07-09-2016 06:18 - Vient de paraitre : « Le Lignage, Ehel Heddar, cinq générations de poètes en Mauritanie.»

Vient de paraitre : « Le Lignage, Ehel Heddar, cinq générations de poètes en Mauritanie.»

Le Quotidien de Nouakchott - « Le Lignage, Ehel Heddar, cinq générations de poètes en Mauritanie.»

Cinq générations, du fondateur, Mohamed Heddar (1815-1886), à Zouheir Mohamed Vall né en 1982. Cinq générations de poètes hassanophones (langue hassaniya) originaires du Trarza, région du Sud-ouest Mauritanien. Dans cet ouvrage conçu et coordonné par Mohamed Heddar et Abdelvetah M'Hamed Alamana, vingt poètes du « lignage » sont présentés.

Le fondateur du « Lignage » des heddar, a voulu, explique l'auteure de la préface et éditrice, Mick Gewinner, « rendre accessible à tous les publics une poésie libérée de l’emprise des griots et du cénacle des lettrés. » Le Lignage, édité par Les trois Acacias, 2016, est un ouvrage aéré, sobre, 149 pages…sur chaque page, le texte original d’un poème en Hassaniye et sa traduction en français.

Pour les « auteurs» de ce recueil de poèmes, un triple challenge : traduire d’abord, ensuite, traduire un poème et enfin, passer de l’oralité à l’écrit. « Cet ouvrage est un sacrilège, parce que transgression de l’oral. Une désobéissance écrite, en quelque sorte», écrit Abdelvetah Alamana, éditeur. La poésie Hassaniya, est, explique-t-il « poésie pour être dite. Dite et redite au gré de passage d’une station improbable du désert. » Où encore « la poésie maure s’emporte avec le viatique du nomade en mouvement. »

Mais en Mauritanie, comme ailleurs, le nomade est de moins en moins en mouvement…les poèmes voyagent moins. Partir, c’est « mourir un peu » disait Edmond Haraucourt. Mais pour le nomade et sa poésie, « rester, c’est mourir un peu. » d’où la pertinence de la « tentative de fixer des mots insaisissables nés ici et ailleurs et nulle part. »

Fixer pour préserver car avec les nouvelles générations, la transmission n’est plus évidente. Cet ouvrage, écrit son éditeur, « est en somme un croisement de tensions. Des tensions nourries par le désir de séduire l’attention d’un lecteur local et à la fois universel. L’attirer et l’embarquer dans cette pérégrination linguistique, aux passagers faits de mots migrants, qu’on tente d’installer et donc intégrer dans une territorialité. »

Khalilou Diagana

-------

Baba El Sgheir (1948-2005)

Hier est parti.
Ne portons pas son deuil devant Dieu trop longtemps.
Aujourd’hui, Dieu merci, après Hier se fait voir.
Toujours à Aujourd’hui succédera Demain.
Le temps, Dieu soit béni, se perpétue ainsi.

Demain s’en vient.
Qu’à-t-il en lui ? Quoi après lui ? Quoi dans ses flancs ?
Inévitablement, si quelqu’un Aujourd’hui
Au temps pense et repense, il n’est qu’Hier, Aujourd’hui,
Et Demain : trois jours font le temps, entièrement.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1715

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • bleil (H) 07/09/2016 11:32 X

    Excellent rappel pour les nouvelles générations, la morale véhiculée par cette famille du Trarza est celle de la bonté humaine, de l'amour des gens et de l'environnement, de la relativité des choses etc...