21-04-2014 21:40 - Garcia Marquez et Chinguetti

Garcia Marquez et Chinguetti

Adrar-Info - Je n’ai appris la mort de Garcia Marquez que fort tard. J’étais loin naviguant entre Aoujeft, Loudey Atar et Chinguetti, insoucieux de ce qui se passe dans l’univers, coupé de cet éternel brouhaha qui nous encombre l’esprit, réfractaire à toute nouvelle provenant du « monde », pas de radio, pas de télé, surtout pas de « web ».

J’écoutais des histoires et j’en créais, je parlais avec les gens du commun que je rencontrais, je respirais un air qui ne souffrait pas beaucoup des perversions du temps et j’essayais, de temps en temps de convaincre un jeune français de sept ans, un compagnon de voyage, que le « pinronh » d’Atar valait bien les Champs Elysées et que la Tour Eiffel devait s’incliner devant le plus humble de nos palmiers dattiers. Je n’eus pas beaucoup de succès ,je l’avoue, sur ce plan là.

La mort de Garcia Marquez me surprit. Depuis que j’avais lu il y a trente ans, « cent ans de solitude », je l’avais classé, dans le catalogue des astres, et je pensais que sa luminosité allait durer très, très longtemps.

J’avais oublié que le corps ne suis pas toujours la lumière et que la mort se rit bien du génie Et j’en vins à conclure que si Gabriel Garcia Marquez a disparu, c’est qu’il n ya plus aujourd’hui de Macondo, le lieu qui l’avait vu grandir et qu’il avait redessiné , son petit village d’enfance perdu dans les marais et respirant les rêves les plus fous.

Les ombres de Macondo s’étaient évaporés et l’âme de Marquez se devait donc forcément d’aller dans l’au-delà alimenter les fantasmes de son enfance. Les belles choses meurent et l’esprit doit les suivre, forcément. Et je fis le rapprochement avec notre Chinguetti nationale que je venais de quitter.

La vieille cité n’a certes jamais produit de Garcia Marquez mais elle aurait gagné à en avoir un. Tellement elle s’est éteinte à la faveur des ans et de l’ingratitude des siens (nous tous, il faut le préciser). C’est pitoyable de voir mourir une ville si ancienne, étouffée par ceux là même qu’elle a fait longtemps vivre. Chinguetti est morte, assassinée par ses gens.

Il faut suivre les rues de la vielle ville pour voir l’état de misère et de décrépitude qu’on a infligé à une cité hier considérée comme patrimoine de l’humanité et septième lieu saint de l’Islam. Les détritus jonchent les rues, les murs sont décrépis, le « château d’eau », insulte aux yeux, est toujours là, les visiteurs sont assaillis par une foule de petites vendeuses qui les empêchent de respirer et qui tuent la sérénité qui aurait dû baigner les lieux .

Autour de la mosquée un mur décrépi et vulgaire, et à l’intérieur seulement quelques prêcheurs pakistanais bienheureux d’occuper un terrain sacré délaissé par les habitants. Chinguetti dans cet état, je vous le dis, ne mérite pas d’être considéré comme un patrimoine de l’humanité ni comme une ville sainte.

Si on veut conserver à Chinguetti la place qu’elle occupait dans les esprits, l’on doit agir vite. Et ce n’est pas la seule affaire de la Commune de Chinguetti ou de la région de l’Adrar, ni celle de la Fondation des villes anciennes. Ces institutions là, c’est clair, sont dépassées et irresponsables Il s’agit d’une affaire nationale où l’État devrait s’investir rapidement.

M’Mbareck Beyrouk



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Commentaires : 1
Lus : 2247

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • bamoud (H) 22/04/2014 12:21 X

    C'est bien vrai ce que vous dites à propos de cette ville sainte que l'Etat a abandonné aidé bien entendu par les habitants de Chinguetti et au delà de L'ADRAR. Le titre en dit plus GARCIA MARQUEZ "ET" Chinguetti le "ET" n'est pas une conjonction de coordination il s'agit bel et bien d'un rapport. Merci Beyrouk.