26-04-2013 17:43 - Crise malienne : Bamako menace le MNLA à Kidal

Crise malienne : Bamako menace le MNLA à Kidal

Au moment où les forces françaises se retirent progressivement du Nord du Mali passant ainsi le relais à la Misma, forces Ouest africaines pour le soutien au Mali, Bamako aurait menacé le MNLA d'intervenir à Kidal s'il ne déposait pas les armes.

C'est ce qui ressort de la conférence de presse cette semaine du vice président du mouvement à Paris Mahamadou Maïga. Une menace qui relance la guerre entre les deux frères ennemis alors que des élections sont prévues en juillet prochain pour normaliser la vie politique. Ce regain de tension pourrait remettre en cause tout le processus de pacification du Mali engagé depuis janvier dernier avec l'opération Serval.

Une guerre peut en cacher une autre. Aussitôt que les soldats français se sont retirés des zones reconquises aux islamistes d'Aqmi en janvier dernier, le MNLA joue sa dernière carte à Kidal au Nord-Ouest du pays pour sa survie en refusant de déposer les armes pour contraindre ainsi le pouvoir central de Bamako à négocier.

Depuis que les rebelles ont nommé un gouverneur dans cette ville occupée par l'armée française et l'armée tchadienne, ils se sentent poussé des ailes et contrôlent les sorties et les entrées. Ce qui irrite les autorités militaires maliennes qui menacent d'intervenir si les rebelles n'obtempèrent pas. Le vice -président du MNLA à Paris est catégorique au cours de sa conférence de presse cette semaine. C'est Niet.

Et pas question de participer aux élections de juillet sans au préalable l'ouverture de négociations sur l'autonomie de l'Azawad. C'est clair .Les deux parties sont à deux doigts de reprendre les hostilités si la situation perdure. L'influence toujours prépondérante du capitaine Sanogo n'arrange pas les choses au même moment où la Misma prend la relève des soldats français qui voient son effectif diminué. Dans un contexte de l'après-guerre, les signes ne trompent pas.

Les habitants notamment de Tombouctou et de Gao sont inquiets de ce retrait progressif. L'ombre des barbus plane encore sur les petites localités en général faciles d'accès pour les terroristes .Ce regain de tension pourrait remettre en cause la normalisation politique du pays. Au vu de la percée des rebelles touareg à Kidal la tenue d' élections en juillet est prématurée.

Toutes les conditions d'un scrutin normal ne sont pas réunies. Plus de 400 000 maliens sont déplacés aujourd'hui et réfugiés dans les pays voisins ( Mauritanie, Algérie, Burkina Faso, Niger) et la sécurisation des populations à l'intérieur du pays est loin d'être terminée avec les attentats fréquents des islamistes à Kidal et les autres grandes villes reconquises. Secret de Polichinelle.

C'est Paris qui tire les deux bouts de la ficelle. L'Elysée souhaite l'unité et l'intégrité du Mali alors que le MNLA tient à son autonomie. Un casse-tête également pour la Mauritanie qui détient une des pièces du puzzle de la crise malienne. Sa capitale abrite une des bases importantes des rebelles .Ould Aziz promet d'envoyer 1800 soldats de paix dans le cadre de l'ONU surtout pour aider le MNLA à se défendre contre les exactions éventuelles de l'armée malienne. Les mauritaniens sont d'autant plus menacés avec le flux de réfugiés plus de 75 000 personnes au camp de Mbera.

L'imminence d'une confrontation inter malienne à Kidal serait une aubaine pour les anciens occupants d'Ansar Dine et leurs alliés d'Aqmi et Mujao qui voudraient encore pouvoir semer le trouble dans l'esprit des nouveaux maîtres des lieux. Après trois guerres de libérations suivies à chaque fois d'accords de paix le MNLA a bien l'intention cette fois-ci d'obtenir des garanties stables qui feront de l'Azawad une sorte d'entité tampon entre les noirs et les arabes.




"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

 





Source : Baba Kane
Commentaires : 3
Lus : 1538

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • diallo2256 (H) 26/04/2013 21:48 X

    Bamako ne négociera plus avec ces criminels brigands bandits de grand chemin qui n'ont fait que semer la zizanie dans le septentrion malien. La seule solution pour le Mali est d'écraser complètement le MNLA avec la force brute comme ce que leur avaient fait AQMI et MUJAO.

    Ces gens avec leurs esprits belliqueux ne veulent pas la paix et d'ailleurs ils ne se retrouvent que dans la pagaille.

  • mine-you (H) 26/04/2013 20:22 X

    MNLA, ce groupuscule qui ne représente que lui-même, l'essentiel des touareg se désolidarise de lui est devenu un obstacle pour l'unité de Mali et un danger pour la sous-région. Il faut le traiter en tant qu'organisation criminelle qui doit subir le sort de ces autres anciens alliés Ansar dine, MUSOA et AQMI.

  • Oumar9 (H) 26/04/2013 18:13 X

    nègre de service