24-09-2015 21:45 - La Mecque : la sécurité, point sensible du pèlerinage depuis 25 ans

La Mecque : la sécurité, point sensible du pèlerinage depuis 25 ans

Huffington Post Maghreb - Le pèlerinage annuel (ou hajj) à La Mecque a été endeuillé jeudi 24 septembre, après la mort de 453 personnes de différentes nationalités dans une bousculade. Le drame s'est produit à Mina –tout près de La Mecque–, en marge du rituel de la lapidation des stèles de Satan.

Cette gigantesque bousculade survient neuf ans après un précédent tout aussi meurtrier, dans la même zone du pèlerinage. Le 6 janvier 2006, 364 pèlerins étaient morts dans une bousculade pendant le rituel de la lapidation.

D'autres bousculades mortelles avaient déjà été recensées autour de ces stèles, notamment en 1994 (270 morts), 1998 (118 morts) et 2004 (251 morts). Et en 1990, ce sont 1426 pèlerins qui furent morts asphyxiés à la suite d'une panne du système de ventilation d'un tunnel, toujours à Mina.

Depuis 25 ans et ces drames successifs, la sécurité est l'un des points sensibles dans l'organisation du hajj, qui attire toujours plus de fidèles.

Pourtant, depuis le dernier drame connu de 2006, l'Arabie saoudite avait adopté plusieurs mesures pour améliorer la gestion de la foule, rappelle Le Figaro. Des ponts à plusieurs niveaux avaient notamment été installés tandis que la présence policière avait été renforcée.

Cette année, l'Arabie saoudite avait ainsi mobilisé 100.000 policiers. Les autorités avaient affirmé avoir pris toutes les précautions contre les risques d'attaques, d'autant plus que l'Etat islamique avait revendiqué deux attentats sanglants contre des mosquées chiites dans l'est du royaume.

Les autorités avaient également mobilisé des armées de médecins et d'infirmiers pour faire face au risque d'une épidémie du coronavirus MERS, dont l'Arabie saoudite est le premier foyer au monde.

L'effondrement polémique d'une grue

Deux semaines avant le début du pèlerinage 2015, un drame d'un autre genre était venu ternir le tableau: le 11 septembre, une grue avait chuté sur le chantier d'agrandissement de la Grande mosquée de La Mecque, entraînant la mort de 109 personnes tandis que 400 autres furent blessées. Des vents violents soufflaient au moment de l'effondrement.

Depuis des décennies, la Grande mosquée est en chantier, chaque monarque saoudien cherchant à laisser son empreinte sur le saint des saints de l'islam avec des travaux d'extension toujours plus gigantesques, et la présence permanente de dizaines de grues sur le site:

Selon Irfan al-Alawi, co-créateur de la Fondation pour la recherche du patrimoine islamique basée à la Mecque, "les autorités ont fait preuve de négligence face au danger représenté par ces grues". "(Les autorités) ne se préoccupent pas du patrimoine et se moquent de la santé et de la sécurité", ajoute-t-il.

De son côté, après l'effondrement de la grue le 11 septembre, un ingénieur du groupe qui mène le projet d'agrandissement avait rejeté les accusations de négligence. La grue avait été installée "de manière professionnelle" il y a "trois ou quatre ans", avait-il déclaré sous couvert d'anonymat, estimant que le drame relevait de la "volonté de Dieu".

Un chantier actuel de 400.000 m²

Lancé il y a quatre ans par le défunt roi Abdallah, le chantier actuel va agrandir de 400.000 m² la superficie de la Grande mosquée, l'équivalent de 50 terrains de football. Avec l'ambition d'y accueillir au même moment jusqu'à 2,2 millions de fidèles.

Si les autorités présentent ces chantiers comme une nécessité devant l'accroissement continuel du nombre de pèlerins, certains critiquent la transformation de ce lieu saint en véritable "Manhattan".

La pièce maîtresse du développement effréné de La Mecque est l'horloge géante qui domine la Grande mosquée. D'un diamètre de 46 mètres chacun, ses quatre cadrans de l'horloge composés de matériaux de haute technologie et lacérés d'or dominent de plus de 400 mètres le complexe religieux.

La tour qui la supporte mesure 601 mètres, ce qui en fait le troisième bâtiment le plus haut du monde. Elle est flanquée d'un complexe de six tours, comprenant un hôtel de luxe et un énorme centre commercial:

En 2017, c'est tout simplement le plus grand hôtel du monde qui ouvrira sur place, l'Abraj Kudai, avec ses 10 000 chambres, 70 restaurants, cinq étages réservés à la famille royale saoudienne, quatre héliports, un centre commercial, des salles de conférence ainsi qu'une immense salle de bal. Le tout, pour la somme de 3,2 milliards d'euros.

Par ailleurs, les fidèles sont bombardés de slogans publicitaires et les lumières de la tour troublent leur quiétude, estime Irfan al-Alawi. La Mecque "perd de sa spiritualité", assène-t-il. "Ce genre d'ambiance n'existe pas autour du Vatican. Alors pourquoi le fait-on ici?".

Mais Charif al-Harthi, de la Chambre de commerce de la Mecque, défend la tour de l'horloge, y voyant "un point de repère pour la Mecque et pour l'ensemble du royaume". Un autre responsable de la ville, Fahd al-Harbi, estime que l'objectif de la transformation de la Mecque, dont les nouveaux réseaux de transport, est de "faciliter le séjour des visiteurs".

Pour Abdallah Hasan, un Soudanais revenu à la Mecque après une absence de dix ans, les transformations de la ville sont positives en permettant aux pèlerins d'effectuer leurs rites "dans le confort".



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 7
Lus : 1984

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (7)

  • Gorkovitch (H) 25/09/2015 17:35 X

    @ Mohamed Hanefi! Merci pour "l'invitation-partage" et bienvenue! Comme on dit il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas. J'ose espérer que le mouton ("coupé en deux") ne proviendrait pas des carcasses de moutons que les autorités saoudiennes envoient à certains pays. Carcasses des moutons(oui, pour le partage). Mais pour les milliards de dollars amassés lors du Pèlerinage... NON! Pas de partage de ce côté!)$$$$$ Wa Salam!

  • mohamed hanefi (H) 25/09/2015 16:26 X

    @Gorkovich. Bonne fête. vous avez parfaitement raison. Nous devons éviter les erreurs autant que faire se peut. Je ne coupe pas la poire en deux, je fais un témoignage, qui n'a aucun rapport avec les trucs "financiers" et autres. Regardez les infrastructures nouvelles dans les lieux saints et vous comprendrez pourquoi j'ai voulu expliquer que malgré tout ce que disent les autres, un travail de titans a été accompli. Quand aux partages, la politiques, les critiques à tort ou à raison, ceci ne m'a jamais interessé. Si partagez le mouton "en deux", je me ferais un plaisir de déguster un morceau avec vous. Je prends en charge mon déplacement. Bien des choses mon ami.

  • Gorkovitch (H) 25/09/2015 12:55 X

    @ Mohamed Hanefi!.. AAHH Mohamed Hanefi! Toujours à vouloir faire semblant de couper la poire en deux et d'essayer de raisonner sans avoir raison. La bousculade est due à une erreur d'aiguillage. Les chargés de la sécurité ont indiqué une direction où étaient déjà engagés d'autres pèlerins venant en sens inverse. D'où le DRAME! Cessons d'invoquer le "kaant maktoub". Les organisateurs du pèlerinage ont failli. Il faut situer les responsabilités et qu'adviennent des sanctions sévères pour que de tels manquements ne se reproduisent. Mohamed Hanefi les Lieux saints n'appartiennent pas à l'Arabie Saoudite mais à toute la Umah islamique. D'où plus de transparence dans la gestion et la redistribution des retombées financières entre tous les membres de la UMAH! Wa salam!

  • Mohamedene (H) 25/09/2015 12:53 X

    @ Mohamed hanefi, vous me rappeler ce vieux marabout du village de Tenghadech dans la moughataa de Boutilimit qui nous a catégoriquement refusé la vaccination des enfants du village, en arguant qu’on ne peut « prévenir la mort ». Quelques mois après une épidémie de rougeole décima les enfants du village qui regardait stoïquement les enfants des autres villages en pleine forme. C’est pour dire qu’il faut être ‘’maboule’’, pour prétendre autre pouvoir que Celui du Tout Puissant, et ne pas croire que nos actions de prévention ou de soins ne rentrent que dans le cadre de ce POUVOIR sans limite. Aussi, il est important de tirer des leçons de cet évènement douloureux, pour PRÉVENIR d’autres catastrophes. Alhamdoulilah, j’ai eu à connaître moi aussi le pays des Saouds, à apprécier les efforts entrepris depuis les grandes manifestations des iraniens à la Mecque au début des années 80. Mais plus le cheval avance, plus il faut le rouer de coups ! C’est pour dire que nous avons tous la responsabilités, nous tous de la OUMMA, à rendre ces lieux des plus surs du monde : en investissant dans les moyens modernes de la sécurité civile, en éduquant nos populations pèlerins aux conduites et comportements frustes comme ceux des villageois ou bedawis de chez que je connais bien. Je vous souhaite une bonne fête et vous demande le Simah dans le deuil qui nous frappe.

  • lass77 (H) 25/09/2015 06:47 X

    Les Saouds qui se font appeler les gardiens des lieux saints de l'islam sont des arrogants et vivent dans l’excès.ils n'ont aucun respect de la vie d'autrui surtout ceux venant de l’étranger. La gestion du Hadj doit etre une affaire de la Oumma islamique là aussi c'est foutu tellement que la Oumma est divisée à cause des Saoudiens , partout ils sement la haine , le racisme , la xénophobie , le terrorisme entre musulmans. il suffit de regarder ce qui se passe dans le monde pour chacun peut faire son analyse.

  • mohamed hanefi (H) 25/09/2015 06:10 X

    Je n'habite pas dans ce pays, mais l'ayant sillonné depuis plus de vingt ans, je sais que les autorités saoudiennes, ont déployé des efforts gigantesques pour endiguer ce flot humain que l'imagination ne peut concevoir. Ce que vous voyez sur le petit ou le grand écran, est très dérisoire, par rapport aux réalités, sur le terrain. Essayez seulement d'imaginer ce qu'il faut comme effort pour assurer les toilettes pour ces millions de personnes. Essayez d'imaginer deux cent ou trois cents personnes qui viennent en hôtes, pas souvent bien organisés, qui s'installent chez vous, dans votre appartement. Imaginez que vous devez servir tous ce monde sur la même nappe et à la même minute. Le report étant interdit. Eviter complètement les accidents est pratiquement impossible. Si tous ces pèlerins étaient restés chez eux, la mort frappera inévitablement ceux qui devaient mourir. Pour le musulman, la fin d'un être est consignée dans le temps et le lieu. Personne ne peut échapper à son destin. "Nulle âme ne peut savoir ce qu'elle aura demain et nulle âme ne peut savoir sur quel territoire elle va mourir." Coran. Annuler le pèlerinage pour "calculer" ou "deviner" comment on va échapper à la mort. Je ne sais pas, mais à ma connaissance cet appel vient de Dieu. Qui peut le modifier? Avons-nous le droit de jouer avec ces échéances? En attendant, on peut mourir à la maison de colique ou d'un accident banal. Ce qui s'est passé hier était douloureux. C'est sur. L'accident a terni le climat de cette grande fête pour nous autres musulmans, mais je veux, tu veux, il veut et Dieu fait ce qu'Il veut. Puisse Allah accepter ces martyrs dans son saint Paradis. Et Nous ne disons que "A Dieu nous appartenons et vers Lui le retour."

  • Gorkovitch (H) 25/09/2015 00:31 X

    Et si la Umah islamique en accord avec les autorités saoudiennes observait un année sabbatique (pas de Hadji, pas de Umrah) pour mettre de l'ordre dans ce désordre qui devient cyclique. Nous nous apercevons à présent que si l'Arabie saoudite est supra-riche ce n'est pas dû à son pétrole mais bien le Pèlerinage (Grand et Petit) dont elle ne partage jamais les retombées financières avec les autres de la Umah islamique. Est-ce normal!