22-07-2017 21:16 - Les pays d’Afrique de l’Ouest veulent limiter à trois le nombre d’enfants par femme

Les pays d’Afrique de l’Ouest veulent limiter à trois le nombre d’enfants par femme

20 Minutes - Les parlementaires de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao, 15 pays), de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé samedi vouloir limiter à trois le nombre d’enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d’ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde.

« Les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad ont convenu que, d’ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (…) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique », a déclaré le président du Parlement burkinabé, Salifou Diallo, lors d’une rencontre régionale sur la démographie samedi à Ouagadougou.

Un milliard d’habitants en 2050

Avec un taux de fécondité général de 5,6 enfants par femme, le plus élevé au monde, la population de l’espace Cédéao se situera, en 2050, autour d’un milliard d’habitants, dont la moitié sera constituée de jeunes, selon les Nations unies.

« Nous estimons que quand on a des taux de croissance économique qui est de l’ordre de 5 à 6 % avec un taux de fécondité située à 6 ou 7 %, nous sommes dans une situation de démographie non maîtrisée et nous ne pouvons pas espérer de développement avec une telle situation, a martelé Salifou Diallo. Il est urgent de contenir la poussée démographique dans l’espace Cédéao pour promouvoir un réel développement viable et durable. »

Les parlementaires devraient, dans leurs Etats respectifs, adopter des stratégies afin de « faciliter un déclin rapide, volontaire, de la fécondité grâce à l’accès universel à la planification familiale, l’augmentation du niveau d’éducation des femmes et le renforcement des efforts pour améliorer la survie de l’enfant. »

Pour que la jeunesse ne devienne pas « une bombe »

De son côté, le président du Parlement du Bénin, Adrien Houngbédji, a estimé que « c’est à (nous) qu’il appartient de définir l’équilibre optimal qu’il est indispensable de trouver entre la régulation des naissances et l’amélioration de la qualité de vie de la population active. » Il s’agira de faire « baisser de moitié » le taux de fécondité et d'« arrimer le taux de croissance démographique, trop fort, avec le taux de croissance économique trop modéré », a déclaré le président de la commission de la Cédéao, Marcel De Souza.

« La jeunesse représente les deux tiers de la population. Cette jeunesse, lorsqu’elle ne trouve pas de solutions, devient une bombe : elle traverse le désert ou la Méditerranée, meurt par milliers pour l’immigration clandestine. »


Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 8
Lus : 2599

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (8)

  • lass77 (H) 24/07/2017 17:37 X

    On attend les solutions mauritaniennes à ce faux probleme. La Mauritanie en tout cas ne connait pas un probleme démographique , c'est l'un des moins peuplés du continent par rapport à sa surperficie.

  • Mokhoni (H) 24/07/2017 09:16 X

    Il est temps que l Afrique contrôle enfin sa démographie.Bravo à ceux qui osent le dire

  • hollylam (H) 23/07/2017 01:03 X

    La limitation volontaire des naissances devant le droit musulman Quelle est sa position par rapport à l'Islam?

  • ngaari aalam (H) 23/07/2017 01:01 X

    En tout cas les européens payent leurs femmes pour avoir plusieurs enfants. Pourquoi? Les dirigents africains ne sont que des corrompus, et des malades mentaux.

  • hollylam (H) 23/07/2017 01:00 X

    La limitation volontaire des naissances Position par rapport

  • a.bennan (H) 23/07/2017 00:56 X

    Et quand sera t-il des femmes (***) Negros Africaines de Mauritanie (Magreb)qui vivent sous le joug polygame de 3 à 4 femmes...

  • doudou19 (H) 22/07/2017 22:35 X

    L'application de la théorie de leur maître Macron lors du sommet france-afrique de Bamako.

  • lass77 (H) 22/07/2017 22:13 X

    C'est une honte que ces dirigeants orduriers mettent le rapport entre sous-développement et fécondité élevée. C'est absolument le contraire. En Afrique c'est la mauvaise gouvernance, le gaspillage et les détournements des deniers publics qui accentuent le sous-développement sur le continent. Pour rappel la Chine revient à la raison après après avoir autorisé la fin de l'enfant unique, ce pays propose de payer les chinoises à faire des enfants. Je me demande comment va faire notre chère Mauritanie pour endiguer une démographie élevée chez les noirs que chez les beydans qui font peu d'enfant.