14-01-2019 13:45 - Interdits sur les marchés mondiaux, les produits agricoles algériens débarquent en Mauritanie

Interdits sur les marchés mondiaux, les produits agricoles algériens débarquent en Mauritanie

Le360 - Indésirables en Europe, en Amérique du nord, en Russie, dans les pays du Golfe, en Tunisie… les produits agricoles algériens viennent d’inonder ces derniers jours les marchés du nord de la Mauritanie.

En attendant d’en faire de même au Sénégal. Attention danger ! Les autorités mauritaniennes feraient bien de jeter un regard méticuleux sur les produits agricoles algériens qui viennent de débarquer dans le nord du pays. Il y va de la santé de leurs citoyens car ces produits peuvent constituer un danger réel pour la santé publique.

En effet, depuis maintenant plus de deux semaines, les médias algériens annonçaient, tambours battants, le lancement d’une opération d’exportation de produits algériens vers la Mauritanie et le Sénégal par voie terrestre.

Première du genre depuis l’ouverture en août dernier du passage frontalier entre la Mauritanie et l’Algérie, «la caravane en question est composée de 20 semi-remorques transportant 400 tonnes de différents produits... La cargaison est composée de 220 tonnes de produits agricoles (pommes de terre, oignons, citrouilles), 40 tonnes de produits électroménagers, 120 tonnes de produits agroalimentaires et 20 tonnes de produits hygiéniques», nous informe le journal Liberté.

Le ministre algérien du Commerce, Saïd Djellab, qui vient de superviser la mise en branle de cette caravane, a annoncé que deux autres opérations d’exportation sont prévues pour ce mois de janvier, dont l’une traversera la Mauritanie pour se rendre à Dakar.

Jeudi dernier, le site régional mauritanien, zouerate.info, n’a pas caché sa surprise de voir subitement apparaître, pour la première fois dans l’histoire, des produits agricoles algériens sur les étals des marchés de la cité minière du nord du pays. Ces produits sont composés essentiellement de deux légumes, à savoir les «pommes de terre et les oignons, vendus à 20 ouguiyas le kilo (0,5 euro), et qui ont été convoyés par de gros camions venus de la région d’Alger et ayant transité par le passage frontalier mauritano-algérien», écrit le site.

Or, ce que le média nord-mauritanien ignore, c’est que ces produits, et particulièrement la pomme de terre, sont formellement interdits d’entrée dans tous les pays du monde, ou du moins ceux d’entre eux qui ont instauré un minimum de contrôle à leurs frontières. Et pour cause, les normes phytosanitaires des produits agricoles algériens sont loin de répondre aux standards internationaux de sécurité sanitaire des aliments (multiples maladies et fortes concentrations en pesticides et autres produits phytosanitaires nocifs).

Pas plus loin que l’été dernier, des dizaines de milliers de tonnes de pomme de terre algérienne ont été incinérées dès leur entrée sur le territoire hexagonal, la France ayant strictement interdit l’importation de nombre de produits agricoles algériens. Le Canada, le Qatar et la Russie ont également pris des mesures similaires en blacklistant les produits agricoles algériens (dattes, pâtes alimentaires, pomme de terre, boissons gazeuses…), dont de nombreux contingents ont été systématiquement renvoyés à l’expéditeur.

Pour sa part, la Tunisie, pays voisin de l’Algérie et liée à celle-ci par un accord commercial préférentiel, n’accepte plus, depuis presque trois années, les pommes de terre algériennes sur son marché. Elle en empêche même certaines cargaisons de transiter par son territoire à destination de la Libye par crainte de contamination de ses terres arables.

Face à cette mise en quarantaine quasi mondiale à cause de la dangerosité de ses produits agricoles d’exportation, l’Algérie tente aujourd’hui de profiter de la récente ouverture du passage frontalier avec la Mauritanie pour écouler ses produits «pestiférés» vers l’Afrique de l’Ouest en vue de combler, un tant soit peu, les tarissements de ses rentrées en devises après la chute drastique des revenus pétroliers.

A travers cette «caravane d’exportation» ultra-médiatisée, la conception algérienne de la coopération Sud-Sud est ainsi dévoilée. D’un côté, elle procède au renvoi systématique, en masse et dans des conditions inhumaines des ressortissants africains, accusés d’être porteurs de Sida et jetés dans le grand désert du Sahara. De l’autre, l’Afrique subsaharienne, où l’Algérie n’a jamais investi le moindre dinar du temps où les pétrodollars coulaient à flots, est aujourd’hui considérée comme un débouché potentiel pour des produits algériens impropres à la consommation.

Par Mohammed Ould Boah



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 9
Lus : 5914

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • Ould kardous (H) 15/01/2019 06:03 X

    Monsieur Mohammed Ould Boah vous avez recu combien pour faire un article pareil contre les produits Algeriens

  • leguignolm (H) 14/01/2019 22:16 X

    Stop! Notre pays n'est pas à l'image d'une balle de tennis.

  • el makhlough (H) 14/01/2019 21:24 X

    Mr Mohamed ou le Boah, je suis curieux de savoir pourquoi tant d'inepties , de haine et de mensonges, pourquoi cette soudaine frayeur et protectionisme des mauritaniens vis a vis des algériens , le ridicule ne tue plus

  • hachmi (H) 14/01/2019 20:47 X

    Avec le dénuement qui frappe nos braves populations, j'ai envie de vous dire que votre article est vu par ces gens comme l'auspice qui se moque de la charité. Il faut aussi arrêter d'utiliser le terrain mauritanien, comme le lieu d'expression des divergences sordides qui existent entre les dirigeants marocains et algériens au détriments des populations maghrébines qui devraient être les plus nantis du continent en matière d'alimentation.

  • lass77 (H) 14/01/2019 19:03 X

    Ce n'est pas une surprise que cela se passe en Mauritanie à cause évidemment de ce complexe teinté de snobisme chauviniste. Puisque c'est l’Algérie ok pas de problème il faut circuler , il y'a rien à avoir comme cela peut concerner d'autres pays maghrebins. On se rappelle toujours des recrutements de Tunisiens , de Marocains etc... au détriment des citoyens Mauritaniens dans l'enseignement, la santé et dans d'autres domaines. Par ailleurs j'ignore qui seront les consommateurs de ces produits en Mauritanie ?

  • cccom (H) 14/01/2019 17:20 X

    L'oasis de Maaden produit depuis 92 plus 2000 tonnes/an de carottes dont elle perd parfois 100% sur le champs non transportés. Si le Président Aziz répond à ma demande annuelle répétées de financement de 5 Camions frigots arrivage 10t à 50 millions d'UM remboursables en une seule campagne par le transport à Nouakchott par le GIE de commercialisation de Maaden (au prix de 30.000 UM/TX 2000T= 60 millions UM) de cette production que nous commençons à déverser depuis un mois et continuons jusqu'au mois de Mai 2019, nous exporterons en retour de camions les carottes de Maaden en Algerie. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • brabak (H) 14/01/2019 16:14 X

    Cet article sent quelque part un règlement de comptes. L'Algérie est mille fois plus développée que notre pauvre Mauritanie complexée qui a toutes les tares du monde.

  • medabdul (H) 14/01/2019 15:10 X

    la Mauritanie n'a même pas un organisme sanitaire pour détecter des produits contamines;c'est leur dernier soucis un peuple d’arriérés incultes;un complexe morbide de tout ce qui s'apparente a l'arabe; peuple de (***) complexes ,et l'algerie fait peur a

  • cccom (H) 14/01/2019 14:53 X

    @360 Maroc: L'Algérie interdite en Europe? Pas étonnant.La meilleure mutuellement fructueuse intégration Eco de l'Algérie avec la Mauritanie est dans l'échange par troc du machinisme en SU de brevets allemand et américains ( tracteurs, Moissonneuses; GMP, engrais.. ) pour réduire durablement les coûts de l'Agriculture en Mauritanie de 40%. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr