29-06-2020 23:15 - Emmanuel Macron et Pedro Sanchez à Nouakchott pour le sommet du G5 Sahel

Emmanuel Macron et Pedro Sanchez à Nouakchott pour le sommet du G5 Sahel

Agence Ecofin - Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez seront en Afrique de l’Ouest pour la première fois depuis le début de la crise de covid-19, afin d’assister au sommet du G5 Sahel qui se tiendra mardi à Nouakchott. Plusieurs questions seront au menu des discussions.

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez effectueront leur première visite en Afrique de l’Ouest depuis le début de la crise sanitaire de covid-19. Les deux dirigeants européens participeront au sommet du G5 Sahel qui se tiendra mardi 30 juin à Nouakchott, en Mauritanie, annoncent des communiqués de leurs services respectifs.

Selon l’Elysée, Emmanuel Macron aura un échange à huis clos avec ses homologues du G5 Sahel (Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso, Mali), le président de la Commission de l’Union africaine et la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Après cette rencontre, les dirigeants se réuniront en visioconférence avec plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement et des responsables d’organisations membres de la coalition pour le Sahel, dont le président du Conseil européen Charles Michel, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, la chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil italien Giuseppe Conte et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Engagé dans une offensive diplomatique depuis l’année dernière en Afrique et au Maghreb afin de « promouvoir une coopération renforcée en matière d’immigration », Pedro Sanchez profitera quant à lui de son séjour en terre mauritanienne pour aborder les questions migratoires. Une aide dans le cadre de la lutte contre la covid-19 en faveur de la Mauritanie est également prévue, indiquent les services de la primature espagnole.

En 2018, l’Espagne est devenue la principale porte d’entrée de l’immigration irrégulière en Europe, après la très nette baisse des arrivées de migrants en Italie et en Grèce.

Ce sommet de G5 Sahel fait suite à celui organisé à Pau, en France le 13 janvier 2020 qui a vu naître la Coalition pour le Sahel. Cette initiative a pour but de « rassembler largement, avec le G5 Sahel, tous les pays, organisations internationales et institutions apportant un soutien à la sécurité, à la stabilité et au développement au Sahel ».

Cette coalition agit dans quatre domaines complémentaires. Il s’agit de la lutte contre les groupes armés terroristes qui pullulent dans la bande sahélienne, le renforcement des capacités des forces armées des Etats de la région, le soutien du retour de l’Etat et des administrations sur le territoire, et enfin l’aide au développement.

Sur ce dernier aspect, l’objectif est de répondre aux défis en termes d’emploi, de pauvreté, d’éducation, de santé, d’infrastructures. Ces contributions sont portées par le G5 Sahel et l’Alliance Sahel (23 membres, dont 10 observateurs ; plus de 800 projets pour 11,7 milliards d’euros).

Dans un contexte où l’aide publique au développement se rationalise en raison de la pandémie de covid-19, le sommet de Nouakchott sera vraisemblablement l’occasion pour les différents dirigeants d’échanger sur la question. Et ce, d’autant que la menace sécuritaire et les flux migratoires pourraient s’intensifier.

Borgia Kobri



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Agence Ecofin
Commentaires : 2
Lus : 1609

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • sybasarr (H) 30/06/2020 08:06 X

    Au debut de l'intervention de la France au Mali en 2012, beaucoup de mauritaniens d'une certaine souche n'etaient pas contents et taxaient la France de Colonisateur face aux Terroristes (***). Huit ans apres, la Mauritanie est devenue un partenaire cle de cette france colonisatrice et de ses nubuleuses djihadistes appuyes par la Mauritanie sous perfusion des pays arabes du Golf. La Neocolonisation de l'Ouest africain en marche libre. La Mauritanie restera pour un moment centre du front de l'ingerence et de la destablisation des etats faibles et du ciblage d'un certain groupe ethnique dans la sous-region sahelienne. Rien n'est eternel.

  • alaska (H) 29/06/2020 23:51 X

    Nous voyons ça d'un mauvais. Cette rencontre ne servira que les intérêts de l'occident et rien pour les populations africains. Les gouvernants africains vont encore se faire de l'argent en échange du sacrifice de leurs peuples