21-05-2016 21:16 - Mémoires de Boutilimit/Par Brahim Ould Ahmed Ould Memadi

Mémoires de Boutilimit/Par Brahim Ould Ahmed Ould Memadi

Le Calame - Chapitre 10 : Enfin, l’artère médiane

Par sa transcendance spirituelle, culturelle et politique, depuis l’époque médiévale, la contrée boutilimittoise fut la jonction parfaite, l’ interface incontournable, de l’immense désert mauritanien. Elle fut essentiellement aussi, le pôle d’attraction principal du mouvement commercial caravanier qui sillonnait, de bout en bout, tout le Sahel.

Elle fut alors et demeure la cité empreinte de mythologie, à population tôt sédentarisée et principalement casanière. Une merveille enfouie parmi de gigantesques chaînes de collines qui se confondent et s’enchevêtrent, sans cols, ni brèches apparents.

C’était donc, ainsi, entre ces immenses dunes de sable, gercées par les effluves brûlantes de l’harmattan, qu’en décidèrent trois facteurs d’aptitudes universelles déterminantes. Le très vieux temps, l’immense espace et, surtout, une certaine auguste et très illuminée matière grise.

Lesquels éléments en firent, à juste raison sûrement, une fabuleuse province blottie parmi un océan de sable sans limites… Que ponctue une flore très sobre et éparse, hantée de chacals et de margouillats.

La jonction de transfert

En ces temps lointains, Boutilimit fut surtout le plus grand comptoir d’échange commercial entre les confins cardinaux de tout le désert . En ce panorama original, il fut bien et pendant longtemps, destination privilégiée des caravanes, aux milliers de bêtes de somme débouchant de tous les azimuts. Elles y débitaient et échangeaient les produits divers qu’elles portaient contre d’autres tant convoités venus d’autres horizons.

Ces transactions ou transfert s’effectuaient par troc ; les céréales et liquides se qualifiaient à l’étalon (EL MOUD) ; la mesure de longueur avait pour unité l’avant-bras (EDH-RA-E).

Les vaisseaux impassibles aux guides endurants et chevronnés y débarquaient les fardeaux de leurs très longues colonnes animales à la queue leu -leu, à longueur de journée. Cependant que d’autres, largement approvisionnées, repartaient satisfaites et très joyeuses pour continuer leurs courses lointaines, afin d’alimenter leurs merceries perdues dans les sables.

Djenke d’alors fut régulièrement le carrefour marchand central, le raccourci, le parcours abrégé de tous les chemins.

Les colonnes du nord exclusivement chamelières apportaient les dattes, l’orge, le sel, gomme, le henné, la viande séchée du cerf et antilope (TICHTAR), les tapis rouges, etc.

Celles de l’ouest proposaient du sel en grumeaux pour bétail et tannerie, des cordages, du poisson séché, des coquilles de mollusques (qouval, m’hara), l’huile pour la médication, etc.

Celles de l’est amenaient des bovins, caprins, ovins, en sus des fruits sauvages, etc.

Le sud y déversait toutes les marchandises de la région du fleuve ; victuailles, produits manufacturés, épices, tissus et tous autres produits alimentaires de consommation courante !

Ceci, en plus de ceux excessivement exigés, de la célèbre chemama. Les céréales indispensables en tout lieu : les variétés du mil (bichne, teqallit, moutry), haricots, maïs, pastèques, arachides, téguesrarit, gomme arabique, tanins (sallaha, d’baq), etc.

Ainsi donc, et jusqu’au milieu des années soixante-dix du siècle écoulé, l’antique cité fut bien la jonction de transfert du commerce caravanier qui circulait à travers le désert mauritanien…

La piste du sud

A la fin de la deuxième guerre mondiale et, à partir de Rosso, parvenaient les premiers camions à Boutilimit. Les robustes GMC et Citroën T46 et c’était ce dernier qui fera époque en compagnie de la compacte et célèbre Land-Rover, parue à la fin des années quarante.

La période des mutations fondamentales où la compagnie LACOMBE, détenait de fait, le monopole du transport et du service vaguemestre, sous forme de liaisons régulières.

Ce trafic assurant la circulation des personnes et marchandises, avait beaucoup amélioré les conditions de vie des populations encore bédouines… Sans toutefois entamer celui des caravanes qui continuaient à desservir les localités inaccessibles pour les véhicules.

Avec l’apport significatif de Lacombe, la magnifique Djenke devenait alors le vrai épicentre du commerce, au niveau du mouvement, de la qualité et la quantité. Malgré la carence systématique totale de toutes infrastructures et des personnels qualifiés dans les domaines accessoires au transport, quelques particuliers nourrissaient déjà des ambitions précoces, mais assez fortes et téméraires.

Peu plus tard, ils prenaient déjà le relais sur la seule piste reliant Rosso à Boutilimit, sur 200 kms. Les premiers routiers furent elHakem, Malik, Sidibé et consorts, toujours à bord de la fameuse T46. Les escales de la piste étaient : N’Bak, Belquerbane, Rebine, Lemteyine, N’Derbeg-he, R’Kiz, Teichatayat, el Qarç, Tinyedir, Tezaye, Benvagui, Tounguen puis Rosso

Ensuite, viendra le tour d’autres transporteurs dès les années cinquante dont les fils Chriv el Moctar, Chriv ould Dedou, D’dow, Cheikh ould Hamoud, Ahmed ould Bah et consorts… Avec leurs célèbres chauffeurs : Bara Gueye, Abdi, Saed Bouh, M’baye N’diaye, Alioune Fall, Djibi, Mor N’diaye, Seck, etc. c’était l’étape belle qui fit époque.

L’itinéraire lancinant

Au milieu des années soixante, l’émergence de la capitale Nouakchott sur les sables littoraux à l’ouest, bouleversa tous les faits accomplis. Du fait que la nouvelle-née devenait, de manière exponentielle, le vrai centre de gravité de tout un pays balbutiant, sans infrastructures ni absolument rien.

Le besoin de s’y connecter devenait chaque jour plus vital et cuisant. Surtout, autrement que par Rosso, pour les boutilimittois d’où plus de 400 kms de tournis et de mal de terre durant presque 48 heures.

Fait qui n’arrangeait du tout, ni l’ostentation des « paonneaux-pavaneurs » endimanchés, ni l’ardeur des familles estivantes et ni surtout, l’urgence des évacuations sanitaires. Il fallait donc et rapidement trouver la solution-panacée pour éradiquer l’énorme opacité sablonneuse qui interdisait l’accès à la terre promise, le nouvel Eden.

Les pionniers de l’audacieuse percée vers l’eldorado de l’ouest furent les braves ‘’maîtres de volant’’ : Moustapha ould Kounein, Taleb ould Dellahi, Mohamedou ould Chorve, el Bar, Mohamedou ould Boucheibe, Yargue, Mohamed ould Zeid, Bechir, Taleb Khiyar, Abdellahi ould M’beirick, ould Lantoura, Ahmed ould Abdel Barke, Graderr, Ahmed ould Moubareck, et consorts.

Dans ses débuts, ce forcing fut parfaitement une série d’expéditions exploratoires, via et vers l’inconnu ; afin de frayer et jalonner l’itinéraire qui devait servir désormais, d’axe définitif entre les deux mégalopoles… Le voyage y était hebdomadaire, en land-rovers exclusivement et pour ceux, en majorité descendants en week-end.

Peu après, les rotations devenaient quotidiennes et extrêmement éreintantes. L’époque des cascades à la fois infernales et dormitives, mais celle des exploits gratifiants. Du fait qu’il fallait bien après séjour loin du terroir, revoir Boutilimit s’y pavaner quelques tours s’y ressourcer et repartir à regret au boulot avec un gabarit revigoré ! En attendant le prochain parcours du combattant !

Ainsi, l’itinéraire du pis- aller devenait de plus en plus lancinant et très risqué… Aucun véhicule ne pouvait plus y rouler sur quelques kms d’affilée sans s’embourber. Les passagers étaient tantôt à bord suants, étouffés, la tête à dodeliner au gré des violents roulis et tangages.

Tantôt courbés à creuser sous les roues où à pousser le véhicule enlisé dans le sable mou et même fluide. Le plus souvent, ils couraient sur de grandes distances pour rattraper la voiture qui se dégageait d’un bourbier et ne pouvant s’arrêter que très loin.

Cette situation esquintante obligeait alors les équipages à voyager par convois afin de s’entraider. Ainsi le safari tournait au rodéo du désert par ses vrombissements et déferlements énergiques qui secouaient vigoureusement les occupants. Situation à trois dominantes excessives ; le désert, le hasard et le calvaire, sans qualificatifs.

Les bretelles de l’agronome

Après quelque temps, la voie du Sahel n’était plus que tronçons défoncés, infranchissables, puisque totalement hercés par les sillonnements et déviations des anglaises que câlinaient orgueilleusement les meilleurs chauffeurs du désert.

Parmi les points durs très célèbres sur cette piste de fortune, ‘’ELB-LEQSEILE’’, devenu compartiment mythique rebutant.

Le trajet devenait alors insupportable et plus qu’ennuyeux à tel point que certains passagers renonçaient au voyage « direct » pour passer par Rosso « indirect »

Ce fut donc en ces temps de grande déception, qu’intervenait le très grand croyant, le pragmatique, humble et très soigné ingénieur agronome, feu Abdellahi ould Sidia.

Son intervention très illustre fut artisanale, à très bon escient et significativement soulageante et durable. Ceci malgré l’insignifiance de ses moyens, en une époque de grande et persistante panade.

Très symboliquement, il avait obtenu quelques donations, en vivres, qu’il distribuait, par décades, aux manœuvres de l’opération.. Tous volontaires, comme le maître d’œuvre.

On dirait des pécules d’une version avancée ou tôt décalée du ‘’vivres contre travail’’, par rapport à son époque récente. Dont la primeur revient à cet ingénieur et très brave patriote.

La formule de l’agronome consistait à bâtir des bretelles contournant les portions et segments devenus infranchissables, tout en traitant les crevasses et autres parties assez molles… Donc, un retapage parfait et continu, qui réconfortait la reprise indispensable du trafic et, jusqu’à la parution très heureuse des engins dinosauriens du Brésil.

Abdellahi creusait ses bretelles qu’il bourrait de paille de ronces et d’argile, énergiquement damés et compactés. Nul ne sait combien de fois, du fait que cette maintenance fut permanente et ponctuelle après chaque intempérie et, durant quelques années.

Ainsi donc intervenait la construction fatidique de la route de l’Espoir, inaugurée par les saoudiens qui financèrent, d’emblée, les frais du premier, très difficile, voire complexe et invraisemblable tronçon.

D’ailleurs, ils veillèrent scrupuleusement, à ce qu’il devenait parfaitement bâti et conforme aux normes internationales, puisqu’il mène à Boutilimit.

Enfin, l’artère médiane avait radicalement transformé tout le pays. Les campements devinrent mégalopoles ; les villages transformés en métropoles ; cependant que le ‘’département’’ boutilimittois, demeure jusqu’alors, vestiges attristés de l’antan lointain. Malgré qu’il fut très honorablement, le germoir incontestable de notre Etat moderne.

La matrice qui avait moulu, dans l’unité solide, notre patrie si chère qui nous rassemble à jamais. Le grand paradoxe inconvenant, est que Djenke, la maman, n’arrive pas encore à décoller et s’épanouir, comme elle le mérite par notoriété, par poids démographique galopant et surtout, par le symbole patriotique fondateur qu’elle incarne. Certes, elle est citée du Trarza où désormais, se confondent recto et verso ; sourire et grimace.

Une coquille ‘’vidée’’, où tout est relégué et verrouillé ; compartiment des cul-de-sac, et des ruines désolées. Dans ses rues mornes, les passants se méconnaissent puisqu’allogènes et même métèques qui réussissent et prospèrent facilement et mieux que les autochtones. En tout cas, l’engouement sympathique (bloqué) de certains frères arabes pour Boutilimit, n’est pas du tout rien.

La mère, comment peut-elle attirer respect, soutiens et attachement de l’ailleurs très lointain, sans qu’elle n’incarnât le moindre symbole respectueux chez nous-mêmes.

Elle aussi n’a-t-elle pas droit à son carnaval. Pourtant, les merveilles mythiques de CHEDDAD, poussent admirablement comme des champignons, par-ci, par-là. Les surprenantes ‘’IRAME, sur pilotis’’….

Aux jardins suspendus… et sans âmes qui vivent. Quant à l’exclusion de Boutilimit de toute opportunité, même gracieuse, d’urbanisation harmonieuse, on dirait logiquement, pour ne s’y méprendre guère, que les raisons en sont bien ailleurs. S’agissant d’un amour impossible, puisqu’une certaine rancœur tenace et, perpétuellement transmise en fut et demeure le vrai vieux clou d’un spectacle bien terré.

Djenke paye donc et despotiquement pour ses ‘’péchés’’ malencontreux, monumentaux et surtout impardonnables. Celui d’avoir suscité l’érection de l’entité étatisée qui aboutira à la R.I.M.

Et très certainement, celui sempiternel d’avoir enfanté le père-fondateur, illégitimement renversé et dont le spectre fait encore des cauchemars.. Rien que ces ‘’deux à la fois’’, comme disait l’autre à son autre…



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1773

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mmlm (H) 22/05/2016 00:08 X

    il n y a qu'un Mamadi qui peut ressentir ça. La plume est l'interprète de l'âme...Mamadi tu as un cœur de saltimbanque....