09-07-2014 23:01 - L’identité au service de l’inégalité à propos de l’esclavage en Mauritanie (2)

L’identité au service de l’inégalité à propos de l’esclavage en Mauritanie (2)

Adrar-Info - Des élites démissionnaires

Sous le régime du Parti du Peuple Mauritanien (PPM), le Président Moktar Ould Daddah estimait justifiée une mise au placard « provisoire » du dossier de l’esclavage. Il aurait ainsi affirmé en 1978 à un dirigeant du Mouvement de Libération et d’Émancipation des Haratines (plus connu sous le nom d’El Hor – l’Homme Libre), trois mois avant son renversement par les militaires: «Le problème de l’esclavage en Mauritanie peut être résolu de deux manières; soit par une révolution sanglante, ce dont le pays n’a pas les moyens, soit par une évolution lente de la société grâce au développement économique, et cela est en train de se réaliser.

La preuve en est que les propriétaires d’esclaves disaient «nos esclaves », et que depuis quelques années ils se gênent et cherchent des périphrases pour s’exprimer. En tout état de cause nous ne pouvons pas affronter les féodaux sur ce terrain à l’heure où le pays est en danger [référence à la guerre du Sahara]. Cependant le problème nous préoccupe»
( 5) .

Vingt ans plus tard, et dix-sept ans après avoir été promulgué, le texte de loi portant abolition de l’esclavage en Mauritanie n’a toujours pas fait l’objet d’un décret d’application. Une telle lenteur n’est pas sans relation avec l’importance de l’identité islamique en tant qu’instrument de légitimation du pouvoir.

En d’autres termes, la grande timidité du législateur est à lier à cette dimension du sens commun selon laquelle remettre en question la légitimité de l’esclavage reviendrait, d’une certaine manière, à porter atteinte aux préceptes de l’Islam, religion officielle de l’État, partagée par l’ensemble des mauritaniens.

Cette tension est d’ailleurs fortement illustrée par la teneur même de la fameuse ordonnance de 1981 – probablement la plus courte de la République -, dont l’article le plus étoffé officialise le principe d’un dédommagement des maîtres, mais qui, il vaut de le préciser, n’engage «aucune mesure en faveur des affranchis pour en faire des mauritaniens de première zone, c’est à dire des citoyens soumis aux mêmes obligations et jouissant des mêmes droits que tous les autres nationaux» (Ould Ahmed 1983: 7).

Cette option n’est pas sans conséquence, à l’échelle de la société mauritanienne toute entière. En particulier, si le principe de l’abolition de l’esclavage peut, au fil des ans, de moins en moins être totalement ignoré, il n’en met pas moins bien plus de temps que nécessaire à se frayer un chemin dans les consciences. D’autant plus qu’au sein de l’opposition, l’on ne semble pas beaucoup plus disposé à bousculer le statu quo.

Ainsi, par exemple, les dirigeants des partis d’opposition ne se sont-ils jusqu’ici guère empressés de mettre en avant deux idées-forces, deux axes possibles de justification auprès de l’opinion publique d’une lutte ouverte contre l’esclavage: d’une part le fait, évident mais opposé à la tradition dans le pays, que l’Islam déconseille la mise en esclavage de musulmans, et d’autre part l’existence, dans l’histoire du pays, de véritables poches autochtones de combat pour l’émancipation.

Dans la mesure où le processus de démocratisation du régime – ou ce qui en fait office – entamé depuis 1991 a renforcé, à travers des stratégies électoralistes, les réseaux d’allégeance d’ordre tribal, régional et ethnique, le moins qu’on puisse dire est que le poids politique de ces derniers autant que l’idéologie qu’ils véhiculent n’ont pas été ébranlés (Daddah 1994). Sur le dossier de l’esclavage, la principale concession du pouvoir a été d’injecter à l’opinion publique la théorie officielle dite des « séquelles)) de l’esclavage.

Le propre de cette thèse, initialement lancée par le Comité National pour l’Éradication des Séquelles de l’Esclavage en Mauritanie (CNESEM), est le souci d’effacer du langage (et des attentes, notamment en terme d’orientation des programmes publics) toute notion de particularisme national (6) .

Il suffirait donc, pour faire des haratines des citoyens à part entière, de lutter contre la pauvreté «en général )), hypothèse qui n’a jamais été confirmée par la moindre étude systématique, par la moindre compilation de données de quelque envergure. Opposée à la lecture officielle, celle proposée par l’association «SOS Esclaves )) a le mérite de souligner le carcan psychologique associé au statut servile, cette pression insidieuse et forte, susceptible d’émousser chez l’esclave ou le descendant d’esclave (quelque soit son ethnie!) sa détermination à agir sur son sort, à revendiquer pour soi.

Dans ce cas aussi pourtant, l’on pèche par manque de clarté: non seulement une certaine confusion reste (volontairement ?) de mise entre la vaste – et très actuelle – question haratine, et des pratiques «résiduelles» de l’esclavage d’antan d’autre part (pratiques qui, pour révoltantes qu’elles soient, n’en sont pas moins dans une phase de régression, probablement irréversible), mais, dans l’effort de dénonciation de ces dernières, l’on s’est jusqu’ici suffi de quelques cas isolés, régulièrement (res)servis aux intervenants étrangers.

Si aucune de ces deux associations n’a été officiellement reconnue par les pouvoirs publics, la première a été nettement mieux tolérée. Qu’il suffise de noter que Mohamed Salem Ould Merzoug, principal porte-parole du CNE SEM et hartani de son état, est aujourd’hui ministre de l’Hydraulique et de l’Énergie, poste jugé à la fois important et juteux, cependant que Boubacar Ould Messoud, également membre de la communauté haratine, président de «SOS-Esclaves », a été condamné le 12 février 1998 à treize mois d’emprisonnement pour appartenance à une association non reconnue!

L’accusé, dont la sentence a été confirmée le 24 mars par la cour d’appel, a cependant bénéficié le jour même d’une remise de peine, dans le contexte de la réunion à Paris du groupe consultatif pour la Mauritanie de la Banque mondiale, et la perspective toute proche de la visite du Président des ÉtatsUnis Bill Clinton à l’île de Gorée (Sénégal).

Prudence autant que susceptibilité, dans le camp du pouvoir, ont été il est vrai exacerbées ces dernières années par des campagnes de presse de l’extérieur. En particulier, des journalistes et des chercheurs afro-américains, visiblement en quête de sensationnalisme autant qu’empêtrés dans les repères de leur propre vécu historique, auront servi de dernier recours à des réfugiés mauritaniens au Sénégal (et dorénavant, pour les plus habiles ou les plus chanceux, sur la côte Est des États-Unis), grands oubliés de la crise de 1989.

Au fil des récits et articles proposés( 7) , en effet, l’on perçoit l’amalgame, ahurissant de la part de qui est sensé s’être documenté et avoir été sur le terrain, entre deux problèmes nationaux d’envergure, mais qui demeurent néanmoins bien distincts : la question haratine d’une part, et le statut des minorités ethniques d’autre part.

Le pouvoir se cloîtrant de plus en plus dans une dynamique de répression et une sorte de psychose sécuritaire, l’opposition étant occupée à ses interminables scissions et négociations internes – quand elle ne participe pas elle-même à entretenir la confusion -, le citoyen moyen se sentant peu interpellé par un langage qui, dans tous les cas, se situe loin des réalités, c’est finalement un recul sur la gestion des deux dossiers qui a été enregistré.

A suivre…./

Amel Daddah Docteur en sociologie, University of Arizona

« Annuaire de l’Afrique du Nord, tome XXXVII, 1998, CNRS Éditions. Une première version de ce texte – considérablement remaniée par les éditeurs -, est parue dans Le Monde Diplomatique no 536 de novembre 1998: 13. »

Articles précédents : http://adrar-info.net/?p=25705

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

5. Cité par Mohamed Lemine Ould Ahmed (1983).

6. Cette aversion pour toute notion de particularisme national est certainement compréhensible de la part d’un pouvoir qui n’a toujours pas assumé le drame de 1989 ni les violentes purges ethniques de 1990-91, et qui s’entête depuis à ignorer le sort des réfugiés afro-mauritaniens.

7. Voir par exemple: Elinor Burkett, «’God Created Me To Be a Slave », The New York Times, 12 octobre 1997; Ken Ringle, «Activists Say Slavery Exists In N. Africa », The Washington Post, 14 mars 1996; Howard W. French, «Where Proud Moors Rule, Blacks Are Outcasts », The New York Times, 11 janvier 1996; Samuel Cotton, «Arab Masters Black Slaves. The African Slave Trade: 1995 », The City Sun, 1-7, 8-14 et 15-21 février 1995.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité

Commentaires : 1
Lus : 3669

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Fr (H) 10/07/2014 21:33 X

    « Vingt ans plus tard, et dix-sept ans après avoir été promulgué, le texte de loi portant abolition de l’esclavage en Mauritanie n’a toujours pas fait l’objet d’un décret d’application. Une telle lenteur n’est pas sans relation avec l’importance de l’identité islamique en tant qu’instrument de légitimation du pouvoir. »

    Non Monsieur, cette lenteur n’est pas causée par notre identité islamique car notre esclavage n’est pas celui traité en Islam.

    Nos esclaves ne sont pas de prisonniers de guerre religieuse. Ce sont des individus volés et vendus, parfois-même par leur propres parents, à des caravaniers contre des morceaux de sel, le souvent.

    Cessez de vous attaquer à notre identité religieuse à chaque fois que vous en avez l'occasion. Je ne veux pas vous dire plus en public.

    Mohamed ould MOHAMED AHMED
    E-mail : unfrere@gmail.com