20-04-2016 22:30 - Le ministère de la culture accusé d’empêcher une exposition de caricatures

 Le ministère de la culture accusé d’empêcher une exposition de caricatures

Sahara Medias - Le syndicat des journalistes mauritaniens a accusé ce mercredi le ministère de la culture et de l’artisanat d’avoir voulu saboter une exposition de dessins de caricatures, organisé par le dessinateur Khaled Moulaye Driss, en collaboration avec le syndicat.

Dans un communiqué publié aujourd’hui, le syndicat déplore, après l’autorisation préalable, la confiscation par le ministère dune partie des dessins qui expriment le point de vue de l’artiste.

Le syndicat s’est indigné de ces comportements qui ont porté préjudice à l’image du pays parmi les étrangers, alors que cette exposition reflétait une vitrine critique qui ne sort nullement du cadre de la liberté de la presse garantie par la loi dans le pays, ajoute le communiqué.

Le syndicat a accusé le ministère d’avoir délibérément saboter l’exposition en coupant l’électricité dans la salle d’exposition, obligeant les visiteurs à faire usage de leurs téléphones portables pour l’éclairage.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2826

Commentaires (3)

  • mouftahe (H) 21/04/2016 12:52 X

    Ya khayt Moulane, Mr le Ministre tu n'est pas arrivé tu commence à faire le fou. Travail, aide la culture et arrêté ton esprit de badiye. Seykine Hindou, elle était humble, sensible malgré ces minces appuis. Les ministères, culture et jeunesse c'est les parents du ministres. Mr le ministre de la culture, les gens ont fait un mauvais témoignage de vous

  • mohamed 123 (H) 21/04/2016 10:01 X

    Aziz et son gouvernement doit partir pour la survie du pays !

  • pyranha (H) 21/04/2016 07:58 X

    Excellente image caricaturale.Une caricature bien ciblée ,remplace 20 pages de bla bla .Le problème de ce pays c'est qu'il n'a été suffisamment "colonisé".Tant qu'on continue de se coucher avec des chèvres à l’étage et de se soulager sans état d’âme dans la rue ehh bien mes amis on n'a encore rien vu...