11-06-2015 19:00 - Société : Les femmes de Thiambéne libérées.

Société : Les femmes de Thiambéne libérées.

Aminata Sèye Diop, Rokhaya Samb, Aminata MBaye Seck, Marième Guèye, MBarka Lô, Djeynaba Samb, Mayrama Gaye, Aîché Yaye Seck, et NDeye Diop, les neuf femmes de Thiambène interpellées la semaine dernière, viennent de retrouver la liberté. Cinq au départ, elles seront finalement neuf en garde à vue à Nouakchott suite à un procès à la va vite tenu à Rosso qui verra leur transfert à la capitale.

Elles retournent triomphalement chez elles, retrouver leurs familles. Le sort n’a pas été aussi clément à l’endroit du Chef de village de Thiambène Babacar Samb, qui croupit toujours en prison avec l’imam de la mosquée Assane Samb et le muezzin Djiby Guèye. Pour ce qui est des terres de la vallée du fleuve, les choses étant ce qu’elles sont à travers un accaparement à la va vite (voir l’éditorial de Bâ Silèye, sur le cas).

Sur les terres de la vallée, depuis les événements de 1989, des problèmes juridiques sur le foncier local existent, c’est indiscutable et tout le monde le sait depuis très longtemps même si on ne s’engage que timidement pour en parler. Le temps perdu ayant fait le jeu de l’impunité, puisqu’il a permis dans certains cas l’évanouissement des coupables, sinon le dépérissement des preuves de leur forfait.

Il est inutile de revenir sur les atermoiements de notre justice face aux nombreux cas similaires, et au risque de nullité de mise en accusation de personnes contre lesquelles des preuves ont été recueillies dans des conditions qui ne permettent pas de les condamner. Certes, les femmes de Thiambène sont enfin libres, mais pour combien de temps encore, vu qu’elles restent sur leur position de ne point céder la terre ancestrale ?

De Keur-Mour en passant par Weuyeng, des populations compatissantes feront le déplacement à Thiambène pour accueillir les braves femmes. Le parti Arc-En-Ciel dont le président, a essuyé des vertes et des mûres pour son soutien aux habitants de la vallée, sera aussi dans ce village du Trarza, indique Monsieur Sall de l’association wolof, Takku leggeey Taxawu Askan-wi.

Une solution politique s’impose au problème foncier de la vallée. Si on ne peut pas indemniser les victimes de ces terres, il est indispensable de décider d’une solution de leur problème. « L’Etat n’y arrivera pas si au préalable il n’a pas démontré une réelle volonté d’en finir avec la culture de l’impunité » estime Bâ Alassane, Balas.

ADN

Copyright © 2015 Cridem

Commentaires : 4
Lus : 3049

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • foutaanke (H) 12/06/2015 00:08 X

    ADN heureuseument que les braves femmes de ce village ne sont pas aussi froussardes que vous car votre dernier paragraphe est une abomination sinon pourquoi parlez vous d'indemnisation les terres du nord et de l'est jalousement gardées n'ont rien à envier a celles de thiambene qui doivent etre aussi protégées avec becs et ongles vous insultez le courage de ces femmes en parlant sur ce ton car c'est pas tout le monde qui baisse les bras il y a de braves gens qui croient encore à la verité

  • Dieynaba (F) 11/06/2015 23:09 X

    Il ne faut pas compter sur l'état, il en est conscient et est l'auteur de cette situation qui résulte d'un 'certain projet' de longue date. L'état travaille en faveur de l'injustice

  • Symaodo (H) 11/06/2015 21:06 X

    tant mieux mais le mal est déjà fait;il faut restituer ces mangueraies aux propriétaires.je pressens sincèrement qu' une partie du ciel ne tombe directement sur la Mauritanie tellement qu' il y a d' immoralité dans ce pays.

  • maestro (H) 11/06/2015 19:52 X

    voici un cas qui pousse a la haine et au dédain