08-11-2015 22:15 - Hommage au Calame pour son millième numéro : L’espoir d’une élite, le rêve d’un peuple

Hommage au Calame pour son millième numéro : L’espoir d’une élite, le rêve d’un peuple

Le Calame - La liberté de la presse est l'un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques. Elle repose sur la liberté d'opinion, la liberté d'expression. Cependant elle a toujours été la bête noire des dictatures, qui cherchent constamment à l’apprivoiser.

Les régimes d’exception, qui ont abouti chez-nous à la démocratie militaire, soutenus par l’occident, n’ont pas fait exception. Même quand ils proclament la liberté d'expression, pour faire semblant d’être démocrates, ils cherchent toujours à mettre la presse sous leurs bottes par des dispositions d'ordre administratif ou judiciaire afin d'étouffer cette liberté.

Tantôt ils utilisent le bâton en intimidant ou en menaçant les journalistes, tantôt ils utilisent la carotte en corrompant les gérants de journaux et écrits périodiques pour que la presse demeure, sous étroite surveillance, au service du pouvoir politique.

Le Calame est l’un des rares journaux de la place, à subir les effets du bâton - interdit de paraitre à plusieurs reprises, censuré trente-trois fois - sans courber l’échine. Il est aussi l’un des plus sollicité par la carotte sans jamais obtempérer.

Parce qu’il a choisi le combat pour la liberté d’expression, pour la liberté d’opinion, pour la liberté des hommes. Parce qu’il a choisi le combat pour la vérité, pour la justice et contre l’impunité. Parce qu’il a choisi le combat pour une vraie démocratie.

Le fondateur et premier directeur général du Calame, le génie feu Habib Ould Mahfoudh était membre fondateur de SOS esclaves, son journal est parmi les premiers à dénoncer et à combattre ce fléau encore tabou, qui gangrène notre société.

Il est aussi le premier à dénoncer les massacres extrajudiciaires, les humiliations et les viols subis par les populations négro-mauritaniennes pendant l’occupation de la vallée et durant les années de braise.

Le calame est aussi l’un des rares journaux à avoir dénoncé les fraudes massives pendant la mascarade d’élection présidentielle en 1992 ; ainsi caricaturée par le talentueux. Feu Habib Ould Mahfoudh écrivait dans ce cadre : « Un Négro-Mauritanien se présente au bureau de vote le 24 janvier (1992).

Tout est conforme : Numéro carte d'identité, numéro carte d'électeur, numéro d’enregistrement, tout, tout. Le président du bureau de vote le refuse. Motif : il mesure 1mètre 68 alors que sur la carte d'identité on a porté 1 m 70.

Ainsi 2 cm sont suffisants en Mauritanie pour qu'on vous refuse un droit garanti par la Constitution. Nous savons maintenant la distance qui sépare la démocratie de la dictature en Mauritanie : deux centimètres.".


Au plan de la littérature français, Le Calame est l’unique journal mauritanien à avoir donné aux lecteurs francophones un best- seller avec la publication de la centaine de chroniques écrites par son fondateur, sur une période de dix années, dans un livre intitulé, "Mauritanides: chroniques du temps qui ne se passe pas."
Le bataillon commandé depuis quelque temps, par Ahmed Ould Cheikh, qui a repris le flambeau après la disparition du fondateur, continue son offensive contre vents et marées pour que la vérité et la justice triomphent et que la démocratie s’installe. Il est le porte-parole des sans voix.

Il est la voix des victimes d’esclavage. Il est la voix des ayants droit, victimes de massacres extrajudiciaires, de viols, d’humiliations et de frustrations qui attendent depuis plus d’un quart de siècle que justice leur soit rendue.

Il est l’espoir d’une élite, il est le rêve d’un peuple.

Oumar Ould Beibacar



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 1690

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Kène Wahdé (H) 09/11/2015 10:56 X

    S'il vous plait,comment voir le Colonel Oumar en chair et en os? Ou comment lui dire bonjour et respect au téléphone? admirable ! vraiment admirable!

  • graaniya (H) 09/11/2015 10:52 X

    Que dire il n'y a qu'à lire les mots sont justes et l'émotion est là. Bel hommage de oumar ould beibecar à notre frère et ami HABIB OULD MAHFOUTH SUR CRIDEM. Aujourd'hui DIEU MERCI , il y a les médias qui relaient le souvenir, la mémoire de ceux que l'on aime et qui ne sont plus là .merci mille fois oumar BEIBECAR POUR CE témoignage

  • mdmdlemine (H) 09/11/2015 10:14 X

    Un trés bel hommage Beibacar a bien repris le thème de cet anniversaire "contre vents et marées" du calame dans l'édito de AOC et "autour d'un thé de SE "e bataillon commandé depuis quelque temps, par Ahmed Ould Cheikh, qui a repris le flambeau après la disparition du fondateur, continue son offensive contre vents et marées pour que la vérité et la justice triomphent et que la démocratie s’installe. Il est le porte-parole des sans voix." Toutes nos félicitations pour cette ligne inflexible pour que la vérité, la vraie jaillisse de toute part

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 08/11/2015 22:38 X

    merci oumar ould beibecar pour ce bel hommage rendu à HABIB OULD MAHFOUTH et au journal le calame

  • Cheikh Ibrahima Sarr (H) 08/11/2015 22:33 X

    Vous êtes vraiment brave Colonel (E/R), un maure comme vous qui ose soulever des dossiers qui ont été tabouisés, diabolisés et enfouis loin dans les oublis. Seuls les victimes sont encore entrain de porter les sujets urbi et orbi. Cela relève du courage, connaissant la segmentarité oppositive qui règne chez votre communauté, la sanction morale et le bannissement si omniprésent dans nos sociétés encore traditionnelles. Chapeau et continuez à écrire, vous éclairer bien des esprits qui se nourrissent de ce que vous dénicher. Une seule demande je vous adresse: S'il vous plait n'arrêtez pas d'écrire au risque d'affamer nos lanternes.