14-07-2015 21:00 - La ministre de la Culture reçoit les rappeurs et artistes urbains en quête de reconnaissance [PhotoReportage]

La ministre de la Culture reçoit les rappeurs et artistes urbains en quête de reconnaissance [PhotoReportage]

La ministre de la Culture Hindou Mint Aïnina est favorable à l’idée d’une reconnaissance des cultures urbaines (hip-hop ; slam ; photographie…). C’est cela qui est ressorti d’une rencontre entre la ministre et les artistes réunis sous la bannière de 2H Protest.

Il s’agit de Yéro Gaynaako issu du groupe de rap Minen Teye ; Amadou Aly Bâ alias AMD du groupe Yonta Men ; Alassane Thiam connu également sous le nom d’El Diablo Lion Las; Abou Nas ; Kara ; du docteur Bocar Dia qui est parolier…, tous reçus ce lundi 13 juillet par la ministre de la Culture.

A Yéro et ses amis qui réclament la reconnaissance des cultures urbaines, Hindou propose de mettre sur pied d’une structure interlocutrice émanant des artistes ; et d’arrêter quelque chose de précis, concret, sur lequel vont travailler ladite structure et le ministère, cela dans le cadre de journées de concertation.

La désignation d’une structure interlocutrice sera le début d’un processus, a affirmé la ministre. Elle a laissé entendre que la revendication des artistes de 2H Protest - qui visent à une reconnaissance des cultures urbaines et souhaitent la création d’une structure dédiée exclusivement à l’essor de ces mêmes cultures - est raisonnable.

Etant donné que les rappeurs et les artistes urbains sont dans une logique de création continue, il va s’en dire qu’ils ne peuvent évoluer dans une structure destinée à conserver l’acquis, le patrimoine musical, comme l’Union des musiciens mauritaniens, a dit - en substance - Mint Ainina.

En d’autres termes la balle est cette fois-ci dans le camp des rappeurs et artistes urbains. C’est à eux de se décarcasser pour désigner le plus tôt possible une structure interlocutrice et précipiter la tenue de journées de concertation en faveur du développement des cultures urbaines.

SC



Avec Cridem, comme si vous y étiez...
















Commentaires : 1
Lus : 3160

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • foutatoro (H) 15/07/2015 15:02 X

    Je peux témoigner combien cette femme est exceptionnelle. Nous anciens élèves, ses élèves du collège de Tevragh Zeina, pouvons témoigner de sa grandeur d'âme. Elle fut tout simplement la prof des tous jeunes ados mauritaniens que nous étions. Avec elle, la race n'avait point de valeur. Merci madame. Merci d'avoir été pour nous une sœur, puisque vous étiez jeune à l