23-04-2019 07:00 - [Libre Expression] Breidleil go back home | Par Dr Coumba Ba, chargée de Mission à la Présidence de la République

[Libre Expression] Breidleil go back home | Par Dr Coumba Ba, chargée de Mission à la Présidence de la République

Dr COUMBA BA - En convoquant ses talents de communicateur professionnel et en grand professionnel du « mercenariat » idéologique, Monsieur Mohamed Yehdhih ould Breidleil, dans une sortie récente, vient de faire au candidat Sidi Mohamed ould Boubacar, une « alléchante » offre d’intendance politico-idéologique. A titre gracieux ou punitif ?, peut-être les deux à la fois.

L’objectif est visiblement double : donner un semblant de cohérence à une candidature « attrape-contraires », donc consubstantiellement inaccaparable de produire un projet de société cohérent, et justifier par-là même son soutien pour le moins surprenant à celui-ci. L’argumentaire en vaut bien le détour.

Il y a quelques temps déjà que l’on savait que le dinosaure politique, notre « Breidleil national », avait rompu les amarres avec le régime qu’il a jusqu’ici soutenu, du moins jusqu’à l’achèvement de ses deux mandats réglementaires à la tête du Conseil d’Administration de la CNAM.

Depuis lors, par de petites sorties aux allures théoriques, l’intellectuel Breidleil semblait revisiter ses sujets de prédilection, mis au frigo durant ses deux mandants de PCA. Normal, tout bon Mauritanien sait « qu’on ne parle pas en mangeant ».

Jusque-là, rien que du Breidleil classique, avec ses fresques sémantiques fortement agrémentées de références historiques, pas forcément à propos d’ailleurs, et des citations à profusion souvent décontextualisées, sur fond de fidélité aux fondamentaux du « ba’thisme » ou de ce qui en reste encore.

Tout le monde le savait donc, Breidleil et ses amis ont largué les amarres. Puis, SAWAB parla à haute voix pour le Manitou, en concluant une alliance électorale avec IRA. Breidleil laissera entendre, qu’au-delà des législatives, Biram Dah Abeid pourrait être un idéal « cheval de Troie » lors de la présidentielle à venir.

L’irruption de Sidi Mohamed ould Boubacar dans la scène politique change la donne. Tandis que SAWAB chemine (pour combien de temps encore ? avec Biram Dah Abeid, le Gourou des « ba’thistes », débarque chez le candidat des « Islamistes ». Pourtant, dans une tribune récemment commise, Breidleil justifiait sans sourciller le soutien au président Egyptien, ennemi irréductible des « islamistes. Bon !, comme il n’en est pas à une contradiction près, passons.

Ould Breidleil a la solide réputation d’être d’un flair politique très aiguisé. Une girouette politique qui annonce ou qui prépare des « changements » politiques en sourdine, une sorte de préparateur/annonciateur de « combines » politiques. Une réputation surfaite certainement, mais qui a fait école.

Le modus operandi était simple : une tribune dans la presse richement colorée telle un tableau impressionniste, avec comme public-cible l’élite politico-intellectuelle. Ça s’appelle « l’intendance idéologique » de l’action politique. Cette fois-ci, le loup sort du bois.

Confortablement installé dans le fauteuil de donneur de leçons face aux caméras et micros, l’âge bien avancé apportant la dose de sagesse qui lui manquait, Monsieur Ould Breidleil se livre à un cours magistral de stratégie et de tactique politiques. Le public-cible aussi a changé. C’est au mauritanien moyen, comme vous et moi, qu’il s’adresse. Le propagandiste hors pair se mue, mine de rien, en un agitateur de talent. La suite est à l’avenant.

Sidi Mohamed ould Boubacar nous dit-il, est un homme d’Etat. Oui, concédons-le ; et alors ? C’est une insulte à l’intelligence nationale que d’insinuer qu’il est le seul à avoir cette qualité, si tant est qu’il l’a. On s’imagine aisément que si Breidleil devait étayer ce « justificatif » dans la langue qu’il maitrise le mieux et qu’il déteste paradoxalement le plus (et c’est son droit), il se serait probablement repris autrement. Coller la définition de Commis de l’Etat à celle d’Homme d’Etat, est un degré raffiné de la mauvaise foi. Tout le monde le sait, et lui en premier, qu’un commis de l’Etat n’est pas forcément recyclable en un homme d’Etat.

Or, le point de faiblesse de son candidat est d’avoir justement servi, dans les plus hautes charges publiques, les pouvoirs militaires qu’il pourfende et pour lesquelles lui et son candidat ont apporté les plus précieux des concours. Le but de la manœuvre est donc clair : faire feu de tous bois pour transformer la faiblesse de son candidat en un précieux et rarissime atout.

En face de son candidat, il n’y a qu’un seul candidat et tous les autres comptent pour roupie de sansonnet : le candidat du « système » dit-il, comme pour agiter le spectre d’un slogan dont les échos nous proviennent d’un proche ailleurs. Et le lien communicationnel est tout trouvé : rebondir sur la mode de « l’antisystème » qui semble faire recette ailleurs, pour effaroucher en agitant le spectre du « pouvoir militaire ». Pourtant, lui-même le dit clairement : l’Armée n’a pas de candidat.

Le discours abscons et pour le moins sibyllin qu’il distille tente de faire croire aux moins attentifs d’entre nous, que le candidat Ghazouani, sans le nommer, est sorti des casernes pour prétendre aux fonctions présidentielles. Il oublie volontairement qu’il n’a pas démissionné de l’armée et, à la régulière, il a été admis à faire valoir ses droits à la retraite. Heureusement un tout petit reste d’honnêteté intellectuelle fait admettre à Ould Breidleil, qu’être un ancien militaire n’est pas une condition rédhibitoire pour prétendre à assumer les plus hautes charges de l’Etat.

Le plus attristant est quand la « Grande Référence Nationale » Breidleil a oublié de nous dire que lui et les siens étaient partie prenante dans le premier coup d’Etat militaire dans le pays. Il a oublié de nous dire aussi que lui et les siens ne croient pas aux urnes comme moyen d’accès au pouvoir.

Il a enfin oublié de nous expliquer que le projet politique « ba’thiste » repose sur la prise du pouvoir par une « avant-garde consciente ». Voilà peut-être ce qui explique que Monsieur Ould Breidleil n’a pas jugé utile d’esquisser, ne serait-ce qu’un moindre petit frémissement du projet politique porté par son candidat. Ces choses là sont peut-être pour lui assez complexes pour être intelligible au petit peuple que nous sommes.

Mais là où ould Breidleil surprend le plus, c’est quand il tente d’expliquer et de justifier l’attelage hétéroclite qui soutient son candidat. La « case brule » nous dit-il. Il y a péril en la demeure. La patrie est en danger. C’est à se demander de quel pays parle Breidleil certainement pas la Mauritanie.

Face au danger nous dit-il, les contradictions deviennent secondaires. Faut-il y comprendre ceci : « on a le temps de trahir le peuple en se neutralisant mutuellement après l’élection ». Ou plutôt cela : « tout sauf Ghazouani, l’après élection importe peu ». L’un dans l’autre, notre « Breidleil National » semble vouloir clôturer une carrière politique riche en échecs ; une bien triste fin.

Dr COUMBA BA

Chargée de Mission à la Présidence de la République





"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Source : Dr COUMBA BA
Commentaires : 24
Lus : 6760

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (24)

  • foutatoro (H) 27/04/2019 12:13 X

    Mor!

  • synthetiseur (H) 23/04/2019 21:44 X

    On raconte dans les salons que La sortie de Breidleil a destabilisé Aziz qui a pratiquement piqué une de ces colères dont il a le secret. Une rapide réunion a abouti au fait que ce n'est pas un maure blanc qui doit lui répondre( donc Mohamed Ould Taleb, le seul capabable d'aligner deux lignes là bas en arabe prose, a été remercié lui qui s'était porté candidat, le français personne n'en entend plus parler la bas) mais un noir ou une noire question de faire d'une pierre deux coups : Raviver la flamme raciste entre maures et noirs et montrer que c'est bien au niveau le plus élévé que la réponse a été décidée pour signifier à Bredleil le courroux de Aziz. Seulement voilà et comme d'habitude Aziz est un impulsif sans réfléchir il a donné la mission à Coumba et l'affaire des malles du ghanagate a resurgi estompant l'objectif de la réponse à Bredeleil. Par ailleurs Pourquoi Aziz est il si épidermique à toute personne qui décide de le quitter, de quitter sa majorité, sa politique, son système? Pourquoi pense t il que s'il nomme quelqu'un ministre, DG, président d'un Conseil d'administration, cette personne devient son serf, son esclave, son inconditionnel? Aziz en fait confond l'Etat, ses biens, ses services avec sa personne. C'est bien les caractéristiques du dictateur. Dans tous les pays du monde on peut servir sous quelqu'un et s'en éloigner politiquement, ce n'est pas un crime, mieux c'est d'ailleurs un droit de désobéissance recherché en démocratie. Aziz donc devrait être dans une situation d'adoration vis à vis d'hommes qui l'ont fait et qu'il a pourtant trahis Maouya, feu Ely, Sidi Ould Cheikh Abdallahi? Bouamatou..... Il faut qu'il cesse ce genre de réaction qui ne sont ni celles d'un commis de l'Etat encore moins celles d'un homme d'Etat. Par ailleurs oui Breidleil, et son candidat ont collaboré avec des régimes militaires. Ils auraient bien voulu autre chose mais cette autre chose là ils l'attendent avec tous les mauritaniens depuis 1978, pour une fois que l'éclaircie existe de grâce laissons nous laissez nous espérer et trêve de ces tracasseries de bas de gammes qui nous ramènent toujours au point de départ.

  • cardrichelieu (F) 23/04/2019 20:47 X

    Un texte aux allures masculins donc pas pondu par une femme. Chère Madame à votre place, je prendrai ma retraite politique et se consacrer à Allah et ma santé. Vouloir encore et encore cheminer dans les arcanes du pouvoir peut vous être très préjudiciable. Partez avec votre Aziz dans cette retraite douce faite d'escroqueries et de jeux de jambes.

  • MansourBillah (H) 23/04/2019 19:21 X

    Ce texte est magnifiquement écrit. Premier constat. Il est très bien argumenté. Deuxième constat. Il est pertinent. Troisième constat.

  • leguignolm (H) 23/04/2019 18:43 X

    Il pareil d’après Info-de GuignolM : « c’est un acte isolé » un incident de parcours, elle ne s’adressait pas au vieux coq déplumé !

  • medabdul (H) 23/04/2019 16:33 X

    mais de quoi je me mêle?cette femme doit être inconsciente (***) cette réponse pourquoi le SG de la présidence cheikh sydiya ou ould hemeida ne l'ont pas écrite? ATTENTION tu t'attaque a mille fois plus fort que et y'a de l'impolitesse caractérisée et une imbécillité dans cette réponse;c'est des insultes proférées a breidelleil sa propre fille peut se venger au propre comme au figure.

  • aboumbom (H) 23/04/2019 16:02 X

    Envoyer Coumba Ba au "front" ne changera rien à la donne. Si Ould Breydeleyl décide de dégainer, il ne tirera pas sur une femme (qui à coup sûr n'est pas l'auteure de l'article) mais sur ceux qui l'ont poussée devant.

  • Ahmedabdallah (H) 23/04/2019 15:54 X

    Et j'ajoute, à ton adresse, pauvre négresse de service, Coumba Bâ, (***) tu ignores que le dictateur putschiste et raciste notoire Aziz ne te garde encore aujourd'hui tout près de lui que pour deux raisons seulement! Je tais la première, par pudeur, mais la seconde c'est pour que tu ne te sentes pas trahie par lui et que, par ricochet, tu n'ailles vers un média de très grande audience expliquer, dépitée et ulcérée, vos mésaventures sur l'affaire du GHANAGATE et déballer d'autres secrets d'Alcôve! Mais, puisque tu es une poule qui as décidé d'exposer son ... face au vent chaud, face au redoutable Harmattan qu'est mohamed Yehdih Ould Bredleil, alors assumes jusqu'au bout et attends-toi à la réplique sans pitié, sans gants de ce lettré extrêmement dangereux!

  • Ahmedabdallah (H) 23/04/2019 15:31 X

    Cette pauvre négresse de service est entrain de produire l'inverse de l'effet escompté par elle dans sa présente "tribune"! Pauvre (***) en pagne blanc, Coumba Ba, tu es entrain de faire aimer et même de faire adorer Mohamed Yehdhih ould Breidle par les noirs mauritaniens! Est-ce que tu t'en rends compte? Mohamed Yehdhih ould Breidleil a été la tente pensante, jusqu'à l'année dernière, de ton mentor le dictateur putschiste Aziz, et c'est seulement maintenant et en plus c'est toi qu'on envoie au charbon pour tenter de le vouer aux gémonies! Ridicule! Arrêtez vos bêtises, pauvres nègres de services sans honte et sans dignité! Vous ne serez jamais crédibles!

  • dollby (H) 23/04/2019 15:18 X

    Madame! comment vous avez oubliez vos fameuses malettes que vous avez trainer pour le compte de votre patron Aziz. "Charité bien ordonnée commence par soi-même!" Vous savez très bien que vous n’êtes pas la personne la mieux indiquée pour donner des leçons à quiconque, surtout pas à Mr. Ould Breidleyl. Vous n'en récolterai que le manquement du respect que resservait votre père feu BA Mamadou Nalla au doyen.

  • Vent de Sable (H) 23/04/2019 14:34 X

    C'est une excellente description de celui qui se croît un "Michel Aflaq" mauritanien.

  • leglaive (H) 23/04/2019 13:22 X

    Vous vous jetez dans l’arène, à vos risques et périls ! Votre rang mais surtout votre vulnérabilité auraient dû constituer pour vous des raisons suffisantes pour éviter ce combat sanglant au corps à corps qui s’annonce. Si vous disposez d’une armure gardez-la par devers vous, madame.

  • sidikel (H) 23/04/2019 13:21 X

    coumba Ba a vendu la communauté peul , pour son poste

  • mdmdlemine (H) 23/04/2019 13:02 X

    je ne pensais que la ministre était aussi éloquente puisqu'elle est de nature silencieuse et retirée. Mais, en tatant le terrain dangereux et pollué des idéologues, elle montre de quoi elle est capable, surtout quand il faut prendre la défense d'un régime qui lui est resté reconnaissable jusq'à ce jour

  • Ibadou (H) 23/04/2019 13:02 X

    @ ELVALLI (H), SouhanaAllah, je voulais raconter la même histoire par pudeur, je me suis abstenu. 10000 Mercis à toi !

  • Ibadou (H) 23/04/2019 12:58 X

    Et pourtant, Ould Abdel Aziz et son système ont 1000 personnes pour ce sale boulôt ! Pourquoi c'est Coumba Bâ, comme au temps du Gana Gate, qui a été choisie pour signer cet article qu'elle n'a pas manifestement écrit. Pauvres gens de la Vallée et particulièrement du Gorgol, pourquoi vous laisserez-vous guider par des gens de cet acabit. Ressaisissez - vous !

  • habouss (H) 23/04/2019 12:40 X

    - Premièrement madame Coumba Bâ est incapable d'écrire cet article, n'ayant pas pas de dispositions intellectuelles requises; - Deuxièmement il s'agit du travail d'un faux nègre de service, au service d'une vraie négresse de service de tous les temps. Pourquoi c'es à elle de répondre à Ould Brdeilei, à défaut de ses vrais pairs qui font pourtant légion dans cette tanière aux lions ?

  • ELVALLI (H) 23/04/2019 11:58 X

    Coumba, En attendant la réplique genre bombe atomique du corsaire politique, laissez-moi vous raconter une «Tmowliha» (blague) que nous racontions au campement : Un jour, un vieux bourricot après avoir vu toutes les ânesses et effectué tous les travaux et services qu’il peut rendre à la société se mit à marcher calmement au milieu des tentes en pensant à sa retraite. Soudain, une belle fille lui sauta dessus, les jambes écartées en se frottant sa partie basse sur son dos et criant à haute voix : « Are ! Are » pour montrer au campement que c’est une amazone sachant chevaucher les ânes. L’âne, en rien impressionné, ne bougea pas mais la regarda du coin de l’œil en lui disant : voyons madame, faites descendre votre voile sur votre corps. Vous déshonorez votre tribu !

  • khaledwalid (H) 23/04/2019 10:32 X

    Il est exact que cette expression "commis de l'état" n'est pas synonyme d'homme d'état et n'est pas valorisante. Le fait aussi de soutenir "sans explication" est un peu léger. Même en invoquant comme vous le soulignez "le péril en la demeure". C'est courageux de s'attaquer à ce grand théoricien qui va probablement riposter et faire peut-être mal. Il faut s'y attendre...

  • hadhad (H) 23/04/2019 09:46 X

    Le scandale d'Accra est encore dans les esprits.Un texte fleuve,décousu,pour ne rien dire ...

  • touldetoumany (H) 23/04/2019 08:38 X

    Enfin la Lionne de la Vallée est sortie de sa réserve. Il est très rare de voir une femme dans notre pays qui fasse des analyses de la sorte avec un argumentaire basique qui ne surprend personne de son entourage. Cette routinière de la politique en Mauritanie pour avoir élu domicile à l’an presidence depuis 2005 en qualité de Conseillère Chargée de la Jeunesse maîtrise bien le paysage politique Mauritanien et. On naît bien les Salons. C’est pourquoi ces dires d’experts anéantissent la théorie politique de notre Brédelil National. Bon courage madame. Je ne vous connais qu’à la Télé.

  • El Houssein (H) 23/04/2019 07:45 X

    Cette belle sortie du Dr COUMBA BA est très osée. On l'a croyait sans plume ni large capacité de succession de mots saillants et bien indexés. Attention, ce pas vers un lion de la littérature et du savoir peut faire trébucher cette sortie inattendue. Si on restait seulement sur les positions politiques et les largesses que les pouvoirs ont offert à tous ceux qui ont été intimes ou ont coutoyé seulement l'abreuvoir, cette réplique rentrerait bien dans le vrai débat intellectuel du moment. Bonne suite.

  • lottoundou (H) 23/04/2019 07:34 X

    moi je ne comprend pas l'importance accordée par ces pseudo intellectuels à breideli. Coumba que vaut cette sortie bidon qui te sort de ton silence. un peu de dignité et de hauteur. tu n'as pas de langue quand ce sont les negresses de services comme toi qui applaudissements des mains et des missor le génocide négro africain. répondre à breidel après consulte tous les dictionnaires et tout le monde sait que tu ne peux pas aligner deux. Tu n'as fait que mettre ta photo sur un article que tu n'as pas rédigé. c'est pitoyable tout ça pour eterniser au pouvoir ndaw gatche

  • declic (H) 23/04/2019 07:11 X

    Cher sœur évitez de vous exposer ainsi.Et aussi eviter de vous attaquez à Biram car la reponse que vous receverez Cridem ne pourra pas le publier. Cultivez votre jardin et soyez en retrait