02-01-2016 08:54 - Lutte contre le terrorisme : Plus de Vigilance !

Lutte contre le terrorisme : Plus de Vigilance !

L'Authentique - Epargnée depuis 2011 de tout acte terroriste sur son territoire, la Mauritanie prend au sérieux la menace grandissante de Daech dans la région sahélo-maghrébine, ainsi que la remontée en puissance d’Aqmi, suite aux derniers évènements survenus au Mali.

La base militaire de M’Reya, inaugurée la veille du 28 novembre dernier par le président Ould Abdel Aziz, l’intensification des opérations de l’armée de l’air mauritanienne et les saisies d’armes et de munition dans la région frontalière du Hodh Charghi, constituent les prémisses d’une stratégie défensive qui préfigure l’imminence d’une menace terroriste.

L’armée mauritanienne a intensifié ces derniers jours ces contrôles aériens à partir de la base militaire de M’Reya, tout au long des 2.200 kilomètres de frontières avec le Mali et des 400 kilomètres de la frontière algérienne. Parallèlement, les unités au sol dans ces régions Nord-Est du pays seraient en alerte maximale.

L’intensification des actions menées par des groupes armés sur le territoire malien avec la recrudescence des opérations d’Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) ces derniers jours, semble réveiller les vieux démons du terrorisme qui ont profondément touché la Mauritanie les années précédentes.

La présence de plus en plus fréquente de groupes armés près des frontières orientales du pays avec le Mali, et les récentes opérations menées par les combattants d’Aqmi dans plusieurs endroits au Mali, font craindre des infiltrations sur le territoire mauritanien.

En effet, plusieurs casernes, administrations et unités maliennes sont tombés ces derniers jours sur des embuscades souvent meurtrières tendues par le mouvement Macina ou Aqmi, alors que sont signalées des exécutions sommaires de religieux et de présumés collabos accusés de travailler avec les forces françaises présentes dans le Nord Mali.

Ainsi, la trêve tacite entre l’armée mauritanienne et les groupes terroristes du Mali, arrêt des offensives préventives dans le fief du Nord Mali par l’armée mauritanienne et confinement des actions terroristes à l’intérieur du territoire malien, risque de voler en éclats à tout moment.

Aussi, la Mauritanie prend des dispositions préventives pour circonscrire d’éventuelles crises sécuritaires qui se poseraient sur son territoire ou en provenance de l’extérieur, d’où cette vaste opération de ratissage menée ces jours-ci par les forces de la gendarmerie nationale, notamment dans la région du Hodh Charghi, frontalière du Mali, pour récupérer les armes en circulation.

Ces traques d’armes menées à Néma, principal marché d’armes dans le pays, auraient visé le Souk principal. Plusieurs munitions auraient été saisies, alors que des boutiques connues pour cacher un trafic intense d’armes ont été fermées.

Deux trafiquants notoires auraient même été arrêtés puis relâchés faute de preuves. Le marché de Néma est réputé pour ce genre de trafic et certaines sources affirment que les passionnés pouvaient y trouver leur arme de choix, des Kalachnikov aux Mozer, en passant par des Seminov, des armes à répétition, jusqu’aux explosifs ainsi que les armes de poing.

Certains avancent même qu’il était facile de se procurer de la drogue dans le marché central de Néma, notamment auprès des bistrots du coin ou des petits revendeurs.

Ainsi, le coup de force de la gendarmerie venait confirmer l’existence de stocks importants d’armes en circulation et en vente non seulement à Néma, mais aussi à Bassiknou, Timbédra, Adel Bagrou…

Ces arsenaux proviennent en grande partie du Mali ainsi que la drogue, créant un trafic lucratif qui pallie la pauvreté économique de la région. Une véritable poudrière dont le démantèlement entre apparemment dans la vaste stratégie de lutte antiterroriste remise en selle par les autorités mauritaniennes.

La menace terroriste sur la Mauritanie est d’autant plus prise au sérieux qu’elle s’approche de ses frontières, avec cette opération conjointe qui serait programmée par les armées maliennes et françaises le 16 décembre prochain dans la forêt de Wagadu, véritable bastion des groupes terroristes.

L’inquiétude des autorités mauritaniennes face à la menace terroriste serait également renforcée par la récente déclaration du ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian qui vient d’évoquer la menace de plus en plus évidente que fait peser Daech dans la région sahélo-maghrébine.

Selon lui, l’état Islamique progresse en vitesse dans le Maghreb Arabe à partir de sa bastion libyenne à Syrte. Il chercherait à se tailler un territoire de 250 Km tout au long du Sahel, fort de ses 2.000 à 3.000 combattants dont 1500 libyens de retour de la Syrie et basés à Syrte, mais aussi de ressources financières importantes tirées des puits de pétrole qu’il contrôle. Des Tunisiens, des Yéménites, des Soudanais et d’autres nationalités composeraient également, selon Le Drian, les forces de Daech au Maghreb.

Mais la Mauritanie, citée en exemple de réussite dans la lutte contre le terrorisme, dont le dernier hommage qui lui a été rendu en octobre dernier par l’Assemblée nationale française lors d’un colloque sur la question du terrorisme, tient à garder intacte sa renommée.

Elle est en effet citée, dans les sphères internationales, comme le pays sahélien qui était particulièrement exposée à l’incursion des groupes armés radicaux, et qui a réussi depuis 2011 à endiguer tout acte terroriste sur son territoire, grâce à une politique volontariste.

La réponse militaire appropriée apportée par le président Mohamed Abdel Aziz en coordonnant l’ensemble des forces de sécurité du pays et en renforçant la capacité militaire de l’armée, a permis selon les spécialistes, de lutter efficacement contre des groupes terroristes très mobiles et qui avaient longtemps profité de la porosité des frontières du désert pour frapper et s’évanouir.

La réponse de la Mauritanie au terrorisme n’a pas été seulement militaire, notent les experts, mais a porté également sur le plan régional par la mise en place d’une coopération avec les pays voisins, notamment avec le Mali, asséchant les sources de financement du terrorisme, en mettant fin aux nombreux trafics illicites dans le Sahara.

Le tout a été sous-tendu par une campagne religieuse pour déconstruire l’idéologie islamique défendue par les groupes terroristes radicaux, par une plus grande surveillance des mosquées et l’insertion des sortants des Mahadras. Et cela marche depuis quatre ans et les autorités mauritaniennes ne veulent pas qu’il en soit autrement.

Cheikh Aïdara



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1637

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)