13-05-2013 02:53 - Bios Diallo rend hommage à Aimé Césaire aux rencontres poétiques de Dakar en avril

Bios Diallo rend hommage à Aimé Césaire aux rencontres poétiques de Dakar en avril

Au bout du petit matin, le limbes des justes restera*

Arbre, tu t'appelles Aimé
Le dard nimbé à travers feuillages
Par delà monts et rivières

Voix des sans voie sur les traces de l'histoire faite rouilles
De mépris d'injures et de séquelles
Ton nom Césaire s’est fixé à la colline limbes des justes

Ton ombre jour de longs barbelés et bosse du monde
Est l’épée des manchots


Tu m’en as fait la confidence
Un jour de novembre 2002
A Fort-de-France, l’oreille collée au Lamentin

A toi vieux baobab, avec mon amulette d'un continent blessé
J’ai conté les vergetures d’une Afrique timorée
Os d’une terre dont tu humes encore les effluves depuis ton île

Eia, toi le pied de ceux qui pansent leur plaie sur la raie du soleil
Te voilà la tête dans le murmure de l’écorce
Comme pour une prière sur l’amère canne du divorce

La Caraïbe, toujours sur le volcan
L’Afrique, toujours essorée par des conflits
Fissures de ton cœur rebelle

Sur chacune des lignes de ton œuvre verdure de sang
Eructent des sagaies de tribunaux

Eia, on ne demande pas à une femme sans enfants de pleurer son aîné
Car sans droit de l’homme point de justice
Ton encre le rappelle sans cesse aux grottes à éventer

Césaire, par bravade dans chaque creux de tombe de l’horrible
Tu remis à l'humanité ses brûlures toilettées
Sculptas l’insulte chiotte du monde en vers

Avec toi, ancre volcanique
Je relis, au bout du petit matin
L’astre de la fierté fondamentale


Bios Diallo
Ziguinchor, Sénégal, le 13 février 2005




• J’ai rencontré Césaire le 28 novembre 2002 à Fort-de-France, le poème écrit à Ziguinchor le 13 février 2005 et Aimé est mort le 17 avril 2008. Pas une ride sur la pensée !



Source : Bios Diallo
Commentaires : 3
Lus : 2488

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • haalanam (H) 17/05/2013 21:49 X

    Quel bel esprit que Bios DIALLO qui est une fierté en Mauritanie. C'est dommage que notre pays ne reconnaît pas la valeur de grands hommes de cet acabit.

    Bios, ton savoir est un don de Dieu.
    Qu'ALLAH t'en donne encore plus...
    Yo a jogoro e jam!!!

  • hamzaa (H) 13/05/2013 11:49 X

    SaraJaaja,
    C'est vrai, quel beau spectacle, et çà fait plaisir.

  • saraJaaje (H) 13/05/2013 10:50 X

    Diallo, tu es une valeur sûre de la littérature francophone mauritanienne!!! Bon vent et bon courage.

    Félicitations pour ce beau poème, enfant du Gidimaxa !!!