19-01-2019 10:54 - Mauritanie : Quelles conséquences pour le Maroc du «départ» d’Ould Abdel Aziz ?

Mauritanie : Quelles conséquences pour le Maroc du «départ» d’Ould Abdel Aziz ?

Yabiladi - En Mauritanie, le président Mohamed Ould Abdel Aziz prépare son successeur. S’agit-il d’une nouvelle stratégie pour continuer à tirer les ficelles ? Le président mauritanien a annoncé que son «départ» ne signifie pas qu’il renonce à la politique.

Mohamed Ould Abdel Aziz renonce à briguer un troisième mandat. Le projet de son parti, l’Union pour la République (UPR), qui détient la majorité absolue au Parlement monocaméral, de modifier la Constitution en vue de lui baliser la voie à l’élection présidentielle de 2020, est désormais suspendu.

L’annonce a surpris la classe politique en Mauritanie et dans la région maghrébine. Une fois son effet passé, des listes de candidats à la succession de l’homme fort du voisin du sud ont commencé à apparaître.

Sans doute, le mieux placé dans la Bourse des pronostics pour diriger le pays de 2020 à 2024 n’est autre que Mohamed Ould Ghazouani. Il est le plus proche collaborateur de l'actuel président. Tous les deux ont mené, en août 2008, le coup d’Etat ayant porté Ould Abdel Aziz au pouvoir.

Quelles conséquences pour le Maroc ?

Depuis, la carrière du général Ghazouani a connu une ascension fulgurante. Avant sa nomination, en octobre, ministre de la Défense dans le gouvernement de Mohamed Salem Ould Bechir, il occupait le prestigieux et sensible poste de chef d’Etat-major de l’armée mauritanienne.

En troquant le treillis pour un costume cravate, l’ancien général se prépare à assumer de nouvelles responsabilités dans le parti présidentiel et la tête de l’Etat. La cérémonie de l’officialisation de la candidature d’Ould Ghazouani serait prévue au début de mars.

Ce «départ» annoncé et préparé par Mohamed Ould Abdel Aziz aura-t-il des conséquences sur le Maroc alors que les deux pays semblent décidés à tourner la page des années de tensions ? «De par ses anciennes fonctions, Ould Ghazouani évitait de s’immiscer en politique. Il est improbable que ce changement puisse affecter négativement les relations maroco-mauritaniennes. Le véritable pouvoir ne devrait pas échapper à l’actuel président», nous confie une source proche du dossier.

Une lecture à prendre avec des pincettes. En témoigne l’exemple angolais. La stratégie mise en place par José Eduardo dos Santos ayant décidé de quitter le pouvoir tout en plaçant un fidèle à la tête du pays sont tombés à l’eau par la personne qu’il a lui-même choisie pour lui succéder en 2017, Joao Lourenço.

Ould Ghazouani
est issu de la tribu «Idboussat», installée au pays depuis des siècles. Un atout capital dans un pays où les structures traditionnelles jouent encore un rôle déterminant.

Mohammed Jaabouk



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 5473

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • netali (H) 20/01/2019 11:26 X

    Vraiment c'est du n'importe quoi! Ou est le peuple mauritanien un poignée de gens qui décide de qui serait le président ou qui ne serait pas. Quel avenir pour le pays???

  • diargua (H) 19/01/2019 16:13 X

    Article dont la traduction française n’est pas journalistique et dont l’analyse n’est pas pertinente. Sa lecture rend dubitatif. En terme de politique il est toujours indique de penser, d’écrire au sens exclusif cad du perpendiculaire au parallèle ou vis versa. Cet article ne parle qu’au sens singulier : le successeur de Aziz et au sens affirmatif : la continuation de Aziz. Il ne parle nullement de l’opposition. Article a reprendre avec un bon français et colore d’un peu d’exclusivité au moins.

  • medabdul (H) 19/01/2019 14:53 X

    ce serait la meilleure option a tous points de vue;ce GÉNÉRAL ghazwani serait un officier intègre qui percute;très intelligent et d'une moralité qui a fait ses preuves;pour lui une amitié de 40 ans avec aziz serait blindée a toutes les tentations de tromperie et des contingences tribales;c'est un officier ce monsieur au sens tres noble du terme ce qui tres rare

  • Faux-Parrains (H) 19/01/2019 12:51 X

    Aziz doit vraiment réfléchir fois avant de confier ce pouvoir qu’il dit détenir et en fait une propriété privée, il doit savoir que le même jour qu’il quitte le pouvoir, ce même jour il aura perdu ses alliances et ses amitiés, les plus précieuses d’ailleurs basés sur des intérêts, donc il doit méditer ce que Imam cheikh à analyser pour lui, il doit arbitrer du juste au juste et rester dans le cœur des mauritaniens.

  • lass77 (H) 19/01/2019 12:27 X

    La politique mauritanienne ne doit pas s'aligner que sur le Maroc, d'ailleurs les relations avec ce pays sont à sens unique. Les mauritaniens ont d'autres soucis.

  • sybasarr (H) 19/01/2019 12:10 X

    Le tandem Taya-Ely concepteur et batisseur du racisme, de la discrinamination raciale, fervent defenseur de l'esclavage, et de l'exclusion des Noirs mauritaniens du pouvoir et des biens de ce monde. en un mot du bien-eture socioculturel et economique,.. a forme et legue la mission oppressive au disciple Aziz. Il a remodele et reforme le systeme monlithique avec des pratiques plus eleaborees de l'exclusion, du deni et de la deformation et de mensoges doubles d'accusation ehontes. Aujourd'hui la tendance est de tranmettre le flambeau a un General venu de nulle part comme avec le civil transitionnel des tenebres. un general qui n'a jamais adresse un seul mot au Peuple, qui s'etai terre durant des decennies. u officier doit herite et tenter de perpertrer et renforcer le systeme de racisme et de division du peuple mauritanien. Le successeur d'Aziz est-il homme de l'armee qui denfendra une mauritanie dicriminatoire, une mauritanie exclusivement arabe ou les Noirs (Harytanis et Negroafro) seront mis au banc des citoyens zonaux seconds, marginalises, banis sans droits. Les pratiques du regne du general multiputschiste seront elles l'heritage du futur officier choisi et impose au peuple meurtri de mauritanie. Alors, futur du systeme, beinvenu au pays de la contestation et la lutte acharnee contre l'arbitraire. La lutte ne fera que contineur de plus belle et la liberation du peuple entier sera l'ultime issue. A bon entendeur salut!