27-03-2013 14:13 - L’ambassade de France à Nouakchott déroule le tapis à l’humoriste Mamane - [PhotoReportage]

L’ambassade de France à Nouakchott déroule le tapis à l’humoriste Mamane - [PhotoReportage]

Invité de la cinquième édition des Nuits du rire avec le concours de l’Institut Français de Mauritanie (IFM), l’humoriste Mamane s’est dit mardi 26 mars heureux de venir en Mauritanie y jouer «Bienvenue au Gondwana» lors d’une réception en début de soirée à la résidence de l’ambassadeur de France à Nouakchott.

«C’est un grand plaisir, pour nous, d’avoir à la Résidence de l’ambassade de France, Mamane, parce qu’il est très bien écouté et parce que c’est sa première fois de venir en Mauritanie», a déclaré Hervé Besancenot, ambassadeur de France en Mauritanie. «Je suis né à Agadés à l’orée du désert. Comme au Niger, je me sens également très à l’aise en Mauritanie», a confié Mamane.

Dans l’après-midi, Mamane avait, lors d’un point de presse commun, dévoilé son spectacle, Bienvenue au Gondwana, qu’il va présenter jeudi à l’après-midi à l’Institut Français de Mauritanie (IFM).

Lancées en 2009 par Daouda Kane, les Nuits du Rire sont devenues aujourd’hui un rendez-vous incontournable du quatrième art en Mauritanie. L’initiateur des Nuits du Rire, qui s’exprimait au côté de Mamane, s’est montré satisfait, à ce propos, de l’envergure de cet évènement qui accueille pour sa cinquième édition l’humoriste Mamane. «Mamane fait partie de mes idoles. Il me motive», a avoué Daouda Kane. «Au début, je ne croyais pas qu’il allait venir. Plus le temps avançait, plus sa venue se confirmait. Et, lorsque, je l’ai vu hier [lundi 25 mars, Ndlr], je me suis soulagé», a-t-il poursuivi.

De son côté, le directeur adjoint de l’Institut Français de Mauritanie (IFM) a affirmé souhaiter que les Nuits du Rire prennent de l’ampleur et réunissent des invités internationaux. La cinquième édition des Nuits du rire, parrainée par Ahmed Ould Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN), s’ouvre cette après-midi, au Musée National de Nouakchott.

Babacar Baye Ndiaye

Avec Cridem, comme si vous y étiez...



































Commentaires : 2
Lus : 5557

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • DEBELLAHI (H) 27/03/2013 14:50 X

    Mamane n'est pas sans savoir qu'on peut maltraiter l'information, mais qu'en revanche, on doit bien traiter le rire.

    Bienvenue en Mauritanie à ce génie.

  • DEBELLAHI (H) 27/03/2013 14:46 X

    Il s'est soulagé où ça, Monsieur Kane Daouda? Au Point de presse ou au Gondwana? C'est peut être une anticipation sur la nuit du rire.