12-03-2020 21:49 - Vient de paraître: "Le Fuuta Tooro : Aristocratie, guerres fraticides et protectorat français" de Abdoul Birane Wane

Vient de paraître:

Abdoul Birane Wane - J’ai l’immense plaisir de vous informer de la sortie de mon nouveau livre intitulé : le FUUTA TOOTO : ARISTOCRATIE, GUERRES FRATRICIDES ET PROTECTORAT FRANÇAIS, préfacé par BABA ALPHA OUMAR KONARE.

Il s’agit d’une partie de l’histoire du FUUTA TOORO au XIX traversé par une véritable crise politique et militaire. Ce conflit qui opposait directement les provinces du LAAW et du BOOSOYA impliquait forcément leurs alliés respectifs : les autres provinces que sont le TOORO, le NGUIRIL, le DAMNGA…

Parlant d’alliances politico-militaires, on notera également l’implication des royaumes du KAJOOR, du JOLOF, du XAASO, du BUNNDU et certains émirats maures dont l’influence s’étendait du Brakna au Gorgol.

On ne peut pas parler d’immixtion sans évoquer le rôle de la France dont la manœuvre politique était destinée à faire éclater la Fédération du FOUTA sous le pouvoir des ALMAMY. C’est le démembrement du Fouta qui commence réellement avec le traité de GALOYA le 24 octobre 1877. Ce conflit meurtrier qui a opposé IBRA ALMAMY et ABDOUL BOKAR pendant de longues années a précité l’occupation du Fouta par le colon français.

L’ouvrage sera disponible à partir du 13 mars.

Présentation de l'auteur et de l'ouvrage

Né en 1975 à Aleg au sud de la Mauritanie, Abdoul Birane Wane Abdoul Birane Wane a fait ses études primaires et secondaires à Rosso, ville frontalière avec le Sénégal. Après un bac littéraire obtenu au lycée de Rosso, il poursuit ses études à l’Université de Nouakchott au Département d’histoire.

En Juin 2011, Abdoul Birane Wane fonde le collectif « Touche pas à ma Nationalité », une organisation qui incarne la contestation des recensements racistes en Mauritanie, puis publie plus tard en 2018 « Les noirs de Mauritanie, entre Résistance et Résignation ».

Depuis 2014, il anime des conférences sur la situation des noirs dans son pays. Cet ouvrage est le fruit de recherches approfondies. Sa conception et sa rédaction ont été conduites non sans difficultés, difficultés notamment liées aux sources, ainsi qu’à la traduction de certains ouvrages écrits en arabe ou en anglais.

C’est l’histoire du fuuta durant la seconde moitié du XIXeme siècle, marquée par le conflit entre le Laaw et le Boosoya avec des chefs charismatiques qui s’affrontèrent pendant de longues années.

A travers des personnages historiques, l’auteur, homme politique mais aussi historien, nous parle d’une région à cheval sur le fleuve Sénégal. Elle fut autrefois une seule et même entité dirigée par un seul souverain, avant l’avènement du colonisateur français.







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 5227

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • ardombantou (H) 15/03/2020 12:18 X

    hamadel, qui est responsable de la famine dans le fouta? moi je ne suis pas un connaisseur de l'histoire, mais je suis sûr d'une chose, si les noirs de Mauritanie ont toujours été écrasés, c'est parce qu'ils ne connaissent pas leur histoire, un peuple qui ignore son passé ne peut pas triompher. le problème des noirs il est là, vous ne voulez rien faire et vous ne supportez pas que d'autres fassent quelque chose.

  • ardombantou (H) 13/03/2020 22:35 X

    hamadel, tu ne penses pas que c'est plus logique de t'en prendre à ceux qui ont repris tes terres? prends ton baton et va te battre pour tes terres, qui t'en empêche? tu fais quoi pour changer la situation?

  • douddou (H) 13/03/2020 17:05 X

    Félicitations abdoul au royaume des médiocres et des jaloux les médisances sont l'expression de la bassesse.Tes efforts sont à saluer par ces temps où la recherche et l'écriture sont devenues rares chez les intellectuels.Ceux qui n'ont que la critique perverse nagent dans les eaux de la mesquinerie

  • pannel (H) 13/03/2020 10:08 X

    Une histoire dont le but ultime est la mégalomanie et l’obscurantisme a eu pour conséquence ce que les négro-mauritaniens vivent aujourd'hui.Il fallait épargner aux foutanké, le rappel de la décadence et de l'autodestruction.Les suivants de Ceerno Sileymaan Baal, avaient tous trahi, la constitution tracée pour faire du Fouta un musulman orthodoxe et prospère.

  • hamadel (H) 13/03/2020 09:16 X

    ABDOUL RÈGLE bien TA MONTRE maintenant une famine sévit dans la vallée nous n'avons plus de terre cultivables dans nos propre terroirs bien qu’étant autochtones de ces lieux merci de la sortie quand même.

  • medabdul (H) 12/03/2020 23:50 X

    du vrai blabla en perspective;attention il faut dire la vérité la vraie.... SINON nous on connait la vraie histoire du fouta.