19-06-2017 10:00 - Il faut braver le déni de l’esclavage en Mauritanie

Il faut braver le déni de l’esclavage en Mauritanie

L'Humanité - Tribune libre de Marie Foray, juriste de terrain.

Avec Tiphaine Gosse, journaliste, et moi-même, Marie Foray, nous avons été déclarées « persona non grata » par les autorités mauritaniennes alors que nous effectuions des recherches sur l’esclavage et le racisme en Mauritanie.

Lors de notre convocation à la DGSN le vendredi 28 avril 2017, le général Mohamed Ould Meguett nous a déclaré : « Il n’y a pas d’esclavage en Mauritanie. » Ce dernier a exigé que nous quittions le pays sous un délai de cinq jours afin de nous empêcher de poursuivre nos investigations.

Les photos des victimes de l’esclavage ainsi que les interviews réalisées auprès de celles ayant accepté de parler, les rencontres effectuées auprès de jeunes soucieux de dénoncer l’injustice dont ils s’estiment victimes au sein de leur propre pays, les entretiens menés auprès d’anciens prisonniers injustement incriminés en raison de leur combat contre l’esclavage et contre toutes formes de discriminations en raison de leur appartenance ethnique ou à une caste constituent les véritables raisons ayant conduit les autorités mauritaniennes à nous chasser du pays.

« Esclavage héréditaire », « esclavage traditionnel », « esclavage moderne », « séquelles de l’esclavage », autant d’expressions qui recouvrent une réalité complexe : la traite des êtres humains en Mauritanie.

Aboli en 1981, l’esclavage en Mauritanie a été érigé en infraction pénale en 2007 et désigné comme un crime contre l’humanité en vertu de la réforme constitutionnelle en 2012. En août 2015, une nouvelle loi antiesclavagiste est adoptée, la peine d’emprisonnement maximale pour le crime d’esclavage passe de dix à vingt ans.

Malgré ces avancées législatives, les principales organisations des droits humains connues pour leur lutte contre l’esclavage en Mauritanie, telles que SOS Esclaves, l’Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH) et le mouvement Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), dénoncent une absence de volonté de la part des autorités pour lutter contre l’esclavage, une absence de justice réelle et même des intimidations sur les personnes voulant porter plainte.

Cet échec dans l’application des lois, jugé délibéré et systématique, entraîne un fort sentiment d’injustice et permet à des familles mauritaniennes de continuer d’exploiter d’autres Mauritaniens. Depuis son abolition et malgré des lois renforcées, il n’existe que deux procès ayant pu aboutir à une condamnation pour crime d’esclavage ; celui des enfants, nés esclaves de par leur mère, Yarg, 13 ans, et Said, 17 ans, en 2011, confirmé en appel en 2016, et le procès dit de « Nema » en 2015, chacun étant suivi de peines très inférieures à celles prévues par les textes.

En dépit de ces condamnations, de nombreuses plaintes n’ont jamais pu aboutir et de nombreuses victimes ont renoncé à poursuivre en justice leurs anciens maîtres.

La détermination des autorités mauritaniennes à entraver notre travail, notre départ forcé et précipité suivi, le même jour, par l’arrestation de militants de l’IRA, Balla Touré, Samba Diagana, Hanana Mboirick, Kaw Lo et de Meimoune Bougah à Sélibaby montre à quel point ce sujet reste extrêmement sensible et tabou en Mauritanie.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 9
Lus : 1805

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (9)

  • siguidouda (H) 22/06/2017 11:06 X

    Bonjour mes chers compatriotes Ne soyons pas du tout hypocrites comme nos gouvernants qui veulent à tout prix ignorer les réalités de chez nous. L'esclavage en milieu maure existe physiquement des gens qui font travailler d'autres parce que ce sont leurs esclaves. Dans les autres milieux soninkés et peuls, ce sont les séquelles qui existent c'est à dire l'ethnie esclave, les coutumes, le rang social, ils n'ont pas droit à certaines priorités etc. Donc tout ça est discriminatoire. Et pourtant on se dit musulman alors l'islam ne l'autorise pas du tout.

  • mohamed w.l (H) 19/06/2017 17:29 X

    Tiphaine Gosse, , et Marie Foray SONT VENU FAIRE LEUR TOURISME PRÉFÉRÉ EN AFRIQUE SOUS PRÉTEXTE QUELLES SONT DES JOURNALISTE LE TOURISME SEXUEL

  • moukhabarat (F) 19/06/2017 17:09 X

    Le journaliste qui n'a rien trouvé à dire parle de l'esclavage en Mauritanie ou du terrorisme islamique...

  • bleil (H) 19/06/2017 14:57 X

    La nature nous a donné un seul organe pour la parole et deux pour l'ouïe, afin de nous apprendre qu'il faut plus écouter que parler… écouter nos paisibles populations, fragilisées par tant de misére et de mauvaise gouvernance, le detournement des aides au développement etc... écouter la rumeur villageoise à Nouakchott pour conclure que nos fameuses organisations des droits humains connues pour leur lutte contre l’esclavage en Mauritanie ont trop parlé sans aucun résultat tangible … la pauvreté s'amplifie, l'éducation en apartheid, la santé au plus offrant ! Ces organisations ont été un leure et leurs dirigeants ont bouffé à tous les râteliers sans aucune avancée sensible sur le plan social si ce n’est l’installation d’un climat de haine farouche entre les communautés ! qui pourrait sans canlisation politique aboutir à une situation catastrophique. Ceci dit, cette cruche –les français sont incroyables- doit comprendre que nous qui avons connu les sévices du colonialisme n’avons pas de leçons de morale à recevoir de l’Europe médiévale... sans rancune aucune pour le peuple français et ses valets locaux.

  • jakuza (H) 19/06/2017 14:37 X

    Madame, en vous recevant personnellement le DGSN vous a fait trop d'honneur, que vous ne méritez point! Nous n'avons pas attendu votre manifestation "suspecte" d'intérêt pour chercher des solutions à l'esclavage, abolit ici, et au racisme qui sévit moins ici que chez vous!

  • samba el bakar (H) 19/06/2017 12:43 X

    Et pan sur le bec !!(ou sur le groin).On aura beaucoup jeter la poudre aux yeux du Monde,mais la Vérité,car protégée par Allah,finit toujours par éclater et triompher.Alors les cerbères de service,bien connus des lecteurs de CRIDEM ,qu'attendez-vous pour écumer votre bave.Pour s' attribuer un nom,pseudo soit il,Main Propre,il faut une dose mini de bonne foi.C'est exactement ce qui manque aux zélés autoproclamés défenseurs du nationalisme mauritanien quitte à renier la vraie Histoire de ce Pays

  • NIONKO (H) 19/06/2017 12:18 X

    Madame, je suis bien d’accord avec vous pour que cessent ces pratiques d’un autre âge. Cependant, je suis étonné de voir des européens venir en Mauritanie pour faire des recherches sur l’esclavage. Nous sommes persuadés que les Occidentaux savent mieux que nous de ce qui se passe chez nous. Vous avez vos diplomates, vos coopérants, vos touristes et vos agents du renseignement qui sont bien informés sur nos réalités au quotidien. Toute fois, vous fermez les yeux et bouchez les oreilles pour ne rien voir ou entendre pour des raisons d’intérêt stratégique pour vos pays. C’est quand vous sentez que les intérêts sont menacés que vous brandissez ces genres de menaces pour mettre la pression sur nos gouvernants. Dommage que ce commentaire ne va pas vous plaire, mais c’est une opinion partagée par beaucoup de gens.

  • Bertrand (H) 19/06/2017 10:40 X

    Une petite pseudo-journaliste. La Mauritanie a raison de te renvoyer et pour cause un journaliste de chez nous peut-il aller enquêter chez vous sur l'islamophobie, la corruption des mœurs, le vampirisme, les génocides commis en Algérie, et partout en Afrique et aux Amériques et en Asie et en Australie. Tu viens des pays les plus sanguinaires et qui utilisent et fabriquent des armes de destruction massive, qui colonisent et sucent le sang des 5 continent pendant plusieurs siècles déjà. Qui agressent une femme parce qu'elle met un morceau de tissu sur sa tête, qui tue sur faciès. des dirigeants racistes et des peuples racistes. Qui bafouent toutes les règles humaines.Le général Meguet, en homme civilisé, et en bon croyant a été très aimable avec vous. Il vous aurait fait croupir en prison pendant quelques jours avec une partie des délinquants qui vous ont appâté et se ne sera que justice. L'esclavage, la xénophobie, les holocaustes, les crimes contrs l'humanités, l'utilisation d'armes non conventionnelle, le vol à l'échelle planétaire, l'assassinat, la fourberie, l'indélicatesse, le cynisme, le mal est chez vous, occupez vous en.

  • lass77 (H) 19/06/2017 10:03 X

    Madame, ton pays la france est en partie responsable du fléau de l'esclavage puisqu'elle ferme les yeux.