17-08-2017 17:33 - "DASPORA Ass Com Boghé" démarre son projet pour débarrasser la commune des ordures

Terroir Journal - Tous unis comme un seul homme, les habitants de la commune avec l’appui de la diaspora ont décidé de lutter contre l’insalubrité qui gangrène la commune.

Dans le cadre d’un ambitieux projet dénommé "DASPORA Ass Com Boghé ", les ressortissants de la commune établis à l’extérieur ont débarqué en force cette semaine dans le terroir natal pour apporter leur soutien afin que la ville et ses environs puisse bouter dehors les ordures qui s’accumulent dans de nombreux coins. Bien avant la fin de la première quinzaine du mois d’Août, de gros engins (pelles et camions) ont été loués sur des fonds propres à "ASS COM BOGHE".

Ce qui a permis de nettoyer des zones extrêmement sales à Boghé Escale et Boghé Dow. Depuis leur arrivée, ils ont multiplié réunion sur réunion dans les quartiers de Boghé et dans les villages avec les communautés autour cette question d’insalubrité. Le mercredi 16 Août 2017, était la journée officielle de lancement de cet ambitieux projet au lycée technique.

Une occasion inédite dans l’histoire de la commune. Réunir ces grosses sommités intellectuelles et morales de la commune venues des USA, de la France, de l’Afrique de Nouakchott pour réfléchir sur les voies et moyens d’éradiquer durablement les ordures ; cela relève de la baraqua divine.

Dia Hamady Hachimiyou, maire de la commune de Boghé, N’Gaîdé Kayou Ibrahima, président de "DASPORA Ass Com Boghé", ancien DG de la SOCOGIM ; Safita Wane, secrétaire générale de "DASPORA Ass Com Boghé", Dia Amadou Oumar chercheur à la retraite et dirpub du seul journal en Pulaar de notre pays, Adama Moussa BA, ancien maire de Boghé et PCA, Cheikh DIA, Agro Economiste et travaillant à l’Agence Française de Développement, ancienne gloire du football Boghéen, Mamadou BARRO, professeur à l’Université Tucson, Arizona (USA), Amadou Oumar BA, spécialiste senior en Agriculture, consultant banque à la banque mondiale,

Thierno Mokhtar LAM, consultant du système des Nations Unies et ancien cadre au ministère Mauritanien de l’intérieur, Colonel à la retraite LO Baîdi, N’Gaîdé Hamath Moussa et N’Diaye Daouda ; présidents des deux grandes coopératives agricoles du CPB ; SY Alhousseynou, professeur de Sciences et directeur du Lycée de Bababé, LAM Hamadi, Agro Economiste et consultant à la BAD, N’Gaîdé Kayou Lamine, ancien ministre, SY Djibril Békaye, Gako Abdoulaye Samba, Gadio Hamdou Raby, notables entre autres fortes personnalités se sont retrouvées autour de cette lancinante question avec les autorités administratives, municipales locales.

Avec des invités d’honneur, Oumar O Badieyn maire de Dar El Avia, le maire adjoint de la commune de Ould Birome. L’accord de partenariat signé entre la commune de Boghé et "DASPORA Ass Com Boghé" depuis plus d’une année vient de connaitre ses premières applications, peut-on ainsi dire.

Le maire dans son allocution d’ouverture a transmis à l’assistance les salutations du Wali, absent avant de remercier très vivement les participants ainsi que la diaspora et formulé des prières pour la réussite de ce programme dans la ville de Boghé et ses environs. A sa suite, c’est le président de "DASPORA Ass Com Boghé" de s’adresser à l’assistance. Après avoir rappelé les noms des membres du bureau exécutif, il a parlé des objectifs, consistants à lutter contre les ordures, rendre propre la commune en partenariat avec la commune est les bénéficiaires.

Il a félicité le maire de Boghé, les communautés, les organisateurs, le lycée technique qui a permis la tenue de cette grande rencontre et réitéré les engagement de la diaspora à aider les habitants de la commune à lutter contre l’insalubrité à condition aussi qu’ils restent débout, a-t-il conclu. C’est dans un une brève allocution que le Hakem Mouçaid a prononcé l’ouverture au nom du Wali.

Un film sur l’insalubrité à Boghé, réalisé par notre confrère Mamadou Guèye de la TVM a été projeté pour attirer davantage l’assistance sur la gravité du problème. Un grand débat a suivi la projection de ce film. C’est l’intervention de l’ancien maire Adama Moussa qui a retenu l’attention du public. Pour l’ancien premier magistrat, la commune doit faire preuve de fermeté vis-à-vis des pollueurs. Point besoin de réinventer la politique en matière d’assainissement mais plutôt, faut il fouiller les archives de la mairie pour sortir les documents relatifs à l’assainissement a suggéré l’ancien maire. Le plan communal d’assainissement existe déjà a fait savoir l’ancien maire. Il faut s’inscrire dans la continuité a-t-il dit.

Ensuite, quatre ateliers ont été axés sur les questions suivantes : quel dispositif institutionnel et quel maîtrise d’ouvrage ; la dimension économique et financière, quel mode de financement des investissements ; quel mode adéquat de collecte et de traitement des déchets.

A la restitution, il faisait nuit. Ibrahima THIAW, Adjoint au secrétaire général des Nations Unies directeur adjoint au PNUE a fait intervention par vidéo conférence sur l’assainissement.

Parmi les recommandations, l’application de la fermeté contre les pollueurs, mettre l’accent sur le suivi, entamer une véritable campagne de sensibilisation des populations et prendre en compte leurs idées, associer les organisations féminines à la base, créer impérativement un nouveau dépôt d’ordure à la place de celui implanté à Abbaye, des campagnes d’éveil pour amener les communautés à s’approprier le dispositif de collecte des ordures, alléger les structures chargées de l’assainissement, associer les leaders d’opinion, appliquer le principe de la sanction et de récompense, capitaliser les expériences locales, instituer un calendrier de célébration des journées d’assainissement, valorisations des lieux de dépôt d’ordure, instituer une taxe sur chaque pollueur et selon le degré de sa pollution pour créer un fonds départ, amender les contrevenants, créer un service chargé spécialement des ordures à la mairie, la valorisation des déchets, gestion des déchets au niveau familial, relever le taux de contribution à hauteur de 1000 ouguiyas, gestion des fosses sceptiques, acquérir une citerne au niveau de Boghé pour vider les eaux usées des fosses sceptiques, confier la gestion des déchets aux nombreux chômeurs de la commune et les rémunérer entre autres.

Monsieur SY Alhousseynou, a parlé de la possibilité du recyclage de certains déchets comme les bouses de vaches qui peuvent fournir du gaz à partir de la méthanisation ou du composte à la place des engrais chimiques qui sont dangereux pour la santé. Rappelant l’expérience développé en la matière à Ari Hara. Placer le dépôt final dans un marigot entre deux dunes de sable et bruler les déchets, planter ensuite des acacias qui fournissent la gomme arabique qui faisaient de la Mauritanie, deuxième pays producteur mondial. Sinon planter le Moringa (Niébbédaye), une plante médicinale.

C’est vers 21 heures du soir que le président de "DASPORA Ass Com Boghé ", M. N’Gaîdé Kayou Ibrahima a prononcé le mot de clôture à la place du maire empêché. Il a remercié les participants de leur disponibilité et leur implication dans le processus en cours. Il a déploré le manque de suivi des activités qui est une caractéristique chez les bénéficiaires. Il a exhorté les populations à éduquer les masses dans ce sens. Limiter les dépôts d’ordures qui sont un peu nombreux selon N’Gaîdé. Il a réitéré la disponibilité de "DASPORA Ass Com Boghé " a accompagner les populations de la commune de Boghé dans la réussite de ce projet.

Arrêtez de tendre les mains et dire que nous n’avons pas d’argent a martelé M. N’Gaîdé. Nous disposons de la ressource, nous avons des idées, de la force même de la ressource capable de nous débarrasser de cette saleté a-t-il poursuivi. Il a donné l’exemple des personnes qui achètent les téléphones cellulaires à un cout exorbitant, du crédit pour des appels incessants et inutiles, des sommes faramineuses gaspillés dans les cérémonies de baptêmes ou de mariages. Il a loué la qualité du travail effectué dans le passé dans le domaine de l’assainissement. Une façon d’abonder dans le même sens que l’ancien maire Adama Moussa. Il a évoqué l’idée d’un fonds communautaire et rejeté la réinvention de la roue de l’histoire.

Daouda Abdoul Kader DIOP

------


Avec Cridem, comme si vous y étiez...




















Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1683

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Gaffgui (H) 17/08/2017 22:12 X

    Félicitations aux initiateurs de ce projet et prions pour qu'il réussisse. Bravo et bonne chance pour la suite

  • Ould Kanigui (H) 17/08/2017 18:53 X

    Point de maures blancs? La photo d'en haut ne refléte pas les images d'en bas. De toute façon, c'est une initiative noble que les autres communes du pays doivent prendre comme exemple. L'insalubrité doit etre une affaire qui concerne toutes et tous. Pour ce qui concerne Nouakchott, nous ne savons pas comment la Communauté Urbaine de Nouakchott veut concevoir une vision 2034 dans un tas d'immondices?

  • kaba (H) 17/08/2017 18:17 X

    Je vois des vautours de premiere classe, dont l'actuel (***) maire, le prefet et d'autres notables des voyous mercreants des ministers. Il faut savoir que vous avez detourne' tous les fonds destines au developpement de cette ville depuis 1990. Aucun batiment administratifs n'est en bon etat, le college est delabre peint la derniere fois en 1978, toutes les institutions sont nulls et non existentes. Il faut savoir que l'argent disponible est L'argent que nous fils du terroire avons cottises et qu'il est INDETOURNABLE, on va vous servir un verre de the ou une bouteille de Coca, mais ca s'arrette la. Vous ne verrez aucun sous minables charognards. Merci aux honorables fils de la commune pour vos actes louables, assainir la ville avec vos propres moyens. QUAND UN ETAT EST INEXISTENT LES POPULATIONS S'UNISSENT ET PRENNENT LES CHOSES EN MAINS. La Mauritanie...... QUELLE HONTE.