11-01-2016 20:16 - L'Editorial de Dia El Hadj Ibrahima : Une nouvelle année et des défis à l’horizon

L'Editorial de Dia El Hadj Ibrahima :  Une nouvelle année et des défis à l’horizon

Dia El Hadj Ibrahima - L’accident mortel qui a ravi à trois familles mauritaniennes trois jeunes hommes dévoués pour la cause des plus pauvres nous interpelle à plus d’un titre. L’un de ces regrettés jeunes est le fils du président de la République, un garçon connu pour sa proximité avec les petites gens, sa courtoisie et sa discrétion.

Le deuxième et le troisième étaient deux journalistes émérites doués d’un sens d’éthique inégalé. Les trois partaient pour un seul but: soulager la souffrance des plus pauvres. La mort à hélas croisé le chemin de ces jeunes gens morts sur le chemin de l’entraide.

Cet accident tragique nous rappelle qu’ici bas, tout est futile, tout est passager. Ces trois jeunes nous enseignent aussi qu’au delà des différences culturelles et ethniques, il est possible de se retrouver pour servir la Mauritanie.

C’est la leçon que nous devons tirer de leur compagnonnage. Le rêve de la Mauritanie arc en ciel n’est pas mort. Au nom de ces jeunes chevaliers, nous devons, chacun en son endroit, faire triompher la vie sur la mort, l’amour de la patrie sur les vains calculs mercantiles. Oui, il est possible de passer d’une Mauritanie pauvre à une nouvelle nation prospère.

Pour cela, il faut que chaque citoyen se mobilise dans son quartier, son village et sa région. Le changement tant attendu ne viendra pas sans engagement citoyen fort. Les cadres et les leaders ont aussi un rôle à jouer dans la transformation structurelle de ce pays.

Les ouvriers, les étudiants et les élèves doivent arrêter de croire que le changement viendra d’en haut. En démissionnant du débat politique de ce pays, le citoyen-électeur se condamne lui même à subir une classe politique périmée pour l’essentiel et qui ne porte plus la voix du peuple mais préfère faire de la politique avec un petit «p» comme disait Jacques Chirac.

A défaut d’idée, certains politiciens prospèrent dans le divisionnisme, un discours creux qu’il ne faut pas confondre avec le débat fondamental sur la cohabitation, débat que nous fuyons depuis l’indépendance. Ce débat (sur la cohabitation) doit se faire avec amour et avec la volonté de voir naître une Mauritanie unie et prospère.

Au delà du traditionnel clivage Maure/Kwar, Pouvoir/Opposition, il est temps de créer une alternative pour toute la Mauritanie. Le Président de la république a plus que jamais la responsabilité d’inviter tous les mauritaniens à prendre part à ce dialogue national dont tout le monde parle... Mais qui n’a pas encore lieu.

Quant à l’opposition, il lui revient de donner du sens et du contenu à sa posture de refus, certes légitime, mais qui doit s’accompagner d’un langage articulé. A trop se vautrer dans le boycott, l’on finit par agacer le citoyen en lui donnant le sentiment de la peur.

Espérons que le dialogue véritable ait lieu sur des perspectives à long terme et non sur un gouvernement d’Union nationale. Un tel attelage n’aurait aucun sens. Bien au contraire, cela nous donnera, à nous citoyens, le sentiment d’un deal qui s’est fait sur notre dos.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 2102

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • ngaari aalam (H) 12/01/2016 05:01 X

    Il faut faire un dialogue sans Aziz et voir ce que ca donnera. Malheureusement le peuple refuge d etre pret pour le dialogue. Pour moi le dialogue ne peut avoir lieu qu'apres Aziz.

  • Ibiliss (H) 11/01/2016 23:05 X

    Langue de bois et délires

  • Symaodo (H) 11/01/2016 21:12 X

    PAS de dialogue,point barre.en 2019 on avisera.

  • causeur1 (H) 11/01/2016 20:57 X

    Monsieur DIA , le mot divisionnisme n'existe pas en politique. Vous voulez dire "l'art de diviser "les gens en politique . Le divisionnisme selon le Larousse est une "Technique adoptée par les peintres néo-impressionnistes et consistant à juxtaposer sur la toile de petits points de couleurs pures pour obtenir un mélange optique, au lieu d'utiliser des couleurs mélangées (tons rompus). Merci monsieur le grand journaliste...