05-01-2016 14:30 - Contrepoint : RIM, des nationaux entre discrimination sociale et exclusion.

Contrepoint : RIM, des nationaux entre discrimination sociale et exclusion.

« Entre la colline du savoir (université) et la colline du pouvoir, il y a l’immense vallée de l’ignorance ». Proverbe malien.
Dans un pays, quel est l’intérêt d’avoir le droit de vote avec le ventre vide ou de manger à sa faim en dormant dans la rue ? Seul le plein exercice de la gestion de la cité par tous , permettra à chacun d’entre nous de s’épanouir dans la dignité. 

Dans le pays, depuis longtemps, certains se battent pour l’établissement permettant, un véritable recours contre les violations ou privation des droits fondamentaux qui nourrissent la pauvreté et l’absence d’état de droit.

Certes, au niveau onusien des projets en la matière sont nombreux dans les tiroirs. Tout est ici question de volonté et rapport de force. Si cette responsabilité incombe aux états, la mobilisation citoyenne et la pression de tous est indispensable pour y parvenir mais, en Mauritanie nous sommes loin de ce cadre de figure, notre penchant est plutôt pour cette danse du ventre déshonorant qui est l’antithèse des valeurs régissant une république.

La condition dans laquelle se trouvent bien des nationaux privés de manière durable ou chronique des choix, des ressources, des moyens de la sécurité et du pouvoir nécessaires pour jouir d’un niveau de vie suffisant, sont flores. S’y ajoutent, leurs autres droits, civils, économiques, politiques, culturels, et sociaux.


Pour un pays ou l’honneur, la fraternité et la justice, sont la devise c’est plutôt, la pauvreté qui y est manifeste sous différentes formes. L’absence de revenus face à des ressources productives importantes, pour assurer à tous des moyens d’existence viables, ne devraient nullement avoir en face, la faim et la malnutrition.

De même que le manque criant des services de base ( santé , éducation ...),dresse le triste tableau de la discrimination sociale et de l’exclusion.

La Mauritanie est l’un des rares pays qui veut assoir son économie de développement sur l’aide et la coopération internationale alors que toute l’histoire de ses ressources lui prouve le contraire.

En effet, c’est le seul pays en Afrique de l’Ouest qui a le même standing que les pays du golfe, s’il avait exploité et équitablement réparti ses richesses. On n’est loin d’être pauvre quand on peut bâtir des villes avec de l’eau minérale.

Assez donc de solennités, car on gaspille mensuellement le salaire de tous ces agents de l’Etat pour qu’on continue d’étaler sous leurs yeux les illusions perdues et leur détresse de serviteurs de l’état mal récompensés.

Pour d’autres, il est grand temps que la dette de sang qu’on leur doit, cesse enfin d’être un « contentieux » pour devenir, « un gage d’une histoire commune ». C’est en ce moment que les victimes des événements ne seront plus des « morts gratuits » et que leurs fossoyeurs réalisent enfin qu’il ne s’agit pas ici seulement que d’un devoir de mémoire, mais aussi d’un devoir d’histoire et de vérité. Rien n’est encore fait si nous ne franchissons ce pas.

ADN

Copyright © 2016 Cridem

Commentaires : 3
Lus : 2283

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • lumiere (H) 06/01/2016 08:07 X

    Tres joli, beau, educatif, crystal, clair. J'espere aziz lira ton article et s'y inspire.

  • Ibiliss (H) 06/01/2016 01:07 X

    Très beau texte militant!Bravo! Tout journaliste, surtout dans les pays bananières, a le devoir de mettre sa plume au service de l'édification d'un environnement juste, égalitaire! Encore bravo! D'ailleurs, vous n'êtes pas à votre premier coup d'essai! Bonne continuité!

  • sallabarry (H) 05/01/2016 14:53 X

    Rien a dire après ADN tout est dit ou sont les oreilles pour l'entendre donc ns sommes un peuple qui se résigne sur sort qui encaisse qui subit sans dire un mot ns attendons d’être tuè par la faim le choléra ou autres intempéries de la faim