15-05-2015 22:00 - L’écart social, obstacle devant le mariage mixte en Mauritanie

L’écart social, obstacle devant le mariage mixte en Mauritanie

Dune Voices - Malgré la prévalence du célibat chez les jeunes filles issues des castes que la société mauritanienne qualifie de nobles, ces femmes ne jouissent pas de la liberté de choisir leurs époux. Ce qui fait d’elles des victimes de «la supériorité» de leurs propres castes.

Rayya Mint El Khattab est issue d’une caste ‘supérieure’ selon la société mauritanienne. Elle ne veut pas céder à la volonté de la société en matière de choix du mari. La société interdit en effet à la fille de convoler en justes noces avec un mari d’un rang social plus bas que le sien.

Mint El Khattab refuse ce destin et affirme que rien ne pourrait l’empêcher de choisir librement son futur mari et ce malgré le texte islamique clair accordant au père l’autorité sur l’avenir de sa fille. Rayya est étudiante en Anglais à l’Université de Nouakchott.

Elle déclare: «Le problème ne réside pas dans le risque auquel peut aboutir ma décision de me rebeller contre les lois coutumières, mais dans les conséquences sociétales et les maux psychologiques que pourrait engendrer un tel mariage sur mes enfants qui risqueraient la ségrégation parmi leurs pairs».

Pourtant, la Mauritanie est connue dans le continent africain pour sa diversité humaine. Les hassanophone de teinte claire constituent la classe supérieure de la société mauritanienne. Les noirs, négro-africains et hratines ou hassanophones de teinte noire, se trouvent dans le milieu de classification sociétale.

Quant aux forgerons, ils sont dans le bas de l’échelle. Pour marquer son rejet du régime des castes sociétales, Rayya précise: «Je suis déterminée à me marier en dehors de ma caste, en conformité avec mes sentiments qui sont plus sacrés que les tabous de la société».

Aminata Alassane Ndiaye est de la communauté Peulh. Elle partage le point de vue de Rayya «pour jouir de sa liberté de choisir son futur mari». Elle reconnait tout de même que cette position «comporterait un grand risque, dont le moindre est la rupture avec sa famille et l’exposition de ses enfants à un avenir incertain ».

Aminata ajoute « la position de Rayya n’est pas facile. Ma cousine a été obligée d’émigrer en Belgique, pour appliquer un tel choix dans la communauté hassanophone».

Cette militante de l’Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste en Mauritanie (IRA-Mauritanie), souligne que «Nous devons dépasser ces règles figées concernant les castes, pour faciliter l’intégration et l’unité nationales».

Dans la communauté des Soninkés, la situation n’est pas meilleure. La femme soninké est appelée à une guerre sans merci pour avoir le droit de choisir librement son mari. Un droit dont bénéficie exclusivement l’homme de cette communauté.

Halima Kane milite pour ce droit au sein de cette communauté. Selon elle «Il n’y a pas eu encore d’issue à cette injustice, à cause de l’intolérance vis-à-vis de certaines couches de la société, notamment les pêcheurs et les bergers. Raison pour laquelle certaines familles se sont disloquées».

Dr Sidi Mohamed Ould Khattar, Professeur en Sociologie à l’Université de Nouakchott, pense qu’il n’y a pas de raison pour que ces considérations persistent encore. Il s’agit-là, selon lui de «comportements racistes, démodés et en dehors de leur contexte historique ».

Le professeur indique qu’«Il y a un problème au niveau de l’offre et une absence totale de demande en matière de mariage, alors que les communautés continuent à insister sur l’attachement aux privilèges sociaux». Ould Khattar dit qu’ «il faut qu’il y ait des Rayya pour appliquer la justice et l’égalité sociales». Il conclut: «Nous avons besoin de faire hériter à nos enfants ce type de pensées».

Ahmed Tidjani Omar Dia est imam à la Mosquée de l’Imam Navé, sis au centre-ville de Nouakchott. Il pense que «la supériorité d’une classe sur les autres, constitue une hérésie qui n’a aucun fondement en islam». L’imam précise: «Malheureusement, l’idée de la suprématie de certaines classes est courante dans la communauté Peulhs. Elle est la cause de la propagation de l’adultère, de la prévalence de l’infidélité et de la croissance du célibat chez les femmes issues des castes jugées de haut niveau».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 4327

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 18/05/2015 15:44 X

    Je ne savais que les Maures Blancs sont supérieurs aux autres Mauritaniens quand bien négros-mauritaniens qu'ils soient et j'en passe. Cette notion de difference est attrait à la nature humaine, il faut tout le temps que quelqu'un se mette dans une posture orgueilleuse. A quoi sert d’être une pute , mettre au monde des bâtards , ne pas etre en conformité avec les textes de l'islam , conséquences : la corruption est semée partout dans nos sociétés. Célibats : prostitution , adultere ,fornication sans fin etc... S'il faut inventer une nature humaine que les hommes on devrait le faire mais hélas l'homme joue éternellement à sa perte en orgueillisant de façon grossière en suivant ses passions qui causeront son entrée en enfer.

  • kalidou gueye (H) 16/05/2015 17:24 X

    Rayya mint el Khattab est ce que tu accepterai de m'epouser dans ce cas? Je pense que le probleme n'est pas la, mais daccepter d'abord que je suis une personne avant d'etre noire, pecheur, griot, forgeron ou autres.

  • sybasarr (H) 16/05/2015 09:43 X

    Quelle est cette connerie? Qui a decide: Les hassanophone de teinte claire constituent la classe supérieure de la société mauritanienne. Les noirs, négro-africains et hratines ou hassanophones de teinte noire, se trouvent dans le milieu de classification sociétale.? La stratification en Mauritanie est plus complexe que ca. Les Haratines, les Maures, les Pulars, les sonikos, les Wolofs... ont change groupe une stratification propre. Au sein de chaque groupe, des familles pensent etre inoculees de meilleur groupe sanguin et de l'ADN triee sur mesure. c'est ca la Mauritanie encore arrieree. Le mariage repose sur ces bidonneries qui ont encore du temps. Il s'agit beaucoup moins des ouguiyas....

  • Ibiliss (H) 16/05/2015 01:36 X

    Vous n'avez pas finir de courir, braves "nobles"! Et le pire est à venir! Votre micro-société, jusque-là refuge, deviendra prison étouffante! Elle implosera! Ceci étant dit, cet article est d'une nullité bien rare! Une sociologie de bas étage! Ce n'est pas sous cet angle qu'on analyse un fait social! Vous n'avez pas fait la philo ou quoi?

  • ngaari aalam (H) 16/05/2015 00:07 X

    Analyses pas fondees. Il faut pousser la reflection pour trouver les vraies causes de ce phenomene.

  • Mansouranis7 (H) 16/05/2015 00:03 X

    Il ne s´agit pas ici d´ecart social ou de racisme ou de superiorite´. C´est dans toutes les societe´s arabes,africaines et meme asiatiques societe´s sous-developeés. C´est la consequence du CHOMAGE,la PAUVRETE´et l´IGNORANCE.

  • ziglama (H) 15/05/2015 23:25 X

    Non,non!Cet article est trop naif. Il faut analyser ce probleme a fond car c´est beaucoup plus complexe que vous le presentez ici. Les forgerons au bas de l´echelle ont plus de chance que les blancs europeens par exemple un Nessrani Pensez vous qu´une femme peulh ou soninke´mariera un Irakien ou un Chinois? Il faut un scanner de cerveaux pour comprendre ce probleme qui est aussi bien dans la societe´maure que negro-africaine.

  • gongiyanké (H) 15/05/2015 22:26 X

    Le mariage peut certes etre un facteur d'unité nationale en Mauritanie mais s'avere impossible du fait de l'esprit féodal dont sont animés nos freres Arabo-berbers