16-02-2012 17:55 - Privées des revenus du tourisme après la fermeture de leur pays, nos équipes ont besoin de vous.

Privées des revenus du tourisme après la fermeture de leur pays, nos équipes ont besoin de vous.

Libye, Mauritanie, Niger, Mali. Vous avez rencontré et aimé nos guides, cuisiniers, chameliers... Nous avons partagé des moments intenses avec eux, qui sont devenus des amis au fil du temps.

Aujourd’hui, les voyageurs ont déserté ces pays, et nos équipes et leur familles se retrouvent sans revenus. En faisant un don, vous les aidez à créer leur activité pour vivre dignement.

Allibert s’engage à abonder à hauteur de 50 000 € auprès de son association Globetrekkeurs, démarche pour un tourisme responsable, l’ensemble de vos dons*.

Aide Sahel Mauritanie

A la suite de l’attentat d’Aleg et l’annulation du Paris-Dakar voilà plus de quatre ans, le tourisme mauritanien a subi un brusque recul. Depuis, les autorités ont mis en place une politique de sécurité sur l’ensemble du territoire, repoussant le problème Aqmi (Al-Quaïda au Maghreb islamique) au-delà de ses frontières. Mais le mal médiatique est fait et le pays souffre aujourd’hui d’une très injuste réputation.

L’activité touristique, qui nourrissait dans le désert de l’Adrar plus de 10 000 personnes, est aujourd’hui absente, plongeant une région fragile de la pauvreté à la misère. En attendant le retour des amoureux du désert, Mohamed, responsable de notre équipe mauritanienne, a réfléchi avec nos guides à une activité alternative génératrice de revenus.

Projets et objectifs

C’est dans le secteur transport que l’équipe mauritanienne, Mohamed, Ali, Baba, Yeslem et Mine, souhaite s’investir. Le projet : acquérir quatre bus de neuf places pour transporter les voyageurs entre Nouakchott-Tidjikja et Nouakchott-Rosso. De fait, il existe une véritable demande de la part des populations. Et grâce à l’agrément Mauritanie Trekking dont notre équipe dispose, la faisabilité de ce projet est possible. Deux bureaux seraient ouverts au départ et à l’arrivée des bus. Certains guides s’occuperaient des tâches administratives, d’autres de la conduite des véhicules.

Le projet en Mauritanie


Quatre bus pour le transport local

Le lieu : La région d’Atar, dans l'Adrar mauritanien, cœur du pays.
Les bénéficiaires : Nos guides originaires de la région de l’Adrar et leurs familles.
Le besoin de financement : 38 000 €.


"C’est autour de Mohamed Boubacar, responsable de notre équipe en Mauritanie et de notre agence commune, que se sont fédérés nos guides, originaires d’Atar, de Chinguetti et de Nouakchott. Au fil des ans, une relation particulière s’est nouée avec les nomades, qui nous a permis de faire découvrir ce beau pays à de nombreux voyageurs.Mais la succession d’événements malheureux a contraint Allibert Trekking à suspendre ses voyages. Nos équipes se sont ainsi retrouvées privées des revenus de leur activité principale, le tourisme."


Jean-Luc Moreau, guide-accompagnateur Allibert Trekking

***************************************************************

Au Mali : des microcrédits aux porteurs de microprojets ruraux Avec l’aide de Yannick et Moïse, des prêts seront octroyés à des microprojets porteurs.

Le Mali est un des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest, victime de problèmes climatiques, économiques et politiques entravant son développement. Dans le pays dogon, le tourisme représentait jusque-là une activité génératrice de revenus stables. Or, depuis quelques mois, les menaces d’Aqmi (Al-Quaïda au Maghreb islamique) ont contraint Allibert Trekking à fermer cette destination. Notre équipe locale est désormais privée des fruits du tourisme. Et pour certains, l’alternative est l’exode vers les grandes villes. Afin de maintenir une activité dans le pays dogon, nous souhaitons les aider dans leurs projets de développement rural.

Projet et objectifs

Moïse et Yannick, responsables de notre équipe au Mali, ont eu l’idée de mettre en place une aide sous forme de prêts délivrés aux porteurs de microprojets : maraîchage, embouche ovine ou bovine, commerce de céréales ou de bétail… En fonction de la pertinence des projets soumis et de la rentabilité de ceux-ci, de petites sommes d’argent seront octroyées (autour de 150 €) aux membres de l'équipe. Chaque somme remboursée sera réinvestie dans un nouveau projet.



Des microcrédits aux porteurs de microprojets ruraux

Le lieu : Pays dogon.
Les bénéficiaires : Les membres de l’équipe locale porteurs de microprojets et leurs familles.
Le besoin de financement : 6 000 €.


aide Sahel Mali

"Yannick et Moïse, passionnés par le mode de vie dogon, sont les piliers de l’organisation de nos voyages au Mali. Ils ont parcouru tous les sentiers du pays dogon et fait partager leur expérience à toute l’équipe nigérienne (guides, chauffeurs, pinassiers…), qu’ils ont formée avec l’aide d’Allibert Trekking.

Au fil des explorations et des reconnaissances, des relations de confiance et d’amitié se sont tissées avec ces hommes généreux, pour la plupart paysans, issus des différents villages dogons que nous traversons lors de nos voyages. Aujourd’hui, en l’absence de voyageurs et des revenus du tourisme, notre soutien leur est indispensable. "


Saïd Marghadi, gestionnaire terrestre chez Allibert Trekking


***************************************************************

Libye : création d’un élévage de chèvres et de moutons

Brahim, Dodo et Dicko souhaitent revenir à l’élevage de chèvres et de moutons pour faire vivre leurs familles.

Suite aux événements survenus en 2011 en Libye, et malgré l’apaisement aujourd’hui constaté, la situation demeure préoccupante en certains endroits. En effet, si la rente pétrolière bénéficie aux grandes villes du Nord, les nomades du Sud, qui vivent essentiellement du tourisme d’aventure, on été durement affectés par la situation, dissuasive pour les voyageurs. Aujourd’hui, beaucoup de nos guides ont migré vers d’autres régions ou rejoint le Niger. D’autres sont restés en attendant le retour des touristes : c’est le cas de Dodo, Brahim et Dicko, qui ont choisi de créer leur activité pour vivre sur leurs terres.

Projet et objectifs

- En attendant de reprendre leur métier de guide, Dodo, Brahim et Dicko souhaitent s’investir dans l’élevage, activité qu’ils pratiquaient avant de se consacrer entièrement au tourisme. Leur projet : acheter 60 têtes de bétail, soit une vingtaine de jeunes moutons et chèvres par guide, destinées à la reproduction et au commerce. Ce qui leur permettra de nourrir leurs familles au quotidien et de vivre dignement.

Création d’un élevage de chèvres et de moutons

Le lieu : Ghat, oasis saharienne au sud-ouest de la Libye.
Les bénéficiaires : Nos guides libyens et leurs familles.
Le besoin de financement : 8 300 €.


"Originaires des environs d’Agadès, Dodo, Brahim et Dicko ont commencé à encadrer des treks en 1998 aux côtés de nos guides français. Depuis Ghat, l’oasis où ils vivent, ces hommes du Sahara ont fait partager leur passion du désert à de très nombreux voyageurs. Aujourd’hui, ceux-ci ont disparu, la situation actuelle de la Libye demeurant instable. Alors ils ont eu une idée.

Pourquoi ne pas renouer avec la tradition de l’élevage, autrefois richesse et fierté des nomades ? Pour mener à bien leur projet, ils ont besoin de nous, Allibert, de vous, clients ou amis, dont l’aide permettra l’achat d’une soixantaine de moutons et de chèvres. Un projet porteur d’espoir, que nous soutenons, et dont nous nous faisons le porte-parole. aide Sahel Libye"


Alexandre Bréan, chef de produit Libye chez Allibert Trekking

***************************************************************

Au Niger : construire et équiper une école

La construction et l’équipement d’une école en dur est le projet proposé par l’équipe d’Aghali.

Conflits politico-économiques, rébellions de 1991 et 2007, inondations dévastatrices de 2009, auxquelles s’ajoutent une sécheresse tous les dix ans et la menace terroriste..., la liste est longue des difficultés considérables que connaît le pays. Dans la région d’Agadez, l’activité touristique, qui constitue le poumon économique du Nord-Niger et le principal revenu des nomades touaregs, est désormais totalement stoppée, et les populations voient leurs conditions de vie se dégrader de jour en jour.

Un impact important sur l’éducation des enfants, dans un pays qui enregistre le taux de scolarisation le plus faible du monde. Le projet d’Aghali : faire de l’école un outil de développement à venir, avec la construction et l’équipement d’une salle de classe en dur.

Projet et objectifs

Dans de nombreuses écoles, les cours se déroulent dans des conditions précaires, sous une cabane de paille, parfois sous les arbres. Des conditions qui entraînent la démotivation des parents et des enfants, des difficultés à recruter des enseignants, à protéger le matériel pédagogique. Aghali a donc imaginé la construction et l’équipement d’une salle de classe en dur à Takaya, projet auquel seront associés l’Etat, l’ONG Tagutewt et Allibert Trekking. Les populations bénéficiaires, au centre de la mise en œuvre du projet, participeront à hauteur de 1 286 €.

Construire et équiper une salle de classe

Le lieu : Takaya, village situé dans la commune rurale de Dabaga, à 50 kilomètres au nord-est d’Agadez.
Les bénéficiaires : Les enfants inscrits à l’école publique de Takaya et ceux qui s’inscriront, notamment les enfants de nos guides, chauffeurs, cuisiniers, chameliers...
Le besoin de financement : 11 573 €


"Enfant, Aghali parcourait le désert de l’Aïr et du Ténéré avec sa famille s’occupant des troupeaux de chameaux et de chèvres. Lorsque les premiers touristes sont arrivés au Sahara, Aghali a accompagné son oncle chauffeur, appris le aide Sahel Nigerfrançais, acheté un 4X4 et guidé les marcheurs. Mais son amour pour son désert et ses animaux reste intact. Homme charismatique, à l’intelligence rare, Aghali a développé le trek tout en étant très actif dans plusieurs associations et ONG.

Très attentif au développement de sa région, il se bat pour la scolarisation des enfants, les forages de puits maraîchers et pastoraux, le maintien des populations dans les villages grâce à une production agricole dans les jardins, la simplification du travail des femmes, les soins médicaux (il héberge médecins et chirurgiens venus soigner les Touaregs de la région d’Agadez).

Un homme du désert dont j’apprécie les valeurs humaines.aide Sahel Niger

Simone Allibert, présidente d’Allibert Trekking"



Commentaires : 0
Lus : 2254

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)