07-06-2017 09:30 - Cimetières de Nouakchott : Deux poids, deux mesures

Cimetières de Nouakchott : Deux poids, deux mesures

L'Authentique - Les deux principaux cimetières de Nouakchott ne sont pas considérés à la même enseigne par la Communauté urbaine de Nouakchott, principale responsable de leur gestion ! Le constat est des populations de la capitale qui ont recommencé à fréquenter les lieux à l’occasion du mois béni du Ramadan.

En fait, même dans la gestion des morts, l’Autorité n’observe pas d’équité. Alors que les cimetières du Ksar sont objet d’une attention particulière et restent particulièrement destinés à « la classe de gens bien nés », les morts n’y étant enterrés qu’avec une Autorisation spéciale délivrée à leurs familles par la Mairie du Ksar, les cimetières de Ryadh sont laissés à eux-mêmes, ouverts à tous vents.

Ici, au PK 7, le désordre est total : alors que les dunes de sable et les arbres sauvages ne cessent pas d’envahir l’espace, le mur de clôture a cédé dans bien d’endroits permettant aux ânes et surtout aux chiens d’accéder aux lieux à tout moment.

L’énergie solaire qui y avait été installée par le président sortant de la CUN, comme les chambres de toilettes mortuaires, les espaces de recueillement et surtout le système de gestion limitant les visites aux morts aux jours de repos ou aux jours fériés, ont disparu laissant libre cours à l’anarchie et au laisser-aller.

Laissé à son propre sort, le site profite dorénavant à quelques croquemorts qui se font de l’argent en commercialisant des pierres tombales, ou en indiquant aux visiteurs, les quelques rares espaces libres pour l’ensevelissement des morts.

J.S



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2949

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • samba el bakar (H) 07/06/2017 14:53 X

    Alors quelles solutions pour ne pas répéter les mêmes erreurs avec le prochain espace destinés à nos morts sur la route de Rosso?Les commentaires postés ont au moins un point commun:état des lieux déplorable et désordre atavique de l' homo Mauritanicus même aux portes de l' Au-delà.Comme nous ne pouvons pas changer la nature de nos concitoyens,on peut demander un effort aux Dirigeants de dresser un cadastre assorti d' un POS pour aligner les tombes avec des numéros d' identification à remettre aux parents des décédés afin qu'ils puissent honorer leurs disparus même après plusieurs années .Évidemment,au préalable il faut bâtir un mur assez haut avec entrée unique.Quand on voit la vitesse d' évolution des cimetières de Nouakchott depuis les années 60,on comprend bien qu'il y a une relation directe avec l' agrandissement anarchique de notre Capitale.Allahou yarham mowtaanaa

  • Hamdoulah (H) 07/06/2017 12:04 X

    Ces lieux sont la manifestation la plus démonstrative de nos travers. La pagaille, la désorganisation des tombes, la poubelle envahissante en disent long sur ce que nous sommes.

  • zombie (H) 07/06/2017 11:19 X

    Soubhan Allah la discrimination même pour les morts en tant que république islamique que Dieu nous guide sur le droit chemin

  • mystere1 (F) 07/06/2017 10:24 X

    esskey Alla! même dans les cimetières, il y'a de la ségrégation, c'est grave, faire des séparations à caractère hiérarchiquement social, comme si Dieu se Souciait de tels morts ou de tels morts, faire de l'injustice dans les dernières demeure des individus, c'est le comble ! c'est des futilités, il y'a le lieu où tous finiront, c'est l'étape suivante, "le barzakh", alors souhaitons à nos morts le meilleur des barzakh et non le pire ! car c'est là le début du voyage éternel !

  • cheikh tourad (H) 07/06/2017 10:21 X

    le cimetière du Kasr n'est pas destiné aux morts bien nés c'est totalement faux. une autorisation du maire est exigée parce que tout simplement ce cimetière est saturé depuis plus de vignt ans et qu'il est officiellement interdit d'y enterrer les morts sauf dérogation spéciale du maire. c'est tout. Ce cimetière n'a d'ailleurs jamais bénéficié de ce qui vous avez citer "énergie solaire, ni de chambres de toilettes mortuaires, ni d'espaces de recueillement" etc parce qu'il est sensé être fermé car il y'a presque plus de place. et ceux qui réclame y être enterrés c'est pour des raisons de proximité de leur proches qui y sont enterrés. Donc il n'y a aucune discrimination a ce niveau surtout que dans notre culture musulmane tous les lieux se valent sauf le BAGHI à la Mecque.