17-03-2019 16:16 - Mauritanie. Présidentielle: voici la première bourde du candidat Ghazouani

Mauritanie. Présidentielle: voici la première bourde du candidat Ghazouani

Le360 Afrique - Des propos au sujet d'une initiative relative à un troisième mandat pour le président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz, prêtés au candidat Ghazouani, pourtant grand favori du scrutin, ont suscité un véritable débat sur les réseaux sociaux.

Dans une déclaration rapportée par quelques médias, et qui enflamme actuellement les réseaux sociaux, Mohamed Cheikh Ahmed Ghaouani a affirmé: "j’ai voulu un troisième mandat, mais Aziz a refusé".

Un peu trop désireux de montrer qu’il n’a pas l’obsession du fauteuil de président de la République, Mohamed Cheikh Ahmed ould Ghazouani, jusqu'ici ministre de la Défense, et candidat des partis de la majorité (y compris au sein de l’armée -c’est là un secret de Polichinelle), a tenu ces propos qui sont actuellement à l’origine d’un débat passionné et houleux sur les réseaux sociaux.

Cette déclaration qu'on lui prête est en effet de nature à jeter le doute sur la culture démocratique du candidat et les dispositions des hauts cadres issus des rangs de l’armée à respecter les dispositions de la constitution, laquelle limite l'élection à la magistrature suprême en Mauritanie à deux mandats successifs.

"J’ai soutenu le dernier acte des députés pour un troisième mandat, mais le président a refusé et a tenu à quitter le fauteuil. Le communiqué du 15 janvier 2019 demandant la fin de l’initiative des députés nous a mis devant le fait accompli": voici donc la déclaration in extenso, reprise par certains médias, que l'on prête à ce candidat, grand favori du scrutin mauritanien.

Cependant, de nombreux analystes mauritaniens restent sceptiques par rapport à cette version des faits, à l’origine de l’arrêt de l’initiative des parlementaires en faveur d'un troisième mandat pour Mohamed Ould Abdel Aziz.

En accordant du crédit à cette thèse, on doit forcément s’interroger sur l’attitude de ce candidat. Dans la sphère privée, les propos de Ghazouani témoignent d’une fidélité sans faille qu'il voue à Mohamed Ould Abdel Aziz, son ami depuis 40 ans.

Mais une telle déclaration pose, de fait, un véritable problème par rapport à la gestion de la République et aux dispositions de la loi fondamentale, claires et sans concession au sujet de la protection du principe de l’alternance. Ainsi, l’article 28 de la constitution mauritanienne de juillet 1991, amendée par voie référendaire le 25 juin 2006, affirme que "le président de la République est rééligible une seule fois".

L’article 29 ajoute qu'avant d'entrer en fonction, le président de la République prête serment en ces termes : "je jure par Allah l’unique de bien et fidèlement remplir mes fonctions, dans le respect de la constitution et des lois, de veiller à l’intérêt du peuple mauritanien, de sauvegarder l’indépendance et la souveraineté du pays, l’unité de la patrie et l’intégrité du territoire national".

"Je jure par Allah l’unique, de ne point prendre ni soutenir directement ou indirectement, une initiative qui pourrait conduire à la révision des dispositions constitutionnelles relatives à la durée du mandat du président et au régime de son renouvellement, prévues aux articles 26 et 28 de la présente constitution".


La question qui se pose aujourd’hui porte donc sur les dispositions de ce candidat des partis de la majorité à respecter les règles constitutionnelles, une fois élu.

En tout état de cause, tout grand favori pour la présidentielle 2019, il lui faudra tout de même désormais tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler pour éviter des envolées à effet boomerang sur les réseaux sociaux.

Interrogation légitime après ces propos, manifestement de nature à jeter le trouble dans les esprits: Ghazouani, éminement présidentiable, respectera-t-il la constitution (et surtout son serment), une fois élu?

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3892

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Gueum-Sa-Bopp (H) 17/03/2019 17:40 X

    Il est tellement pressé de prendre le pouvoir qu’il est entrain de dire du n’importe quoi, l’homme est excité et son cœur bat la chamade sur le remplacement d’Aziz. En réalité, Ghazwani n’est pas le candidat d’Aziz ni de l’UPR, il est trop planton et homme de corvée que d’être un homme intelligent d’état, il est devenu la rusée des réseaux sociaux et un sous-main (boy) Aziz, alors rien n’a encore commencé. Mais je conseillerai à Aziz de faire attention avec des gens comme ghazwani, il pourra demain en tant que président retourner sa veste et devenir son pire ennemi. Aziz a fait exprès de le laisser dire ces anomalies constitutionnelles qu’il a supporté et aider à la violation de la constitution.

  • Gueum-Sa-Bopp (H) 17/03/2019 17:40 X

    Cet homme n’est pas sûr de lui, pourtant il a prôné la rupture lors de son discours à la candidature à l’élection présidentielle c’est lui qui avait il y’a juste plus de 1 mois dit, les compléments et les manquements du régime en place, en complétant dans son discours qu’il voulait que tous les mauritaniens se sentent chez eux et que l’égalité et la justice entre les mauritaniens soit respecter de même. Malheureusement comme disent les Wolofs (Guemmoul Boppam), il ne croit pas en lui, il n’est pas sûr de lui pour diriger ce pays complexe et difficile, il fera lui-même allégeance à l’UPR pour gagner les présidentielles, parce que sans l’UPR, Ghazwani ne sera jamais président, le peuple ne le connait, les politiques cherchent l’alternance, donc bonjour BIRAM DAH ABEÏD.