05-08-2013 17:22 - Réaction du Président Moktar Ould Daddah à la publication du 'Manifeste des 19'

Réaction du Président Moktar Ould Daddah à la publication du 'Manifeste des 19'

Mes Chers Compatriotes,
Lorsque le 28 Novembre 1960 à 0 heure, je proclamais solennellement l’indépendance de la Mauritanie, je coupais, du même coup, le lien de subordination qui reliait les hommes et les femmes de Mauritanie à l’ancienne puissance coloniale.

Aussitôt après, lorsque vous m’avez tous élu à l’unanimité Président de la République, puis Secrétaire Général du Parti du Peuple, je me suis engagé, devant Dieu et devant les hommes, à mener à la tête de l’Etat mauritanien, une action susceptible d’améliorer le niveau économique et social de la nation.

Il va sans dire que cette action ne pouvait et ne peut s’inscrire que dans le cadre et sur les bases d’une unité nationale solide qui permette à l’ensemble du peuple mauritanien de supporter le lourd fardeau de l’indépendance, et de lutter efficacement contre les ennemis intérieurs et extérieurs de la Nation.

Je me suis engagé solennellement engagé sous serment à protéger et à renforcer cette unité.

Lorsque celle-ci a été menacée par les revendications marocaines qui tentaient d’organiser dans notre Pays une subversion visant, à terme, à faire de la Mauritanie une province marocaine, je n’ai pas hésité à mâter ceux qui, de l’intérieur comme de l’extérieur, ont voulu ruiner nos efforts et notre volonté de bâtir une Mauritanie forte et indépendante. Ce ne fut pas en vain.

Aujourd’hui, certains compatriotes du Sud, tous fonctionnaires et parfois hauts-fonctionnaires de l’Etat, aveuglés par des positions passionnelles, se déclarent décidés, ni plus ni moins à mettre en cause l’unité nationale, en menant une action contraire à la doctrine du Parti, parti de l’Etat et contre les lois qui concrétisent cette doctrine.

En effet, ces compatriotes n’ont pas hésité à diffuser un manifeste dans lequel ils appuient la grève des élèves des établissements secondaires, et encouragent ceux-ci à refuser l’application de la loi n° 65.026 du 30 janvier 1965 qui déclare obligatoire l’enseignement de la langue arabe dans les établissements du second degré.

Ainsi, les signataires du « manifeste », lâchement – il faut le dire – ont engagé dans leur action néfaste des jeunes gens chez lesquels il est trop facile de faire vibrer des cordes passionnelles et irrationnelles.

Ils n’ont pas hésité, pour réaliser leur dessein, à utiliser de jeunes Mauritaniennes et de jeunes Mauritaniens, dont la seule préoccupation actuelle devrait être de poursuivre paisiblement leurs études pour se préparer demain à assumer, à leur tour, les responsabilités du pouvoir et à diriger les destinées de la nation.

Les signataires de ce « manifeste », enfin, ne sont mandatés par personne, ni dans le cadre des organes de l’Etat, ni dans le cadre des organismes du Parti. Ils ont préféré la menace, le chantage et l’intimidation au dialogue dans le cadre du Parti et de l’Etat.

J’ai toujours été quant à moi, partisan du dialogue, chaque fois que l’exigeait l’intérêt général. Or, la voie choisie par les signataires du « manifeste », c’est-à-dire, je le répète, la menace, le chantage et l’exploitation coupable de la jeunesse scolaire m’oblige, en tant que garant de la Constitution et de l’unité nationale à sanctionner ceux qui se déclarent ouvertement contre la Constitution et les lois de l’Etat et mettent en cause l’unité de la nation.

J’ai, en conséquence, décidé la suspension à compter du mercredi 5 janvier, des 19 fonctionnaires signataires du « manifeste ».

Parallèlement, des poursuites judiciaires seront engagées contre eux. Je saisis l’occasion, qui m’est offerte ici, pour avertir, solennellement, tout individu ou tout groupe d’individus, quel qu’il soit, que toute action, visant à mettre en cause les fondements mêmes de l’unité nationale, sera châtiée sans pitié.

Il reste entendu que tout les problèmes nationaux doivent faire l’objet de discussions approfondies dans le cadre légal des institutions du Parti et de l’Etat, afin de leur trouver des solutions satisfaisantes pour tous.

Source : page FB de Bechir Bellal




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité




Commentaires : 13
Lus : 5337

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (13)

  • amrbrak (H) 06/08/2013 11:03 X

    La langue de la majorité s'impose d'elle même: donnée scientifique! Les peules de guinée considérent fièrement que les lettres arabes appartiennent à la langue peule et n'écrivent jusqu'aujourd'hui encore leurs correspondances qu'en lettres arabes. Si les peules de Mauritanie s'y opposent c'est pour cause: uniquement cette obligation d'apprendre l'arabe.

    La liberté et la démocratie réélles réglent tous ces problèmes. Imposons donc d'abords la démocratie et les libertés qu'elle engendre.

  • vertete (H) 06/08/2013 01:37 X

    Le créateur de la Mauritanie grande est unies. apres lui on as pas eut de président . Que Dieu l acceuille dans son paradis

  • LeToucouleur (H) 05/08/2013 23:08 X

    Feu Mr le président, j'espère que vous constaterez, depuis l'au dela, que cela fut une très grave erreur d'imposer la langue arabe comme langue national car, en dehors du domaine religieux, elle ne sert strictement a rien dans le domaine professionnel de nos jour.

    Vous constaterez aussi que la nouvelle jeunesse mauritanienne a majoritairement délaisser cette langue et se consacre plus sur le français et l'anglais.

    Nos compatriotes signataires de ce manifeste l'avait compris et avait déja anticipé les problèmes aux quelles nos faisons (faisions ?) face.

    L'arabe reste un atout certe, tous comme l'espagnol ou l'allemand, une langue secondaire, mais clairement pas un langue principale, nous retournerions 1 siècle en arrière.

  • mintebladi (F) 05/08/2013 21:20 X

    Nous avons une nouvelle tribu au pouvoir qui s'appelle ''les Militaires'' qui profitent de la conjoncture '' d'insécurité '' créée par un occident qui légitimise leur pouvoir, pourvu qu'ils pillent tranquillement notre Pétrole, notre Or, notre Eau ....

    J'aurai bien aimé savoir le commentaire de Me Moctar Ould Daddah ....
     

  • texassois (H) 05/08/2013 20:48 X

    Tout est dit dans le 7eme paragraphe ! Refuser l'application qui rend obligatoire l'enseignement de l'arabe. Ce MR à été le précurseur du système dont souffre encore aujourd'hui la majorité du peuple Mauritanien. Cette vérité est irréfutable mort ou pas rien n'y change et Allah jugera chacun sur ses actions cachées ou pas -

  • Cheikh-TijaneBathily (H) 05/08/2013 20:32 X

    Entre ce que l'on dit et ce que l'on fait, il y a, comme disait l'autre, la largeur de l'océan pacifique! Autrement, comment expliquer le bec que j'ai dans l'eau?

  • yacoub (H) 05/08/2013 20:10 X

    Je dirai que Moctar ould Daddah est le createur du raciste d'etat en Mauritanie. Il n'y aura pas d'unite ne Mauritanie tant qu'une minorite continuera a tout monopolise et que des genocisdaires continueront a arpenter nos rue !!!

  • sahelien (H) 05/08/2013 19:02 X

    ce discours rassemble etrangement a celui d'un administrateur Francais ou Britannique face au desir d'independance legitime de 19 autochtones Algeriens ou Kenyans..... Malehuresement pour les populations Africaines de Mauritanie 48 ans plus tard, on est toujours sous le joug, toujours a lutter pour avoir le droit de parler nos langues, d'etre reprensenter dans l'appareil d'etat, et de proteger nos terres et nos cultures.... dommage....

  • Renard (F) 05/08/2013 18:52 X

    Hathlele!
    L'unité nationale ne peut être menacée mon cher, ni de l'intérieur, ni de l'extérieur... Car elle n'existe pas!

  • Nahnoumauritanie (H) 05/08/2013 18:09 X

    Ce serait bien de nous donner la liste des 19 pour savoir ce qu'ils sont devenus

  • YEHESS (H) 05/08/2013 18:04 X

    Certainement il y a une forte ressemblance entre hier et aujourd'hui. La différence majeure comme l'a dit "moutassir" est qu'on a pas un chef d'Etat de l'envergure de Moctar.

  • hathlele (H) 05/08/2013 17:42 X

    ALLAH YAREHMOU!
    Mais pourquoi ce rappel maintenant ?
    L'unité nationale est -elle menacée ?
    La menace est - elle interne ou externe ? Quelles solutions ?

    Prof Sidi Ould Bobba
    Zoueratte

  • mountassir (H) 05/08/2013 17:37 X

    c’est une intervention brève mais ferme d'un véritable chef d'Etat dont le pays est menacé dans sont unité.

    Nous manquons aujourd'hui malheureusement, des hommes de cette trempe.