16-06-2014 13:21 - «La littérature est le lieu de l’inquiétude»

«La littérature est le lieu de l’inquiétude»

Elwatan - Que faire après la guerre ? Les romanciers ou les nouvellistes sont souvent face à un grand défi : écrire sur les atrocités au risque de subir «la chaleur» des événements ou prendre du recul en gardant le silence avec la possibilité d’être accusés de lâches.

Samedi après-midi, au 7e Festival international de littérature et du livre de jeunesse (Feliv) d’Alger, Sofiane Hadjadj a invité le romancier algérien Yahia Belaskri et l’écrivain mauritanien Bios Diallo à aborder ce sujet délicat.

Sofiane Hadjadj a estimé qu’il existe toujours un rapport à la mémoire dans les romans de Yahia Belaskri. Le dernier roman, Une longue Nuit d’absence, de Yahia revient sur «la guerre civile en Espagne dans les années 1930.

Une guerre qui a touché les Algériens à travers les exilés qui ont trouvé refuge en Algérie», a-t-il souligné. Selon Yahia Belaskri, les républicains espagnols réfugiés à Oran ont contribué à la Guerre de Libération nationale. «Ils avaient notamment créé le ‘gang des 203’ en maquillant des voitures de cette marque pour chasser les bêtes de l’OAS d’Oran. Ce n’était pourtant pas une structure du FLN», a-t-il dit.

Il a relevé que la question « d’où je viens ?» est toujours présente dans ses livres. «Je me suis construis car j’ai été fait par un certain nombre de choses. En terminant mon premier roman, Le Bus dans la ville, je me suis rendu compte que ce n’était pas le livre que je voulais écrire. Je portais mon deuxième roman, Si tu cherches la pluie, elle vient d’en haut, depuis longtemps.

Quand on évoque l’Algérie, on parle de la guerre d’indépendance et de ce qui s’est passé dans les années 1990. L’histoire de l’Algérie est jalonnée de guerre et de conquérants venus d’ailleurs. Je suis en quelque sorte, un enfant de cette tragédie continuelle et de ce besoin de bonheur»,
a relevé Yahia Belaskri, qui prépare un roman sur le XVIe siècle algérien. «La littérature est le lieu des questionnements, de l’inquiétude. Après, c’est autre chose.

C’est à la société de s’organiser»
, a-t-il dit. Pour Sofiane Hadjadj, la littérature peut toujours pointer du doigt des moments de l’histoire et des situations d’un pays qui «font mal». C’est justement la démarche romanesque de Bios Diallo dans son dernier roman, Une vie de sébile, dans lequel il revient sur la déportation des Noirs de Mauritanie en 1989 par décision du gouvernement.

Il a avoué avoir changé «dans la douleur» son prénom, remplaçant Moussa par Bios. Bios Diallo, qui est également poète, a plaidé pour la réconciliation entre Mauritaniens. «Quand j’ai rencontré Aimé Césaire, j’ai titré l’interview : «Quand petit Nègre rencentre grand Nègre».

C’est un choix d’écrire de cette manière. J’ai écrit un livre sur le mariage chez les Peuls en précisant qu’ils sont de Mauritanie. Certains m’ont interrogé : des Peuls en Mauritanie ? J’ai répondu par oui», a-t-il dit. Fayçal Métaoui



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2241

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • zelimkhan2 (H) 16/06/2014 18:09 X

    M. Diallo, alors que votre inquiétude soit connue dans ce cas.
    Pour aller se pavaner ici ou là, vous êtes prompt mais on ne vous entend pas sur le questions internes. Avez vous peur de perdre votre petit poste de conseiller