de bénéficier de meilleurs conditions de séjour. Beaucoup se plaint de l’accès difficile à la carte de séjour et aux tracasseries régulières des forces de sécurité.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1843

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • ministre (H) 27/12/2018 11:05 X

    Cet homme est assis sur beaucoup de secrets de son passage à l'ambassade d'Israël, de l ira où il fût le poumon, Et de l état ou il a grandement contribué à la stabilisation du pays par son soutien sans contrepartie majeure. Il peut être très dangereux avec tout ce processus. L'État à grandement intérêt à le faire jouer de grands rôles à l'extérieur. Il serait plus utile à l'étranger que dans le pays. Son retour avec Biram pourraient coûter très cher à l état mauritanien.

  • Noirhartani (H) 26/12/2018 23:30 X

    Tu révèles aux lecteurs de cet article que tu fais comme le journaliste du système qui dit à demi-mot que tout va bien, peut être que tu sens la fin de règne de ton parapluie. Au moins après une année de perdu dans l’hémisphère de la tricherie politique de l’UPR et des volte-face, voilà enfin que tu sors de ta réserve d’intérêt, pour t’exposer comme quelqu’un des droits de l’homme, au moins cette fois tu essaie de voir un peu de ce qui ne va pas, l’autre face, pour faire plaisir au système esclavagiste que tu apportes tout ton soutien est que au moins tu n’as pas insulté Biram et IRA, même si tu es encore un produit du mouvement IRA qui joue le contraire, pour préserver tes intérêts. Ce qui est sûr est que ton mentor changera de place qu’il le veuille ou pas, ceux qui ont mentit sur les autres pour obtenir certaines choses, devront trouvés une autre façon de tromper ce qui viennent, mais toi, on ne te tient pas rigueur de ça, seulement un jour tes écris contre IRA et Biram seront soumis à une étude profonde avec les partenaires.

  • mseyke le martyr (H) 26/12/2018 22:07 X

    Un récit évènementiel pour l'année 2018 édifiant, équilibré et neutre montrant une certaine maturité et l’abandon de ce qui a été toujours le slogan de Dieng la fameuse IRA dissidence, bravo pour la retenue et la raison gardée.

  • medabdul (H) 26/12/2018 21:47 X

    bla bla bla rejoins birame c'est mieux pour toi a long terme.