02-08-2020 14:28 - Mauritanie: naissance programmée de la Haute Cour de justice en pleine procédure contre l’ex président Aziz

Mauritanie: naissance programmée de la Haute Cour de justice en pleine procédure contre l’ex président Aziz

Afriquinfos - La Mauritanie s’apprête-t-elle à se doter d’une Haute cour de justice ? Alors même que l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz est accusé de corruption, le Parlement du pays a approuvé ce 27 juillet en séance plénière le projet de loi portant sur la réhabilitation de la Haute cour de justice. Elle sera la seule habilitée à juger les présidents de la République, anciens ou en exercice, pour haute trahison.

Le texte qui a reçu l’approbation des 55 députés doit toutefois être envoyé au Conseil constitutionnel pour examen et validation. Le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de 8 à 30 jours pour valider la loi consacrant la réhabilitation de la Haute Cour de justice.

Après le Conseil constitutionnel, le texte novateur devrait être promulgué par le président de la République. A ce stade du processus, la loi prévoit un délai de huit à trente jours. Selon une confidence parlementaire, la Haute Cour ne sera pas mise en place avant deux à trois mois.

Mais Sow Oumar, député de l’actuelle majorité majoritaire, estime que l’essentiel a été fait avec l’approbation du Parlement. «La Cour devrait être mise en place pour juger de la haute trahison et de la gestion des ministres du Gouvernement (atteinte à la sûreté de l’Etat). Cela est une avancée démocratique très importante».

Dans les rangs de l’opposition, Coumba Dado Kane n’attend rien de la Haute cour de Justice, et n’y voit aucune utilité. «Cette loi va être comme toutes les autres lois. Les gens votent des lois et ne les appliquent pas. La Cour était là et la Cour n’a pas siégé. Il y a des gens qui ont pillé ce pays, ils sont là ! Et tous les Mauritaniens les connaissent, donc on n’a qu’à les amener et les juger»!

L’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz accusé de corruption

L’adoption du projet de loi sur la Haute Cour intervient au moment où l’ex-dirigeant mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est accusé de corruption.

Il avait été convoqué le 8 juillet devant une commission d’enquête parlementaire à Nouakchott pour répondre de sa gestion des biens publics durant les onze ans de sa présidence. Ould Abdel Aziz a refusé de recevoir l’huissier porteur de la lettre de convocation qui s’est rendu à son domicile.

La commission d’enquête parlementaire instituée en janvier 2020 veut faire la lumière sur la gestion des biens publics durant l’exercice de l’ex-président de 2008 à 2019. Au cœur de cette affaire sensible figure notamment la gestion des revenus pétroliers et des grandes entreprises publiques.

« Notre action doit aboutir. Nous n’acceptons aucune entrave. Nous agissons pour l’intérêt général. La lumière doit être faite sur le gestion de tous les dossiers », avait averti le député Mohamed Lemine Sidi Maouloud sur cette présomption de corruption.

Mohamed Ould Abdel Aziz a toujours affirmé tout au long de sa présidence « qu’il est le président des pauvres ».

V. A.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Afriquinfos
Commentaires : 2
Lus : 2778

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • chos (H) 02/08/2020 16:29 X

    Bien que patient pour la procédure de justice engagée, dans Dans mon étude du 15 Mars 2020 remise à Atar, j'ai détaillé comment engager avec 10% du Budget annuel du MEN par les Conseils Régionaux pour compter du 1er Octobre 2020 en Adrar ou plus un enseignement Cerveaux Oasis gratuit de 2700 h/an au ieu de 700 h:an , réducteur du cursus, garant de 60 milliards UM/an en cas de généralisation de 'action au pays. Tout comme j'ai proposé un conseil de valorisation du Delta pour produire l'autosuffisance des populations et bétail à faible coût. cheikhany_oudsidina@yahoo.fr .

  • leguignolm (H) 02/08/2020 15:05 X

    Pour comprendre l’avenus de Ould Taya et de Ould abdel aziz comme président, il faut se refaire à la religion : quand Grand Barbu disait : « le pouvoir appartient à lui, il le confie là où ou à qui, il le veut et il vous dirige ». La question posée, il va nous diriger mais comment ? Le premier qui a saccagé l’unité national et Ould Abdel Aziz a dilapidé l’économie du pays. Ā quand pour les deux décennies de Ould Taya et que nous réserve l’avenir pour la présidence de Ould Ghazouani ?