09-03-2016 09:12 - PHOTOS. Beyrouk auteur de "Le tambour des larmes" - séance de dédicace à la Bibliothèque Nationale

PHOTOS. Beyrouk auteur de

"Le tambour des larmes" est le roman le plus mauritanien qu’ait écrit Mbareck Ould Beyrouk, auteur aussi de "Et le ciel a oublié de pleuvoir" (2006), "Nouvelles du désert" (2009) et "Le Griot de l’émir" (2013), a affirmé Idoumou Ould Mohamed Lemine, professeur à l’université de Nouakchott, auteur de "Igdi, les voies du temps" (Ed. Laglois Cécile, 2015).

Cette séance de dédicace du dernier roman de Mbareck Beyrouk a eu lieu le 3 mars dernier, à la Bibliothèque Nationale de Nouakchott. L’évènement a réuni plusieurs personnalités du monde politique, intellectuel comme culturel.

"Ce roman est très loin de l’exotisme facile", souligne M. Ould Mohamed Lemine, avant de conclure par un compliment : "c’est un très beau roman".

Le récit tourne autour de Rayhana, décrite par Mbareck Ould Beyrouk, comme un personnage "ni nihiliste qui tient à son petit être".

"Rayhana, malgré le nom qu’elle porte, malgré les élans où on l’entraîne, malgré tout ça, elle reste une jeune fille bien de chez nous, précise
Mbareck Ould Beyrouk. Ce n’est pas une révolutionnaire. Ce n’est pas une nihiliste. C’est seulement une femme qui refuse qu’on lui arrache le cœur".

Tout s’y mêle dans ce roman : passion, inconscience, ignorance, veulerie… "Ce roman est un roman de chez nous, une histoire d’ici, des personnages qui nous ressemblent, des héros et des héroïnes qu’on peut rencontrer au coin d’une rue. On ne fait pas des étoiles avec la platitude quotidienne. On ne fait pas l’histoire avec des personnalités ternes, avec une vie où rien ne se passe", souligne l’auteur de "Le tambour des larmes".

Faut-il y avoir là, entre ces mots, les convictions de Mbareck Beyrouk ?

Avec ce roman, "on retrouve le même Beyrouk. Cet amour quasi obsessionnel de l’honneur et de la dignité, deux valeurs guerrières. Il est souvent à côté de ses personnages que ce soit les femmes violées ou humiliées. Ce roman est très bien écrit. C’est chaud", témoigne Brahim Bakar Sneiba, écrivain et auteur de "La Mauritanie entre les chars et les urnes (1978 -2008)".

-----------------

Vous pouvez écouter le commentaire d’Idoumou Ould Mohamed Lemine, professeur à l’Université de Nouakchott, écrivain, auteur de "Igdi, les voies du temps", en cliquant ici.

Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2016





Avec Cridem, comme si vous y étiez...
















































Commentaires : 0
Lus : 2482

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)