15-03-2019 12:51 - Restructuration des centres de santé en Mauritanie, l’expérience pilote du « Tab Sweisra » d’El Mina

Restructuration des centres de santé en Mauritanie, l’expérience pilote du « Tab Sweisra » d’El Mina

L'Authentique - Le Ministère de la Santé, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), a entamé depuis plus d’une semaine une expérience pilote au Centre Mère et Enfant d’El Mina, connu populairement sous le nom « Tab Sweisra ».

Ce projet, mené avec l’aide d’un expert de l’UNFPA, est destiné à la réorganisation et à la restructuration du centre, sur un modèle qui a donné des résultats au Mali, en Côte d’Ivoire, et ailleurs dans le continent. Cette expérience sera généralisée par la suite à toutes les structures de santé de la Mauritanie.

Comment rendre un centre de santé plus attractif en facilitant le circuit patient, en améliorant la qualité des services et en réduisant le temps d’attente des clients ? Une telle expérience, qui a déjà fait ses preuves ailleurs, est en cours depuis près de dix jours au Centre Mère et Enfant d’El Mina, plus connu sous le nom « Tab Sweisra» à Neteg.

De la réorganisation des services de santé

Selon Dr.Jules YAO, Chargé de Programme Santé de la Reproduction et Jeunes au Bureau UNFPA de Côte d’Ivoire, qui apporte son expertise au projet, « l’approche s’appelle Réorganisation des Services de Santé, particulièrement la Santé de la Reproduction. Elle vise le renforcement du système de santé et repose sur trois éléments inclusifs : Disponibilité, Intégration, Qualité des services ».

Parlant de l’expérience en cours au Centre Mère et Enfant d’El Mina, il a déclaré que « depuis une semaine, plusieurs étapes ont été franchies, notamment l’analyse situationnelle du centre, l’élaboration du Plan d’Action par unité de soins, la formation du personnel en normes et gestion ».

Il souligne que pour « assurer une prestation de qualité selon les normes et permettre une meilleure utilisation des services, une journée de salubrité a été organisée, jeudi 14 mars 2019 » précisant que cette journée sera institutionnalisée par le centre de santé.

En Côte d’Ivoire, l’expérience a été généralisée sur plus de cent (100) centres de santé, dira-t-il en substance, ajoutant qu’il restera, pour ce qui est du centre d’El Mina, la finalisation des outils de gestion (organigramme, fiche de poste, gestion de l’espace et calendrier de travail), la fourniture d’équipements médicaux et le suivi de l’initiative.

Dr.Mohamed Vall Ould Boubacar, médecin-chef du Centre Mère et Enfant d’El Mina, a décrit une situation peu reluisante du centre, situé dans une poche de pauvreté et qui n’a connu comme amélioration qu’un bâtiment neuf construit avec l’aide de l’ONG « Terre des Hommes » il y a quelques mois.

Il a déploré le peu d’intérêt accordé au centre qui manque selon lui de tout, notant l’absence de fonds de fonctionnement, avec un laboratoire en panne malgré la présence d’un technicien qualifié, la disponibilité d’un personnel compétent mais manquant de toute motivation, l’absence de matériel et de fournitures essentiels.

Les patients déplorent quant à eux la cherté des prestations, avec un forfait obstétrical à 900 MRU, sans compter l’achat de médicaments et les consultations. Selon Dr. Mohamed Vall Boubacar, le centre enregistre par jour 10 à 30 consultations prénatales et environ 150 accouchements par mois.

De la formation du personnel

Le 11 mars 2019, après plusieurs jours de formation sur les principes de la restructuration du centre, le personnel a assisté à une restitution qui a porté sur le diagnostic situationnel et les améliorations enregistrées. Pour les consultations prénatales et postnatales (CPeN/CPON) et la maternité, beaucoup d’insuffisances ont été notées, comme le manque de matériel, la cherté des prestations, la qualité médiocre de l’accueil, l’insuffisance du personnel sage-femme (une seule pour la vaccination), malgré l’affluence, la non motivation du personnel, l’absence d’hygiène et de toilettes.

La maternité souffre aussi de l’absence de table gynécologique avec deux seules tables d’accouchement, alors que la pharmacie est confrontée à des problèmes d’approvisionnement et l’absence de climatisation.

En résumé, il a été constaté que le Centre Mère et Enfant d’El Mina est mal organisé, avec des locaux délabrés, et qu’il manque de matériels et d’équipements essentiels, avec l’absence d’hygiène.

A la lumière de l’analyse situationnelle, un Plan d’Action des unités de soin a été proposé, avec indication des points faibles, des points forts, les responsables chargés de la mise en œuvre des actions envisagées et les solutions avancées.

Le Plan d’Action propose aussi un circuit pour faciliter le passage des patients d’un service à l’autre, ce qui va réduire le temps d’attente, par le regroupement de services, comme les CPeN, les CPON et la vaccination dans une même salle, le déplacement de la salle de garde près de la salle d’accouchement, l’externalisation du service échographie, etc.

Il faut souligner que l’ensemble du personnel, les sages-femmes, les infirmiers, les accoucheuses, les bénévoles, et même les plantons et gardiens avaient assisté à toutes les sessions de formation.

L’UNFPA apportera non seulement son expertise, mais contribuera également à la fourniture de matériels et équipements manquants, ainsi que la rénovation des locaux du centre.

Journée de salubrité

Exceptionnelle a été la Journée de Salubrité, organisée au Centre Mère et Enfant d’El Mina, jeudi 14 mars 2019, en présence du Représentant Résident de l’UNFPA, Saidou Kaboré, le Médecin-chef de la Moughataa d’El Mina, Dr.Mohamed Yahya Ould Sidi, le Président du Comité de Santé, Saad Bouh Ould Ahmeida et le 1er Adjoint au maire d’El Mina, Mohamed Mélaïnine Ould Mohamed Vadel, mais aussi Moussa Ould MBareck, président de l’ONG « Jeunesse A l’Heure d’El Mina JAHE » accompagné de ses jeunes bénévoles.

Pendant toute une journée, le personnel du centre avec les responsables cités, ont nettoyé, récuré et balayé les salles de soin ainsi que la cour du centre. Tout le monde a mis la main à la pâte, le Représentant de l’UNFPA et son staff, le médecin-chef de la Moughataa, le président du Comité de Santé, le maire adjoint, le médecin-chef du centre, les sages-femmes, les infirmiers, les accoucheuses, les bénévoles, les jeunes et la population avoisinante. Le tout dans une ambiance bon enfant.

Le 1Er adjoint au maire a remercié à l’occasion tous ceux qui ont participé à la journée de salubrité, en particulier l’UNFPA, pour son intervention judicieux et à point nommé, soulignant que ce « centre, situé dans une véritable poche de pauvreté, a eu à jouer un rôle prépondérant du temps où il était géré par une ONG étrangère, mais depuis que cette dernière s’est retirée, le centre a périclité au fil du temps, pour devenir ce qu’il est aujourd’hui ».

Le Représentant résident de l’UNFPA a, à son tour, remercié la mairie d’El Mina, le médecin-chef de la Moughataa, le président du Comité de Santé, le président de JAHE et ses jeunes, le médecin-chef du centre et son personnel, soulignant que ce que « l’UNFPA apporte est très peu, mais c’est ce que le gouvernement et la communauté apportent qui est le plus important ». Il a profité de l’occasion pour faire le plaidoyer sur la mortalité maternelle et la violence basée sur le genre, mettant l’accent sur la qualité des services et l’accueil des patients.

Le médecin-chef de la Moughataa a loué l’initiative du Ministère de la Santé et remercié l’UNFPA pour son apport considérable dans le domaine de la santé, précisant que « le centre Mère et Enfant d’El Mina servira de modèle de restructuration et de réorganisation et que son expérience servira à tous les autres centres de santé du pays ».

Quant au Président du Comité de Santé de la Mairie d’El Mina, il a remercié lui aussi les autorités, les jeunes, mais en particulier l’UNFPA pour cette expérience pilote, qui selon lui, « permettra de redorer le blason du centre, qui a été presque délaissé par les populations », souhaitant qu’avec l’aide de l’UNFPA, « ce centre pourra retrouver son aura d’antan et récupérer ses patients, qui au lieu de se rendre dans d’autres structures de santé éloignées, pourront y retrouver ses qualités de soin historiques ».

Moussa MBareck, président JAHE : « trois associations parmi celles qui composent le réseau Jeunesse A l’Heure, une cinquantaine de jeunes, ont répondu volontairement à l’appel des autorités et de l’UNFPA pour cette journée de salubrité au Centre Mère et Enfant dit « Tab Sweisra » d’El Mina. Nous nous sommes engagés avec l’UNFPA, à assurer la salubrité du centre tous les trois mois ».

Aïchetou Diallo, présidente adjointe JAHE : « nous sommes venus, comme d’habitude pour tout ce qui concerne la Moughataa d’El Mina, pour participer à la salubrité de ce centre où sont nés cinq parmi nos jeunes. Nous sommes venus surtout car nous sommes, en tant que populations riveraines, les premiers concernés par cette restructuration que les autorités et l’UNFPA ont entamé, surtout que ce centre de santé est situé dans une des plus grandes poches de pauvreté de la capitale. »

Il faut noter que les sages-femmes formatrices du Programme National de la Santé de la Reproduction (PNSR) avaient bénéficié de deux jours de formation sur l’approche Réorganisation des services de santé, sous l’égide de l’expert ivoirien, Dr. Jules YAO. Elles on participé à l’encadrement du personnel du centre qu’elles vont suivre durant tout le processus de restructuration. La première journée de visite au Centre Mère et Enfant, le 6 mars dernier, a été consacrée à une inspection des différentes unités du centre et des échanges avec le personnel de santé.

Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1343

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)