14-04-2012 19:16 - Otages algériens : les ravisseurs exigent la libération de 40 terroristes

Otages algériens : les ravisseurs exigent la libération de 40 terroristes

Selon le quotidien ElKhabar, qui cite une source qui suit de près le dossier de la lutte antiterroriste au Sahel, les ravisseurs exigent libération de 40 terroristes détenus en Algérie contre la libération des sept diplomates algériens enlevés à Gao dans le Nord du Mali.

Selon ces informations, la « Jama’at al-Tawhid wal-Jihad », groupe de l’Unification et du Djihad, aurait confié les otages algériens à des personnes armées appartenant aux Salafistes Touaregs, proches du groupe Ansar Dine. Ils ont réclamé via un intermédiaire, la libération de 40 terroristes, dont 4 dirigeants du mouvement, condamnés à la peine capitale et à de lourdes peines.

Cette requête, ajoute le quotidien ElKhabar a été refusée par les négociateurs algériens qui ont, par ailleurs, insisté sur la nécessité que les nouvelles autorités du territoire Azawad se chargent de la protection des otages et de leur maintien en vie.

Les terroristes d’Al-Qaida au Maghreb et le groupe de l’Unification et le Jihad en Ouest Afrique ont présenté un médiateur malien qui négociera en coordination avec une cellule de crise installée par le ministère des Affaires Etrangères et les services de Renseignement algériens, la libération de 40 terroristes retenues dans des prisons algériennes, contre la libération des sept otages algériens enlevées dans le territoire Azawad.

Les négociateurs ont reçu, ces dernières 24heures, une liste nominative des détenus en Algérie. Cette liste porte 40 noms, a révélé à El Khabar une source bien informée du dossier de la lutte antiterroriste. Les terroristes ont réclamé la libération de 4 membres dirigeants d’Al-Qaida au Maghreb, dont le terroriste Abdelfatah Abou Bassir, émir de la sériate de Réghaia à Alger. Abdelfatah a été arrêté en 2007. Il est le « cerveau » de l’attentat suicide qui avait ciblé le palais du gouvernement.

La liste contient également des noms d’autres membres dirigeants d’Al-Qaida. Jama’at al-Tawhid wal-Jihad a, également, insisté sur la libération d’un terroriste marocain Bouadji Abderrezak, alias « Abdesselam », de Feraoun Said, ancien des GIA, condamné à la peine capitale, de Bourini El Hadj et de Koumi Djamel Eddine, émir d’un groupe GIA à Bikra.

Elle comporte, notamment, les noms d’autres noms connus dans les rangs de l’AQMI en Algérie, ainsi que deux terroristes mauritaniens détenus en Algérie et accusés de terrorisme, selon la source d’ Elkhabar « qui a préféré garder l’anonymat ».



Commentaires : 1
Lus : 665

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Les commentaires sont temporairement suspendus durant l'absence du webmaster (Décès). Ils devraient être réactivés d'ici une dizaine de jours

Commentaires (1)

  • ishaghh 14/04/2012 19:51 X

    L’Algérie pensait avoir bouté les terroristes hors de ses frontières, une sorte de délocalisation de sa saleté. Maintenant il va falloir qu'elle paye le prix de son intransigeance et de sa fierté maladive