08-08-2016 17:33 - Ousmane Moussa Diagana, l'oeuvre scientifique

Ousmane Moussa Diagana, l'oeuvre scientifique

Traversees-Mauritanides - Hommage au Professeur linguiste et poète, Ousmane Moussa Diagana. Professeur Ousmane Moussa Diagana, linguiste et poète, est décédé le 9 août 2001. Notre site, Traversées Mauritanides, revisite l’œuvre du défunt quinze ans après à travers diverses contributions.

Des paroles libres, et ouvertes, pour un legs à préserver. M’Bouh Séta Diagana est professeur habilité à l’Université de Nouakchott où il enseigne la littérature mauritanienne d’expression française.

Auteur d’Eléments de la littérature mauritanienne de langue française (Editions L’Harmattan, 2008), coordinateur entre autres du numéro spécial d’Interculturel francophonies sur la littérature mauritanienne de langue française (2014), membre fondateur du Groupe de Recherches en Littératures Africaines (GRELAF) qui a publié cette année une Anthologie de littérature mauritanienne francophone (Editions Joussour/ Ponts) est un fin observateur de l’œuvre d’Ousmane Moussa Diagana.

L’universitaire souhaite une rapide prise en compte de l’héritage laissé par le linguiste et poète.



Au-delà du folklore, l’œuvre scientifique

Traversées Mauritanides : Ousmane Moussa Diagana est décédé il y a quinze ans. Une œuvre du passé ?

Professeur M’Bouh Séta Diagana : L’œuvre d’Ousmane Moussa Diagana est à la fois intemporelle et atemporelle. Elle englobe, surplombe et transcende les époques. Elle est d’un anachronisme – au sens positif- débordant. Pour aller plus loin, je dirai que son œuvre poétique n’est d’aucun temps ni même d’aucun espace encore moins d’une quelconque école ou mouvement littéraire.

Elle fait siennes toutes les techniques, toutes les thématiques et toutes les sensibilités poétiques, si bien que cette œuvre recèle les blasons d’un Aragon, les fougues d’un Rabemananjara, l’humanisme d’un Senghor, la folie amoureuse d’un Qays, la démiurgie d’un Maïakovski et j’en passe.

L’œuvre d’Ousmane Moussa Diagana est une œuvre à naître, elle est mouvante, elle va naissante. Je peux dire qu’elle n’est pas encore explorée à l’aune de toutes ses richesses, de tous ses sens cachés et apparents. Une œuvre du passé ? Non, certainement pas ; une œuvre d’actualité ? Elle l’est sans doute par le regard qu’elle pose sur la situation politique, culturelle et identitaire de notre pays. Mais encore, je répète, elle n’est pas que cela.

Car réduire cette œuvre à une contingence fût-ce historique, c’est méconnaitre cette poésie. Une œuvre du futur ? Je le pense sincèrement, car les prémonitions du poète ne cessent de nous étonner.

Qu’est-ce qui fait la particularité de son œuvre ?

J’ai l’habitude dire que la réussite de cette œuvre est d’avoir réussi à créer une harmonie entre des éléments, des procédés qui sont sinon « oxymoriques » du moins antithétiques. La poésie d’Ousmane Moussa Diagana a, par exemple, beau être élégiaque et romantique à bien des égards, elle n’en demeure pas moins intimement liée au sentiment religieux.

Ce qui corrobore l’idée selon laquelle le lyrisme est au service de la patrie. Si l’on connaît la place qu’occupe la religion dans le cœur des Mauritaniens, on comprendra mieux pourquoi le poète se réfère plusieurs fois à l’univers musulman. Mais d’autre part, le poète n’est pas que rêveur, il ne vit pas dans une tour d’ivoire comme un illuminé.

Une lecture attentive de sa poésie montre que le poète n’est pas aussi rêveur que ses recueils voudraient nous le faire croire. A vrai dire, Ousmane Moussa Diagana est un réaliste, mais il faut savoir déchiffrer ses textes qui, si à un premier degré, semblent être à la portée du premier lecteur venu, force est de remarquer que pour mieux rentrer dans leur quintessence, il faut avoir un minimum de connaissance de la vie du poète et de son environnement culturel.

C’est le mysticisme et la pudeur légendaire qui entourent l’univers de la poésie africaine qui font que le réalisme de Diagana ne se découvre pas en surface mais toujours en profondeur.

Vous parlez du poète, il y a aussi le linguiste et sans doute bien d’autres qualités. Mais, attend-on un quelconque héritage de lui ? Je veux dire au-delà des œuvres publiés…

A l’annonce de son décès, nombreuses ont été les personnes de toutes les communautés, de toutes les classes sociales et de toutes les corporations qui n’ont pas tari sur les qualités exceptionnelles de l’homme, affichant leurs proximités avec lui. Aussi, avions-nous assisté à une kyrielle d’hommages dans les journaux de la place.

Dans la foulée, il y eut la création de « l’Association des amis de Dembo » avec en sus un site web qui est toujours resté en construction ; des hommages à l’Université et au Centre Culturel Français. J’aurais tout simplement souhaité que ces différentes manifestations soient pérennisées ou au moins transformées en actes scientifiques.

Hélas ! Cependant, là où le bât blesse, c’est l’inaction coupable du cocon familial. Je ne m’en dédouane pas bien-entendu. 15 ans après, il n’existe toujours pas le moindre cadre de concertation autour de l’œuvre, si ce n’est que quelque deux ou trois activités timorées ressemblant plus à des mondanités qu’à des occasions d’études, de réflexions ou de critiques scientifiques.

Vous rétorquerez en parlant de la parution à titre posthume de son Dictionnaire bilingue, soninké-français. Sur ce point, j’ai envie de dire d’une part qu’on aurait médité les célèbres vers de Boileau :

« Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse, et le repolissez,
Ajoutez quelquefois, et souvent effacez. »

C’est ce qu’il aurait fait, le Pr. Diagana, si Dieu lui avait donné plus d’années à vivre. D’autre part, et en dépit des efforts de quelques personnes de bonne volonté qui ont fait de leur mieux pour continuer le travail, celui-ci reste relativement peu connu, même dans le milieu soninké et/ou scientifique.

C’est bien dommage. Je formule le vœu qu’Allah prête longue vie aux orphelins de Diagana, pour donner aux travaux de leur feu père la valeur qu’il mérite à l’image de ce que fait par exemple la veuve de feu Habib Ould Mahfoudh, laquelle avec la fondation éponyme abattent un travail colossal et impressionnant autour de l’œuvre de l’écrivain-journaliste.

Et pourtant ce ne sont pas les experts et les bénévoles qui manquent pour en faire autant sur Dembo, mais « on ne peut pas mettre la charrue avant les bœufs ». Je voudrais dire que les chercheurs et les admirateurs ne peuvent pas aller à l’encontre du désir et de la volonté des ayant-droit. Lesquels croiraient peut-être qu’une fondation ou un centre de recherche dédié au professeur et au poète impliqueraient des dépenses énormes. Il n’en sera rien !

Et quand bien-même, tel était le prix à payer, je ne vois pas pourquoi ne pas mettre le cœur à l’ouvrage. Feu Diagana, par son sens de la famille, son altruisme et sa générosité ne vaut-il pas ce sacrifice de la part des détenteurs de son legs ? J’ose seulement espérer que sa bibliothèque personnelle est bien conservée et qu’au moins quelques privilégiés y ont accès.

Vous enseignez la littérature mauritanienne à l’Université de Nouakchott. Quel angle de feu Diagana est le plus étudié, par vous et vos étudiants ?

La poésie de feu Diagana est une poésie éclectique, elle est d’une disposition d’esprit non systématique ; ce qui permet aux enseignants, aux chercheurs et aux étudiants de l’aborder sous plusieurs angles. Mais quel que soi l’angle d’attaque, on ne peut pas faire l’économie de certaines constantes qui reviennent comme des leitmotive, je pense au lyrisme patriotique, à la quête effrénée d’un vivre-ensemble harmonieux et apaisé en Mauritanie, à l’aspect polyphonique et dialogique, à la magnificence de la femme en tant que médium et égérie, et à toutes ces réminiscences résultantes de son héritage culturel et de sa culture universitaire.

Les étudiants, qui ont eu à étudier son œuvre, se sont tous appesantis sur l’une de ces constantes que je viens de citer. Certains ont travaillé sur le thème du lyrisme engageant, d’autres sur la sémiotique du corps ou encore sur l’intertextualité et l’inter culturalité qui parsèment ses poèmes.

D’aucuns disent que la littérature et linguistique soninké est orpheline depuis la mort de Professeur Diagana. Est-ce votre avis ? Et pourtant il y a le Fiso, Festival International Soninké, que la Mauritanie a même accueilli. Est-ce que…

Il est incontestable que le décès brutal de Diagana a laissé un vide incommensurable aussi bien au sein de la littérature que de la linguistique africaine en général et la linguistique soninké en particulier.

En un demi-siècle de vie seulement, il a réalisé un travail titanesque en posant des jalons et des grands actes tout en formant des générations d’étudiants appelés à prendre la relève. La balle est donc dans leur camp. Une manifestation comme celle du Fiso, se devrait de se donner entre autres pour objectifs de revenir sur cette œuvre, l’entretenir, la perfectionner et la vulgariser.

Parce qu’outre son Dictionnaire Soninké-français, et ses deux recueils de poésie (Notules de rêves pour une symphonie amoureuse et Cherguiya, Odes lyriques à une femme du Sahel), il est l’auteur de deux ouvrages monumentaux. Une grammaire issue de sa thèse d’Etat : la langue soninké, Morphosyntaxe et sens et le chef d’œuvre de la littérature orale soninké : Chants traditionnels du pays soninké.

Or, je constate seulement que lors de son édition de Nouakchott, le Festival n’a même pas rendu un hommage solennel à feu Diagana et à d’autres soldats, qui se sont battus pour la promotion et le rayonnement de nos langues et cultures nationales, arrachés trop tôt à notre affection, je pense à Ibrahima Diabira, Yakhouba Diagana, Diaby Doua, pour ne citer que ceux-là.

Si je salue l’initiative d’un Fiso, je ne peux m’empêcher de déplorer cependant la priorité accordée au folklorique et à l’événementiel au détriment d’une réflexion nourrie et des actions concrètes à même de nous armer contre les fléaux d’une mondialisation mal maitrisée et aux contours inquiétants.

Propos recueillis par Bios Diallo



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2402

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • a.bennan (H) 09/09/2016 16:41 X

    Il fut professeur de francais,dans une Nation Arabe.Mais ou est le "scientifique"dans tout ca?.L'on sent le naif a force d'en rajoutr a une histoire qui ne sort point de l'ordinaire.

  • lass77 (H) 08/08/2016 21:49 X

    Monsieur diagana il n'y aura pas d'hommage pour les illustres fils de ce pays ,pas plus aux regrettés compétents inoubliables qui ont marqué de leur empreinte l'histoire académique et universitaire de ce pays où c'est la médiocrité et le faux qui érigés en système. La preuve des aveux sur cridem du professeur Ely en est un exemple vivant en Mauritanie. Tous mes hommages à feu diagana.