23-05-2017 13:51 - Le centre hospitalier des spécialités médicales de Nouadhibou, toujours au point mort, un mois après son inauguration

Le centre hospitalier des spécialités médicales de Nouadhibou, toujours au point mort, un mois après son inauguration

Alakhbar - C’est le 24 avril dernier, que le Chef de l’Etat mauritanien, présidait la cérémonie d’inauguration du centre hospitalier des spécialités médicales de Nouadhibou, réalisé dans le cadre des efforts de la Zone Franche.

Un mois après, les services attendus de cette structure, créée selon des sources officielles, en vue d’’encourager les perspectives d’investissement et de favoriser la mise en place d’infrastructures modernes, sont toujours des promesses sans lendemain.

Le Chef de l’Etat avait coupé, se souvient-on, le ruban symbolique donnant le coup d’envoi des activités de cette infrastructure sanitaire, selon des médias publics.

Il avait fait également le tour des pavillons du centre et suivi des explications sur sa contribution pour apporter les soins aux citoyens comme aux étrangers.

Le nouvel hôpital, dont le coût global de réalisation se chiffre à quelque 6 milliards d’ouguiya financé par la Fondation de la SNIM, s’étend sur une superficie de plus de 8 hectares et est composé de 9 pavillons : la chirurgie équipée de matériel sophistiqué, la médecine interne, les urgences, la réanimation, la gynécologie, les consultations externes, la radio, le laboratoire et la pharmacie.

La capacité d’accueil de cette infrastructure dépasse 3200 lits, selon le ministre de la santé.

Traduit de l’Arabe par Cridem



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1765

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bertrand (H) 23/05/2017 17:32 X

    Je ne pense pas que le commanditaire du billet et les commentateurs attendent du Président de la République qu'il fasse tomber malade les citoyens et qu'il les oblige à s'y soigner. Une campagne de sebsibilsation et de publicité doit être faite dans les télévisions les médias et tous les moyens de communication pour que les gens du soigné plutôt que d'aller à l'étranger.

  • Oulamaou (H) 23/05/2017 16:07 X

    Pas bien étudier comme d'habitude on confond vitesse et précipitation. 3200 lit dans le désert ! Les Algériens et Marocains a même d'utiliser et rendre efficient cette structure par l'importance de leur population,n'ont pas besoin de se rendre à Ndb pour se soigner. Les gens des hodhs, les maliens et sénégalais a mille lieux, manquent de moyens de communication pour se rendre dans ce bout du désert.

  • brabak (H) 23/05/2017 14:53 X

    Quand on veut péter plus haut que son c...on se casse toujours la gueule.